Amos & Molly ψ Loin de tout, Au milieu d'une guerre
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Amos & Molly ψ Loin de tout, Au milieu d'une guerre Mer 15 Avr - 19:13


Loin de tout, Au milieu d'une guerre

ft. Amos E. Diggory

La découverte d'un nouveau clan d'extrémistes avait le don d'inquiéter Molly, mais tous ceux qui la connaissaient bien décelaient la colère dans ses agissements du quotidien. Les jumeaux ne cessaient de s'agiter depuis quelques jours comme l'écho des sentiments de leur mère.

- Tu devrais te reposer un peu, chérie. osa Arthur, Percy faisant du cinéma dans ses bras.
- Je ne vais pas en mission pour l'Ordre, je ne vais que chez les voisins ! répliqua-t-elle, agacée, alors qu'elle lançait une Récurvite dans le lavabo d'un coup de baguette sans même être obligée de prononcer la formule, habituée à mettre en ordre la maison familiale.
- Amos doit être très occupé en ce moment, avec ce qui s'est passé à Poudlard...
- C'est justement pour ça que je veux aller le voir. Ne me regardes pas comme ça ! Je ne suis pas proche de lui pour en savoir plus sur l'Envol des Sombrals ! Amos est mon ami, je veux juste m'assurer qu'il aille bien.
- Il t'a assuré que ça allait bien par Hibou, Molly... Tu n'es pas obligé de le couver.
- Tu n'es pas aussi réticent à l'idée que je te dorlote et pourtant tu te dis adulte et responsable. dit-elle, moqueuse.
- Mais... Mollynette...

Elle déposa un baiser sur le coins des lèvres de son mari, lui répondant d'un sourire. Elle l'intima de faire prendre un bain à chacun des enfants Weasley avant de quitter la maison avec un panier de muffins à la main, persuadée que la nourriture était parfaite pour les mauvais jours. Les lèvres étirées d'un sourire qui ne se voulait pas aussi radieux, elle ne pouvait nier qu'elle était contente de voir Amos.

Après tout, entre eux, c'était une longue histoire. Si son meilleur ami avait toujours été Arthur et encore aujourd'hui alors qu’ils étaient mari et femme, Amos faisait sûrement parti des personnes les plus importantes dans la vie de la femme au foyer, au point de l'avoir nommé parrain de son dernier fils, Perceval.

A mi-chemin, sur le sentier de terre qui reliait la maison Weasley à celle des Diggory, elle saisit son ventre tout gonflé en grimaçant. Elle pesta à voix haute en pensant à quel point ses prochains garçons lui donnait déjà du fil à retordre. Pourtant, presque aussitôt, elle finit le trajet en caressant avec douceur et amour le cocon de ses enfants. Elle frappa à la porte de la maison en bois vêtu. Attendant qu’on lui ouvre, Molly leva les yeux sur le liège qui envahissait la façade de la maison encore partiellement en rénovation. Molly aimait cette maison. Elle approuvait tous les choix des travaux comme si ça suivait le court de sa propre imagination. Comme quoi les deux familles voisines avaient des goûts communs, même si Molly avait préféré construire une maison neuve au milieu de la forêt de Loutry Ste Chaspoule.

Une jeune femme finit par lui ouvrir d’un sourire chaleureux et accueillant. A côté de la rousse, elle était grande et longiligne, d’une beauté discrète qui pourrait faire jalouser plus d’une. Molly, elle, était bien au-dessus de tout ça. Elle n’avait plus d’intérêt à plaire comme lorsqu’elle était une adolescente. Elle avait déjà trouver l’amour véritable. Maintenant, elle ne voulait être belle que pour celui qui la voyait au-dessus de toutes autres, même au-dessus d’Emma Diggory qui avait la jeunesse et la maturité d’une mère par la même occasion.

- Bonjour, Emma. la salua-t-elle d’un sourire amical.
- Oh, Molly ! Quelle surprise !
- Amos est dans le coin ?
- Oui, oui. Il est dans son bureau. lui indiqua-t-elle, souriante, en la laissant entrer.

Molly se reconnaissait dans la vie simple que vivait les Diggory. C’était sûrement cette passion pour les choses importantes de la vie qui faisait qu’elle et Amos étaient toujours amis aujourd’hui.

