Imagine ♣ Theodora Dearborn
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 0:20





Dearborn

Theodora
Everybody wants to be a cat



Nom : Dearborn
Prénom : Theodora
Age : Seize ans
Nationalité : Ecossaise, évidemment
Nature du sang : Sang mêlé
Année / Métier : Sixième année
Patronus : Une colombe
Épouvantard : Un épais brouillard noir et une cage qui se balance doucement, comme une immense cage à oiseaux
Qualités et défauts : Douce – Timide – Réfléchie – Empathe – Méfiante – Naïve – Dépendante – Affectueuse – Fragile – Studieuse – Responsable – Cultivée – Altruiste – Rêveuse – Patiente – Curieuse – Gourmande – Enfantine – Craintive – Brave – Gracieuse – Passionnée – Etrange – Effacée – Influençable – Respectueuse – Pacifiste - Contemplative
Baguette : Bois de Poirier, 24,6cm, crin de licorne.
Featuring : Hailee Steinfeld


Hey ! Moi c’est Carmeline, j’approche sérieusement du quart de siècle et je fais du rp depuis pas mal d’années maintenant, et généralement dans l’univers Harry Potter. J’suis tombée ici un peu par hasard, en cliquant sur un lien au pif dans la longue liste des forums HP sur PRD et c’est un gros coup de cœur alors voilà, vous allez devoir me supporter !


Anomalie & Nut's © Crédit gif © Crédit avatar © Crédit icône

Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 0:20





Mon

histoire
Feeling my way through the darkness
Guided by a beating heart



Aussi loin que je me souvienne, Dorea a toujours été mon paysage. Bien sûr, il n’y avait pas qu’elle. Je me souviens d’une famille soudée, importante. J’ai énormément de souvenirs avec mon frère ou mes parents. Mais Dorea, c’est un peu différent. C’est comme si elle faisait partie du « Monde ». C’est un peu difficile à expliquer. Peut être parce que nous sommes si proches en âge. Peut être parce qu’elle est plus énergique que moi, qu’elle a toujours été plus forte que moi, et qu’elle a mis un point d’honneur à partager toute cette énergie avec moi. Je me souviens de mes premiers pas, je me souviens de jeux, de contes et de terreurs, et toujours je revois son visage associé à ces épisodes. Il est plus présent que les autres. Et c’est une image que je chéris.

Eh oui. J’aime ma famille. Passionnément, infiniment. Bien plus que nombre d’adolescentes ne l’avouent. Il en a toujours été ainsi. Je n’éprouve pas de besoin de rébellion, je ne me sens pas diminuée par leur présence. Je ne ressens pas le besoin de sortir de leur ombre, plutôt celui de rester baignée de leur lumière. Ma vie, c’est un peu ça. Cette lumière intense, chaude, rassurante. Cette compagnie constante, cette protection parfois étouffante, mais bienvenue. Je suis née et j’ai grandi dans un cocon de coton doux et chaud, c’est ce qui fait de moi l’adolescente que je suis aujourd’hui. Certains reviendraient en arrière pour changer les choses. Si je remontais le temps, ce serait seulement pour contempler ces moments une nouvelle fois.

Je suis la troisième de la fratrie. Avant moi, il y eut Caradoc, un garçon dans toute sa splendeur, si j’ose dire. Il est celui auprès de qui je me sens le plus en sécurité, auprès de qui les rêves s’apaisent, mais il est aussi le seul, l’unique qui peut me mettre dans un état de nerfs tel qu’on pourrait me prendre pour ma sœur. Puis il y eut Dorea, celle qui tire vers le haut. Dorea si différente et si proche malgré tout. Autour de nous, mes parents sont les piliers. Mes parents, ce sont ces Dearborn qui ne ressemblent pas aux autres. Cette Dearborn moldue, qui fait jaser ceux qui se vantent d’avoir le sang pur, et cet extra-tolérant, qui éveille l’incompréhension de ses pairs. Inutile de vous dire qu’à leur mariage, un certain nombre de bancs étaient vides. Mais peu importe. Ils sont les personnes les plus équilibrés que je connaisse. Ils sont droits, ils sont justes, et d’un amour qui déteint sur ceux qui les côtoient. Je suis née dans cette famille là, il y a seize ans, à Inverness. Et à ce qu’il paraît, j’ai tout de suite suscité chez mes proches un besoin de me couver et de me préserver. Une fleur fragile.


