Marriage : Falling in love many times... ✘ Demilux
ϟ Lumière éteinte

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Marriage : Falling in love many times... ✘ Demilux Mer 17 Juin - 4:36

A succesful marriage requires falling in love many times always with the same person...


Lux observait l’écrin que Charity avait placé sur sa coiffeuse. La mère de Demitri était passée dans l’après-midi avant d’apporter à la jeune femme une bague de fiançailles. Un bijou familiale qui lui tenait à coeur de transmettre à la fiancée de son unique fils. Se saisissant la petite boite, la Lumière la fit tourner à plusieurs reprises entre ses doigts. Elle pensa à Valentina qui devait être courroucée de ne pas hériter de cette bague. Lux reposa l’objet devant elle. «  Il serait agréable que votre fille porte sa bague durant la soirée que nous organisons demain soir. » avait-elle dit à Charity qui souriait de toutes ses dents, étalant sur son visage cet air si hypocrite.

La porte de la chambre de Lux s’ouvrit en trombe. La brune sursauta devant cette intrusion. Son regard croisa celui de sa mère. Les mains sur les hanches, elle fit claquer sa langue contre son palais. «  Tu attends quoi pour l’essayer Lux ? Si elle ne te va pas, on va devoir l’amener chez le bijoutier.  » Lux ne répondit pas et porta à nouveau son attention sur l’écrin velouté. Elle ne l’avait même pas ouvert. Brusquement, la main de Charity s’aplatit sur l’objet et l’ouvrit. Il en sortit une bague qui en aurait fait rêver plus d’une. Un solitaire en diamant s’imposait sur un anneau doré. Dès qu’elle l’aperçut, Lux le détesta. Pourtant, la main agile de sa mère vint attraper la sienne et força son intrusion sur son annulaire gauche. Elle observa le résultat satisfaite. « C’était pas bien compliqué. Elle te va parfaitement en plus. » Charity sortit de la pièce comme elle était venue, laissant seule sa fille avec son désarrois. Lux voulut rapidement retirer l’objet de ces maux mais alors qu’elle tirait sur l’anneau pour le faire glisser, il restait irrémédiablement coincé. Se dirigeant vers la salle de bain, la Lumière chercha à la faire glisser à l’aider de savon, puis d’un quelconque sortilèges. Mais rien n’y faisait. Cet objet qui représentait sa perdition était tout bonnement ensorcelé pour rester à cette place. «  Dolohov…  » murmura-t-elle énervée.


Les Dolohov avaient un sens de la démesure presque ahurissant. Même l’hotel particulier que possédait sa famille semblait petit. Damon, Charity et elle venaient de transplaner devant cette audacieuse demeure. A son grand désespoir, Charity n’avait pas voulu que Nox vienne. Leur promiscuité était bien trop dérangeante. Lux devait s’offrir toute entière à sa future famille et rien ne devait venir la perturber. Pourtant, la présence de son frère aurait au moins eu le mérite de la rassurer. Charity lui donna une tape sur la main alors que machinalement, la Lumière faisait de nouveau tourner cette maudite bague qu’elle n’avait pu retirer. « Tu aurais du porter un chignon. » s’énerva Charity en replaçant quelques boucles de la chevelure de sa fille. Lux avait bataillé mais cette fois, sa mère n’avait pas eu le dessus. Elle ne l’avait ni coiffée, ni habillée… Et si la Lumière prenait cela pour une victoire, elle restait persuadée qu’elle aurait du se changer si cela ne lui avait pas plu. A la traine derrière ses parents à cause de ses talons, Lux remonta le chemin jusqu’à la porte où une esclave vint ouvrir la porte. Lux frissonna et passa la main à l’arrière de sa nuque où son tatouage en forme de loup se trouvait. Comment pouvait-on avoir autant régressé ? L’esclavage humain… Détournant les yeux, Lux tira sur les plis de sa robe d’une couleur rose poudré. Le tissu s’étendait en un bustier qui mettait à nu ses épaules s’arrêtant à ses genoux. Ils venaient enfin de pénétrer dans la fosse aux lions. Bien vite, ils furent reçu par un accueil rigide et froid de la part des parents de Demitri. Absent. Si bien que lorsque ses parents partirent avec les siens, Lux se retrouva seule au milieu d’une salle remplie d’inconnus. De nouveau ses doigts cherchèrent à retirer cette maudite bague. Il n’y avait bien que le Dolohov pour être absent aux propres invitations de sa famille. La Lumière erra quelques instants avant d’attraper un cocktail au contenu inconnu. Cela aurait le mérite de lui donner du courage. Car elle avait bien l’intention d’en découdre avec ce qui lui servait de fiancé. Il allait lui retirer cette bague. Il était de question qu’elle retourne à Poudlard avec cette chose aux doigts.