- Amos a beaucoup de travail en ce moment. Je vais le prévenir de ta visite.
- Merci. la remercia-t-elle en posant son papier de muffins sur la table de la cuisine.

Elle suivit du regard sa voisine jusqu’à ce qu’elle disparaisse dans la salle d’à côté. Molly se permit de prendre une chaise pour s’asseoir. Si elle faisait comme si tout allait bien, en vérité, elle était très fatiguée lorsqu’elle restait debout trop longtemps avec un ventre aussi lourd. Pourtant, elle devait se montrer digne de son entrée chez les Phénix. Alastor avait confiance en elle pour lui donner une mission qui approchait à grands pas. Elle se fit donc une promesse, celle de se reposer jusqu’au jour j, lorsqu’elle se serait assurée du moral de son voisin.


Ma couleur:
 
Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Amos & Molly ψ Loin de tout, Au milieu d'une guerre Dim 3 Mai - 22:26

Le dimanche composait le jour que je réservais à ma famille, et d’une certaine manière, à ma propre personne également. Ma vie avait toujours été ordonnée, planifiée, bien rangée. J’aimais suivre un emploi du temps strict et ne jamais me perdre dans l’indécision. Certains pensaient que cela faisait de ma vie une existence plutôt morne et prévisible, néanmoins, à mes yeux, cela la rendait davantage comblée dans les deux sens du terme. Je menais un train bien rempli, avec nombreuses responsabilités, tâches, attentes. Et sincèrement, avoir ce sentiment d’être utile et de laisser une certaine trace dans ce monde me rendait heureux. Je souhaitais voir la société sorcière meilleure, et agissais dans ce but, sans relâche.

Toutefois, les derniers événements avaient fait de moi un homme épuisé, parfois effrayé. Si les événements au Ministère étaient laborieux, ceux au collège de sorcellerie Poudlard me semblaient quelque peu imprévisibles. Je pouvais gérer les difficultés que mon département rencontrait, et je parvenais à faire prospérer ce côté de notre monde magique bien que ce n’était pas tâche aisée, surtout dans des temps si précaires et alarmistes. L’on m’avait récemment récompensé pour mes derniers agissements à mon bureau, et personne ne pouvait dire que je n’étais pas apte à occuper mon poste. Bien au contraire. Et croyez-moi, la liaison avec les gobelins à laquelle on m’avait affilié lors de ma dernière promotion constituait un vrai champ de mines. Des créatures difficiles comme dangereuses, les gobelins s’annonçaient en tête de liste. Cependant, ma droiture avait fait en sorte que j’avais gagné le respect de ces êtres magiques, et il paraissait même que j’avais su gagner leur confiance, sachant qu’ils ordonnaient dorénavant avoir affaire qu’à moi et nul autre sorcier.

C’était Poudlard qui posait problème. Les obscurités se décuplaient. Mon ami Arsenius avait été assassiné de manière aussi sombre que sadique. J’avais poussé les membres du Conseil d’Administration à renforcer la sécurité au collège, notamment par ajouter des décrets tels qu’un couvre-feu et des entraînements sur le terrain de Quidditch surveillés, régulés, pour qu’aucune vie ne soit laissée sans protection un minimum rapprochée. Heureusement, j’avais reçu l’approbation démocratique des autres et les nouvelles règles étaient entrées en vigueur rapidement. De plus, l’on avait ajouté la création d’un nouveau cours d’auto-défense, optionnel, mais auquel certains élèves participaient. Le dernier élément en date avait été une nouvelle attaque de la part des Sombrals. Certes, j’étais conscient de leurs gestes, étant bras-droit de la fondatrice du clan, toutefois, les choses n’avaient pas tourné comme prévu, nos deux complices ne pouvant strictement suivre le plan élaboré. Heureusement, la finalité avait été malgré tout positive, et maintenant, le monde sorcier en était encore plus secoué, de savoir une nouvelle force agir dans l’ombre. Des extrémistes, qu’on les appelait. Cela me faisait sourire discrètement. Je n’avais jamais perçu les Sombrals en tant que tel, mais je ne me pensais pas non plus extrême dans ma droiture, chose que l’on m’avait souvent répétée.