    « Theodora ? »


Je l’entends mais ne me retourne pas. J’ai quatre ans, et je sais qu’elle va venir à moi, je sais qu’elle comprend mon silence et mon calme. Maman comprend toujours tout. Je crois que même si c’est une moldue, elle a un peu de magie en elle. Le vent soulève mes cheveux et quelques mèches tombent devant mes yeux, mais je reste impassible. Je suis bien. Un léger sourire ne quitte pas mes lèvres et j’inspire longuement tandis qu’elle s’assied mes côtés, dans l’herbe fraîche. Elle passe sa main sur ma joue et me parle doucement.

    « Dis moi ma puce, qu'est ce que tu fais ici ? »

    « J’attends Nessie »


Comme une évidence. Maman rit doucement et me prend sur ses genoux, m’enveloppe de ses bras. Maman m’emmène souvent ici, et elle sait que j’aime ce lac plus que tout autre endroit au monde. Autant que la maison, en fait. Je m’y sens bien, légère. Et je me sens toute petite, c’est quelque chose que j’aime beaucoup. Alors des fois, quand on se promène à vélo, je m’éloigne un peu et je m’assieds ici, les pieds dans l’eau. J’attends. J’attends Nessie. J’espère qu’elle viendra vers moi. Je crois que tous ces moldus qui essayent de la voir, de la capturer parfois, lui font peur. Alors moi j’attends, sagement. Comme on m’a appris à faire avec les chatons sauvages à côté de la maison. Je reste immobile, et je patiente. Des fois, maman est avec moi, et elle me raconte à voix basses des choses que je ne sais pas sur Nessie. Au début, je croyais que c’était un gros poisson. Normal : elle vit dans l’eau. Maintenant, je sais que c’est plus comme un cheval. Un hytocampe, comme dit maman. Un truc comme ça.

    « Tu crois qu’elle a froid, maman ? »

    « Non ma jolie, elle a l’habitude tu sais ? Mais toi, tu vas te transformer en glaçon si tu reste les pieds dans l’eau ! »


Elle me serre contre elle, et accepte de rester un peu, cédant à mes suppliques. Je pense qu’au fond, ça lui fait plaisir. C’est quelque chose qu’on partage toutes les deux. Des fois, elle tresse mes cheveux (on ne les a jamais coupés depuis ma naissance, ils sont super longs !) et me raconte comment papa et elle se sont rencontrés. Et à chaque fois, elle a l’air très heureuse et beaucoup plus jeune.


Il y avait de la fumée, beaucoup de fumée. Tellement qu’elle ne parvenait même pas à voir le bout de ses doigts quand elle tendait la main devant elle. Elle se sentait loucher pour essayer de voir le bout de son nez, mais c’était un peu comme si ses yeux étaient eux-mêmes emplis de cette brume si dense. Et elle paniquait. Elle entendait qu’on appelait son nom, il lui semblait entendre les voix familières de Dorea et Caradoc. Mais elle ne les voyait pas. Elle tournait sur elle-même, bras tendus, et rien. Elle avançait, effrayée, aveugle. Et au bout d’un moment qui lui semblait une éternité, elle voyait une main. Une main à la peau parcheminée, tendue vers elle. Elle s’y raccrochait comme à une bouée de sauvetage, et discernait lentement la silhouette familière d’un homme âgé. Lentement, elle reconnaissait son grand-père. Il la prenait dans ses bras, et c’était comme si on avait allumé une lumière intense et brûlante. Le paysage se redessinait, et le cauchemar prenait fin.

Littéralement.

C’est toujours à ce moment là que je me réveille. Toujours, toutes les nuits depuis une semaine. J’ai 6ans, et je fais le pire des cauchemars des mondes magique et moldu réunis. En plus, je ne le comprends même pas. Terrifiée, malheureuse, je pleure dans mon lit et m’en échappe en vitesse, incapable de fermer les yeux sans revoir cet épais brouillard envahir mon esprit. Alors je me glisse hors des couvertures, et sur la pointe des pieds, je m’évade de ma chambre. Ma peluche préférée serrée contre mon cœur, je me précipite avec toute la discrétion dont je sais faire preuve dans la chambre de ma sœur. Elle a sept ans, et c’est pas vraiment son rôle, de me consoler. Je devrais aller dans la chambre de papa et maman, comme tous les gamins de mon âge qui font de mauvais rêves, mais j’ai juste envie d’être avec elle. Elle est mon attrape-rêve à moi, en quelque sorte.