Les minutes glissèrent dans les airs sans que Charity ou Damon ne s’intéressent à elle. Le Slave n’avait pas montré le bout de son nez et Valentina avait fait une brève apparition avant de s’éclipser. N’en pouvant plus de ce brouhaha incessant, Lux se dirigea vers le vestibule par lequel elle était arrivée. Elle demanda alors à une jeune femme où se trouvait les commodités afin de se rafraichir. Pénétrant dans des toilettes dignes d’un restaurant quatre étoiles, Lux s’approcha des éviers et passa ses mains sous l’eau. Sachant pertinemment que cela ne fonctionnerait pas, elle tira à nouveau sur le diamant avant de jeter dans lavabo le savon qu’elle tenait entre ses doigts. «  Je te déteste idiot de Slave ! » susurra-t-elle rageusement sans s’apercevoir qu’elle était observée. Lorsqu’elle releva le visage pour enfin Le voir, Lux ne prononça pas un seul mot. Seules ses prunelles trahissaient le fond de ses pensées à Son égard.

crackle bones

_________________
TITANIUM
You shout it loud but I can’t hear a word you say. I’m criticized but all your bull is ricochet. You shoot me down, but I get up. Cut me down but is you who had further to fall. Ghost town, haunted love. Raise your voice, sticks and stones may break my bones.


Dernière édition par Lux A. Yaxley le Lun 6 Juil - 14:46, édité 1 fois
hot damn¥ girls hit your hallelujah

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Marriage : Falling in love many times... ✘ Demilux Sam 20 Juin - 2:02

You make it look like it’s magic, cause I see nobody, nobody but you, you, you... You know our love would be tragic So you don't pay it, don't pay it no mind


Le brouillard s’intensifiait dans les ruelles bordant le port. Tu l’observais occuper lentement tout l’espace, recouvrir peu à peu chaque mur et chaque pierre d’une pellicule grisâtre et humide. Les pavés tristes et sales des docks gardaient toujours cette odeur pestilentielle, accrue par les relents des bateaux, cause directe des marchandises entassées dans leurs cales depuis quelques semaines. Le port de Londres ressemblait à s’y méprendre à un cauchemar depuis les évènements du mois d’Août, et tu semblais une apparition angélique dans ce merveilleux chaos. Stoïque, les mains négligemment glissées dans les poches de ton costume sur mesure, tu laissais ton regard de fauve guetter les marins qui s’activaient depuis quelques minutes à grands cris. Pour eux, les affaires florissaient depuis quelques nuits, malgré ton insatisfaction permanente de client exigeant. Le capitaine de La Sirène vint lentement à ta rencontre, pipe de bois au coin des lèvres, te saluant d’un léger signe de tête. L’odeur répugnante du whisky t’assaillit en même temps les narines, au point de t’en meurtrir la gorge. « Alors ? » Tu ne le gratifias d’aucun regard, te bornant à laisser son interrogation en suspend. La question ne trouva d’ailleurs pour réponse que ta mine lisse et sombre. « Je ne sais pas encore ». Le rire du marin te tira de la contemplation des marchandises, alignées devant toi dans la fraîcheur du soir. « Il va falloir se décider mon p’tit. Sinon, je vais finir par te faire payer la vue, aussi agréable soit-elle. » La question te vrilla un instant les tempes, celle de savoir ce qui te retenait de frapper cet ivrogne à la jambe de bois, et de faire de sa pitoyable carcasse une incroyable œuvre d’art, amas de boyaux et de chairs à vifs. Instinctivement, la tête de loup argentée de ta canne de bois noble t’écorcha les paumes alors que tu serrais les jointures de ta mâchoire à t’en briser l’émaille. Tu n’étais pas ici pour le plaisir des yeux, ni pour accomplir tes désirs lubriques. Ton géniteur t’avait confié la lourde tâche de Négrier, et tu comptais bien lui donner entière satisfaction. Inspectant lentement les marchandises, tu sentais émaner d’elle l’espoir d’échapper au pire, sans se douter une seconde qu’elles passaient d’un Enfer à un autre. Beau diable, tu te ferais un plaisir sadique de les briser un à un. Désignant du bout de ta canne les esclaves de ton choix, tu te retournais vers le marin, esquissant un sourire froid. « Ces deux là, elles seront parfaites. Tatouez-les et livrez-les comme convenu au Manoir. Ah encore une chose…Appelez moi encore une fois « mon p‘tit » et je me chargerai personnellement de faire remplacer votre figure de proue par votre tête… Aussi agréable soit-elle. »  Sur ces mots, tu t’éloignais des docks sans un regard pour l’ivrogne, ton elfe de maison sur les talons, avant de prendre le chemin du Manoir. Tu aurais pu transplaner pour t’éviter la fine pellicule d’humidité qui collait à présent tes vêtements contre ta peau rêche, préférant de loin marcher dans l’obscurité des ruelles. Psychopathe sanguinaire à l’affut d’une prochaine victime. Sans écouter un traitre mot des remontrances de Myrrha sur ton manque de ponctualité aux mondanités organisées par ta famille, tu laissais tes pensées dériver vers ta Lumière, victime de ton dernier mauvais tour. Tu allais occuper Ses moindres pensées jusqu’à ce qu’elle en perde la raison. Brider la moindre de ses envies. T’insinuer dans la mécanique de son petit cœur, dont tu commençais à connaître les rouages et les secrets les plus sombres. Et tout cela commencerai par la bague qui, tu le devinais, ornait déjà Son assassine, ancrée à jamais dans sa peau de porcelaine. Tu aurais presque voulu y voir s’incruster la marque du métal en fusion, comme un signe d’appartenance, mais ta génitrice se serait opposée à ce que tu abîmes la future Maîtresse de maison. Tout du moins, avant le passage à l’église.