Le nouveau problème, c’était la presque chasse au Sombral qui animait la communauté magique. Certains craignaient presque que leur voisin, collègue, cousin en était un et ferait exploser sa maison au nom de la lutte contre Voldemort. En fait, ce clan paraissait imposer plus de frayeur que d’admiration de ce que j’en entendais, bien que d’autres mages les soutenaient dans leurs actions. Cependant, le plus dangereux et important était qu’un Sombral dévoilé, risquait de finir à Azkaban. Et aucun Sombral ne souhaitait finir comme ça, ce qui augmentait encore plus les précautions, ainsi que la paranoïa parfois.

Installé à mon bureau, je mettais en ordre les tâches secondaires qui selon moi pouvaient attendre et que je consacrais au dimanche, lorsqu’Emma était occupée et que Cedric dormait. J’avais presque terminé mon travail lorsque mon épouse apparut dans la carrée de porte, m’annonçant que Molly était présente. Je posais des yeux fatigués sur l’amour de ma vie, et elle pénétra plus profondément dans la petite pièce, se postant à mes côtés. Je la sentis glisser une main dans mes cheveux d’un noir de jais que j’avais fini par laisser pousser, un peu négligemment. Ils bouclaient vigoureusement, ce que j’avais jadis peu apprécié, mais qu’aujourd’hui, m’était égal. Je me rappelais comment à Poudlard j’avais les cheveux très courts, presque rasés, pour avoir la paix avec cette tignasse. A vingt-huit ans, et avec Emma les aimant de cette manière, j’avais consenti à leur donner un peu de liberté. « Une pause te fera du bien. » articula-t-elle. Je souris doucement, interrogeant : « Tu devrais aller chez ton amie comme tu me l’avais dit hier soir. Je vais m’occuper de Cedric. Ça te fera un peu de congé. » Elle déposait un baiser sur mes lèvres, avant de disparaître. Je la suivis du regard, et finis par me redresser à mon tour, descendant à l’étage.

Sans ménagement, je lançais quelques sortilèges afin de faire de l’ordre dans la maison encore en construction et percevais Molly dans la cuisine. Je souris amicalement, la saluant : « Molly. Comment vas-tu ? Comment va Arthur ? » Je m’approchais d’elle, me retenant de demander comment allaient les plans d’Arthur d’avoir une voiture moldue. J’entendis un « plop » signifiant qu’Emma venait de transplaner. Avec un travail à mi-temps et un bébé presque à temps plein, étant moi-même bien occupé, je pouvais que tout faire pour lui donner le temps de souffler de temps en temps et se divertir avec sa famille ou ses amies. En réalité, Emma était assez mère poule, à toujours vouloir prendre Cedric avec elle. Néanmoins, il y avait des jours où il fallait juste penser à soi, d’une certaine manière. Je remarquais les mains de mon amie caresser avec amour son ventre abritant les futurs jumeaux de la famille Weasley. Il y avait une autre nature à mon invitation. Bien qu’Emma adorait Molly, je savais qu’elle avait toujours ce petit pincement au cœur quand elle la voyait. Pour nos voisins, cela semblait si facile d’avoir des enfants. Il nous avait fallu près de six ans pour avoir Cedric, bien que cela constituait notre secret bien gardé, à nous deux seulement. « Tu veux t’installer dans le salon ? Tu seras peut-être plus confortable ? » offrais-je, tout en apercevant le panier de muffins signé Molly sur la table. Un fin sourire étira mes lèvres, alors que j’ajoutais : « Merci pour les gâteaux. Mais tu sais, tu n’es pas obligée de nous apporter quelque chose à chaque fois que tu viens. » Une nuance de taquinerie transparaissait dans mon ton. « Tu veux boire quelque chose ? » J’offrais quelques boissons à mesure de voir ce qu’on avait dans les buffets, faisais réchauffer de l’eau d’un coup de baguette magique et sortais deux tasses. Je préparais la boisson qu’elle me demandait, en faisait une pour moi aussi, et m’installais finalement à ses côtés, toute ouïe.
Amos & Molly ψ Loin de tout, Au milieu d'une guerre
Page 1 sur 1