Alors je monte sur le rebord de son lit et la pousse un peu pour qu’elle me fasse de la place. Elle grogne et je murmure une explication. Encore un cauchemar. Je me colle contre elle, et je respire fort dans son cou. Elle rabat la couette sur moi, et je me rendors lentement. Quelques sursauts de frayeur, mais rapidement, tout s’efface. Dorea sent bon. Et elle est forte, elle. Alors tout va bien.


Perchée dans un gros cerisier, je ris aux éclats. De temps en temps, quand je parviens à reprendre mon souffle, j’esquisse une sorte de petit bond, agitant la branche qui lâche ses cerises. En bas, mon père avec son grand panier cours sous cette étrange pluie afin de récupérer tous les fruits. Utiliser la magie serait bien sûr plus rapide, plus efficace et moins fatiguant, mais ce serait aussi terriblement moins amusant. Et papa est vraiment très amusant.

Le problème, c’est qu’au bout d’un moment il ne reste que les cerises les mieux accrochées à leur tige, et il faut redoubler d’efforts ou changer de branche. Et j’ai beau être plutôt agile dans mon genre, ayant suivi les traces de ma sœur pour ce type de jeu, mon père est toujours un peu réticent à me laisser jouer les ouistitis dans les feuillages. Je me mets debout et ignore ses avertissements. Je tends une jambe, concentrée, et me glisse sur une branche que nous n’avons pas encore épuisée. Papa pousse un soupir de soulagement, et le manège recommence. Des fruits qui pleuvent, un pauvre fou qui cours en rond et une gamine qui rit à en perdre le souffle.

    « Change de branche ma jolie, mais doucement, d’accord ? Ta maman va me pendre par les orteils si tu tombe ! »


Je ris, et hoche la tête. Je me lève avec une concentration et une application exemplaires, avise ma future cible, et hausse les épaules. Finalement, j’ai une meilleure idée.

    « Attends, tu vas voir ! » je crie à mon père.


Doucement, bien accrochée à l’écorce du gros arbre, je saute un peu. La branche tremble et s’agite, mais rien ne se passe. Alors, n’écoutant pas la mise en garde de mon père, je saute un peu plus haut, puis beaucoup plus haut… et au moment où le bout de ma chaussure frôle la branche, je glisse et tombe dans le vide. J’ai à peine le temps de voir papa lâcher son panier que je ferme les yeux, puis plus rien.

    « Theo ? »


Sa voix est douce, mais je reconnais sa peur et son soulagement mêlés, avec une légère pointe d’euphorie. Caradoc m’a appris ce mot il y a quelques jours, et depuis, je l’utilise sans arrêt.

    « Tout va bien ma puce »


Il a un rire nerveux, et j’ouvre un œil. J’ai la tête en bas, et le nez drôlement près de l’herbe ! J’ouvre l’autre œil et je relève la tête. La branche de cerisier a plongé avec moi, s’enroulant autour de ma cheville pour stopper ma chute. Les cerisiers ne font pas ça, alors je devine que c’est le résultat d’un sort, sans comprendre aussitôt que c’est moi qui ai fait ça. Mon père me serre contre lui et pointe sa baguette sur l’arbre qui me lâche aussitôt. Il me pose au sol et m’ébouriffe les cheveux.

    « Maintenant, il va falloir que je raconte ça à ta mère en omettant les passages lui expliquant que j’ai failli te faire tuer. » Il rit de nouveau « Félicitations petite fleur, tu as fait ta première expérience magique ! »


Je le regarde avec des yeux plus ronds que ceux du chat du voisin le jour ou Dorea et moi on lui a mis la main dessus. J’ai huit ans, et aujourd’hui, je suis une vraie sorcière !


    « Dis donc toi ! C’est comme ça que tu fais ta valise pour Poudlard ? »


Je sursaute et lève les yeux vers mon frère, dans l’encadrement de la porte. Inutile de bafouiller une explication, je n’ai absolument aucune excuse et il me connaît trop bien. Je jette un regard autour de moi. Quelques vêtements rangés au fin fond de ma valise, un beau paquet de fournitures scolaires une pile de livres sur le bord de mon lit. J’ai onze ans, et je suis extrêmement prévisible dès lors qu’il s’agit de rangement. J’ai commencé à préparer mes affaires il y a deux bonnes heures déjà, armée de tout mon courage et de ma détermination, et j’ai entrepris d’organiser mes livres de cours avant de les ranger. Une couverture m’a fait de l’œil (celle du bouquin de métamorphose), et je me suis mise à lire, comme un chiot qui suivrait un papillon. Du moins, c’est ainsi que Caradoc présente la chose.

N’ayant aucune défense, donc, je me contente d’un rire et hausse les épaules, lâchant le manuel au milieu des affaires que j’emmène. Je prends mon air le plus angélique, tout en me demandant comment ça fonctionne encore. Il est intelligent, et avec deux sœurs, il devrait résister un peu mieux, mais non. Maman appelle ça le syndrome du pot de confiture. Moi, je trouve juste que Caradoc aime faire le paon.

    « Ben tu vois, tu peux peut être m’aider, yen a trop, j’arriverai jamais à tout y loger ! Comment t’as fait, toi ? »


S’en suit un cours magistral sur la façon d’organiser une malle. Je l’observe avec amusement, et je ne peux m’empêcher de trépigner d’impatience. Je pars pour Poudlard. Le Poudlard Express, la répartition, tout ça semble passer en un éclair, et je prends bien plus vite mes marques que ce que j’aurais imaginé. Je me sens à la maison. Peut être parce que comme à la maison, Dorea me traine dans son sillage et Caradoc ne manque pas une seule occasion de vérifier que tout va toujours pour le mieux pour moi. Du coup, la vie ici est familière… En tout cas, j’aime Poudlard.


    « Là, tout doux mon beau… »


Les années à Poudlard filent trop vite. Rendez vous compte, j’ai quinze ans déjà, et j’ai l’impression de n’avoir été répartie qu’hier. J’ai pris mes petites habitudes à Poudlard, j’ai ma routine, mon univers. Et j’ai mon échappatoire, mon moment calme à moi. A l’orée de la Forêt interdite. Je tends la main un peu au hasard, doucement, et un sourire illumine mon visage lorsque mes doigts semblent rencontrer une certaine résistance. Je sens un souffle chaud sur mon flanc, ce qui me permet de suivre l’invisible du regard malgré tout, et le rabat de mon sac se soulève un peu. Je ris.

    « Eh, doucement, vorace ! Attends, je vais te le mettre par terre. Je voudrais garder les doigts, et tant que je ne vois pas tes dents, je préfère éviter tout risque inutile, ok ? »


Je joins le geste à la parole et dépose un morceau de poulet que m’a confié Hagrid. Depuis cinq ans, je pense qu’il a appris à me faire confiance comme je me fie à lui. Je ne compte plus les longues heures à discuter de Nessie, ou d’autres animaux qui me fascinent presque autant que lui. Alors parfois, quand j’ai besoin de les voir, ou plutôt de sentir leur présence, il me laisse apporter de quoi manger à la lisière du bois. Je dépose la viande au sol et retrousse le nez, dérangée par l’odeur de sang qui s’en échappe. Attentive, je le regarde disparaître, et ris de nouveau. Encore, je tente de le toucher.

    « Qu’est ce que tu fabriques ? »


Je me retourne d’un bond, et devine l’agitation de l’animal à côté de moi. Le garçon qui m’a interpellé a un an de plus que moi je crois, il est dans ma maison, mais on n’a jamais vraiment fait connaissance. Intriguée, peu habituée à ce qu’on me surprenne ici et ne sachant pas franchement comment expliquer mon manège, je bafouille et il m’interrompt, amusé.

    « Tu les vois toi aussi ? Je n’imaginais pas que tu avais vu la mort… Moi c’est Merlin. »
    « Theodora »
    « Alors ? Qui est mort ? »


Surprise, je déglutis et rougis. Partagée entre l’envie de m’éclipser et celle de ne pas paraître totalement bizarre, je ne sais pas trop comment m’y prendre.

    « Ben en fait euh… Personne. Je ne les vois pas, et c’est pour ça aussi que j’aime les sombrals. C’est apaisant de savoir qu’il y tant de choses et de créatures autour de nous. Et puis ils sont calmes, et d’habitude je suis tranquille. Je ne peux pas vraiment les toucher, et je n’ai aucune maîtrise. Ça me remet à ma place, ça fait du bien. »


Merlin semble surpris, et son étonnement se mue en rire alors qu’il prend ma main pour la guider.

    « Là, tu as… »
    « Ses naseaux, non ? Je ne le vois pas, mais je sens son souffle. »
    « Ouais, et là, c’est sa joue. Savoir, c’est bien aussi, non ? »


Je hoche la tête et rigole doucement, plus à l’idée d’avoir un nouvel ami qu’autre chose. J’ai l’impression que plus il y a de monde autour de moi, plus il m’est facile de tenir debout. Même si c’est devenu plus difficile pour moi d’aller vers les autres, je ressens toujours ces nouvelles rencontres comme de petites victoires.


D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu ces sentiments un peu étrange, ces impressions de déjà-vu, ces rêves trop prenants. C’est peut être pour ça d’ailleurs que j’ai pris de plein fouet la déclaration de cette vieille chouette au troisième œil encrassé, il y a trois ans. Quand les autres ont rit, puis oublié, j’ai encaissé puis ruminé. Ressassé encore cette idée, cette honte. J’ai imploré Merlin de la faire mentir quand je commençais à distinguer les premiers signes d’un don dont je n’ai jamais voulu. Mais rien à faire. Au cours de l’année passée, et principalement au cours de l’été, les rêves, les pressentiments se sont faits plus présents, plus oppressants. J’ai seize ans, et je suis complètement folle. Pauvre de moi.

J’ai donc dû me rendre à l’évidence, et c’est comme si mes murailles s’étaient effondrées. Lorsque j’ai commencé à rêver plus souvent, plus fort, j’ai paniqué, et j’ai renfermé ce sentiment de détresse profonde tout au fond de moi. Déterminée à ce que personne ne sache rien, pas même Do, j’ai pris le prétexte des Buses qui approchaient pour créer une bulle autour de moi. Quelques uns s’y collent, la forcent à s’écraser un peu, mais personne n’y rentre plus. Je parviens à sauvegarder les apparences tant bien que mal, même si Dorea se rend probablement compte que je ne suis plus comme avant. Mais je suis une optimiste, n’est-ce pas ? Je vois le verre à moitié plein. Toujours. Même si aujourd’hui, c’est un peu plus compliqué. Il a fallu que quelqu’un assassine Dumbledore d’abord. Dans le fond, ce n’est pas comme si c’était quelqu’un de proche, juste un directeur. Mais quand il posait le regard sur la salle, j’avais l’impression qu’il me regardait directement. Cette sensation d’être acceptée et importante semblait étouffer la moindre de mes craintes. Mais voilà. Maintenant, il n’y a plus que moi, cette vieille folle a qui je ressemble trop, avec mes visions et mes rêves infernaux, et tout le monde.

Et ça ne s’arrête pas là. Le conseil, cette crainte que les choses changent dans mon univers… passe encore. Le pire, ce n’est pas ça. Le pire, c’est ce cauchemar récurrent. Le pire, c’est Dorea qui hante mes nuits et qui y meurt. Non, ce n’est pas exactement ça. Le pire, c’est de savoir qu’elle coure un danger, et d’être impuissante.

Ma vie était un long fleuve tranquille, et je suis en train de m’y noyer.


Anomalie & Nut's © Crédit gif






Dernière édition par Theodora Dearborn le Mer 19 Nov - 23:35, édité 8 fois
ϟ Lumière éteinte

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 0:32

COUSIIIIINE leche
Très bon choix de scénario, y'en a une qui va être contente 12
Bienvenue par ici en tout cas. Si tu as besoin d'aide, on est là !

_________________
TITANIUM
You shout it loud but I can’t hear a word you say. I’m criticized but all your bull is ricochet. You shoot me down, but I get up. Cut me down but is you who had further to fall. Ghost town, haunted love. Raise your voice, sticks and stones may break my bones.
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 10:04

A nouveau bienvenue parmi nous <3
Comme tu t'en doutes Dorea va te faire ta fête owi
Bon courage pour ta fichounette !
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 10:44

Bienvenue parmi nouuus ! Bon courage pour ta fiche *_*
La liberté de l'aigle en plein vol

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 11:33

Bienvenue Theo coeur Très bon choix de perso (j'ai même craqué au début avant de prendre Charly waw )

Tout plein de courage pour ta fiche 77

_________________
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 16:37

Han wii !! Bienvenue !! owi
J'ai hâte de lire l'histoire de la miss !!! waw
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 17:22

Encore une scénario ! Yeahhh ! ^o^
Bienvenue à toi Théodora ! owi
fugitiverun for your life

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Horus
Clan: Neutre
Sang: Souillé



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 19:45

ELLE A CRAQUÉ ELLE A CRAQUÉ ELLE A ELLE A ELLE A CRAQUÉ :héhé: mdr
Bienvenue officiellement I love you waw bisous calin

_________________

THIS IS THE WAR.
La peur n'est pas réelle. Le seul endroit où la peur peut exister, c'est dans nos pensées concernant l'avenir. C'est un produit de notre imagination qui fait naître des peurs qui n'existent pas dans le présent et peut être que jamais elles n'existeront. Ça frôle parfois la folie, mais le danger est on ne peut plus réel, mais la peur est un choix.
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mar 11 Nov - 22:58

Bienvenuuuuuue parmi nous 72

Bonne chance pour ta fichette, jeune fille owi
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mer 12 Nov - 10:08

Merci tout le monde !!!

Oui Lily, j'ai craqué, c'est mal, te réjouis pas ! han mdr
rule doreanien n°1 ¤ Do as I say, not as I do

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Horus
Clan: Neutre
Sang: Mêlé



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mer 12 Nov - 14:11

La plus belle, la parfaite, la plus douce, la magnifique, la bellissima, la tout mimi, bref, ma petite soeur d'amour chéri waw waw waw coeur coeur
I love you ronde ronde ronde ronde luv
Comme Lily, je suis ravie (et même doublement ravie) que tu es craquée, d'autant plus pour ma petite Théo'. Je te l'ai déjà dis mais j'aime me répéter (shut) mais bienvenue et merci beaucoup beaucoup ! J'adore, j'aime ta plume et ce que tu as déjà écris et j'ai hâte de lire la suite waw

Pour tout le monde : Si quelqu'un touche un cheveu de mon bébé (oui, oui c'est le mien. Maman n'arrive qu'en deuxième), gare à lui tss

_________________
It is time to wake up. Time to get up and go beyond mountains. Proclaim its innocence, proclaim its truth. It is time to get up et fight for it, for her !
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mer 12 Nov - 14:21

huug

Merciiii ! Et je suis super contente que le début te plaise, ça veut dire que j'ai pas trop mal cerné ton idée ♥️
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Ven 14 Nov - 23:39

Bienvenue sur le forum I love you
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Sam 15 Nov - 22:23

Bienvenue I love you
rule doreanien n°1 ¤ Do as I say, not as I do

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Horus
Clan: Neutre
Sang: Mêlé



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mer 19 Nov - 7:22

Coucou ma belle, tu t'en sors ? N'hésites pas si besoin d'aide <3<3

_________________
It is time to wake up. Time to get up and go beyond mountains. Proclaim its innocence, proclaim its truth. It is time to get up et fight for it, for her !
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mer 19 Nov - 8:29

Désolée de mettre autant de temps, ces derniers jours irl ont été bien plus prenants que je l'avais prévu et j'ai eu un peu de mal à me prendre assez de temps pour écrire plus de dix pauvres lignes sur word. C'est pas que j'abandonne ni rien hein, je m'attendais juste à être bien plus tranquille ce week end et début de semaine, mais je finis ma fiche aujourd'hui ♥

Promis, je te mp quand j'aurai besoin de toi. Ce qui ne devrait pas trop trop tarder d'ailleurs ^^
Admin

avatar


Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn Mer 19 Nov - 23:48





Bravo, tu es validée !



Bravo à toi, tu as passé l'étape de la validation avec brio, et tu vas enfin pouvoir venir t'amuser avec nous Pour bien démarrer, n'oublie pas d'aller ouvrir ton sujet de relations ici ! Tu t'y feras pleins d'amis ! Ainsi que d'aller faire un petit tour du côté de la section gestion des rp qui se trouve pour commencer à jouer directement ! Tu peux aussi ouvrir un journal intime si tu le souhaites, mais n'oublie surtout pas d'aller acheter un hibou et d'aller à la poste magique ouvrir ta boîte aux lettres ! Pour remplir ton profil, tu peux aussi passer par ici te commander un joli rang Enfin, si tu trouves Who trop chouette, vote un coup pour lui ici.

Toute l'équipe de Who te souhaite encore une fois la bienvenue, et espère que tu t'y plairas



Contenu sponsorisé

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Imagine ♣ Theodora Dearborn

Imagine ♣ Theodora Dearborn
Page 1 sur 1