Soucieux que les invités ne te voient pas dans cet état, tu transplanas directement à l’arrière du domaine, passant par les cuisines ou s’activaient depuis le début de matinée elfes et personnel de maison afin de servir des mets plus raffinés les uns que les autres. Très éloigné de votre quotidien plutôt austère, tu savais déjà que tu n’avalerais rien tant l’opulence avait tendance à te répugner. Elle jurait avec la froideur des lieux, tombeau dans lequel on vous avait emmuré vivant depuis votre enfance. Indifférents aux jeunes femmes qui croisaient ta route en te saluant respectueusement, tu finis par arriver dans ta chambre, dans laquelle Mara avait pris soin de déposer ton costume de soirée. Tu l’enfilais rapidement, tentant vainement d’accrocher tes boutons de manchettes en sortant de la pièce, te dirigeant tout droit vers la salle de bain pour te rafraichir le visage. Alors que tu t’éloignais pour trouver une serviette, la porte s’ouvrit et tu finis par entendre le jet d’eau frapper contre la vasque de porcelaine. Tu sentis la curiosité te prendre lentement les tripes,  avant de sortir de l’ombre du placard dans lequel était rangé le linge. « Je te déteste idiot de Slave ! » Même de dos, tu l’aurais reconnu entre mille. Sans avoir remarqué ta présence, la dernière des Yaxley tentait énergiquement de retirer la bague de fiançailles qui ornait délicatement son doigt, comme pour la narguer. Lorsqu’elle releva enfin la tête, abandonnant sa tâche, tu restais figé. Debout, sans réaction. Aussi inerte qu’Elle, à la seule différence que Ses prunelles claires reflétaient en cet instant tout le mépris qu’elles pouvaient te porter. Toi qui avais réussi à faire de Sa vie un Enfer. Tu t’assimilais pourtant à une sorte de sauveur, l’arrachant au vice, à la cage doré dans lequel on l’avait enfermé. Mais tu jouais avec elle comme un félin avec sa proie, juste avant de la dévorer. « Arrête Yaxley, tu me flattes. Essaierais-tu de me faire un compliment ? » Imposant ton autorité naturelle par ta carrure élancée, tu t’approchais d’elle lentement, avant de lui tendre fermement tes poignets, afin qu’elle ferme les boutons dorés. Un sourire sombre et un brin sarcastique glissa sur ton vissage devant cette proximité troublante.  Tu ne pu que remarquer le bijou alors que ses doigts délicats se posaient sur tes poignets. Un diamant noir aux reflets irisés trônait au centre d’un cercle discret de pierres précieuses blanches, l’ensemble monté sur un anneau d’or blanc. Tu attrapais sans douceur Son assassine, faisant briller l’éclat de la pierre noire, avant de relever ton regard de fauve vers Elle. « J’espère que le bijou te plait, il a une très grande valeur dans notre famille. Tu auras sans doute remarqué, la délicate attention que j’y ai ajouté pour toi ». Pupilles dilatées par le plaisir non dissimulé de La plonger dans les abysses, tu sentais l’excitation glisser lentement de long de tes entrailles, jusqu’à les réduire en miettes. « Prends cela comme un gage de ton appartenance aux Dolohov. Comme je n’ai pas le plaisir de pouvoir te tatouer moi-même, j’aurai au moins la satisfaction de savoir que dès que tes yeux se poseront sur cette bague, tu penseras à moi ». La menace était sous-jacente, dissimulées derrière des mots que tu avais lâché dans un souffle. Le sadisme n’avait pourtant fait qu’effleurer ton palpitant, pour disparaitre aussitôt, restant au second plan. Distillé par l’adrénaline qui te dévorait le sang.

crackle bones

_________________


« satan était un ange. »


(c) Myuu.BANG!

ϟ Lumière éteinte

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Marriage : Falling in love many times... ✘ Demilux Lun 6 Juil - 14:45

A succesful marriage requires falling in love many times always with the same person...



Une colère insatiable s’enroula lentement dans tout son être. De toute Sa prestance, Il s’imposait dans la pièce. Lui qui représentait son châtiment, celui de toute une vie. Condamnée à finir prisonnière sous la tutelle d’un époux, de tous les bons partis à marier, il avait fallu que ce soit Lui. Lui qui connaissait son amer secret et qui avait su tirer sur la moindre ficelle pour que Lux se plie tel un pantin articulé devant toutes ses facéties. Lui qui faisait perdre pied à son palpitant sans le moindre scrupule. Il jouait avec ses nerfs et prenait un malin à la voir suffoquer à chacun de ses assauts cruels. « Arrête Yaxley, tu me flattes. Essaierais-tu de me faire un compliment ? » Le silence sembla s’accrocher aux lèvres de la Lumière tandis que ses prunelles restaient amarrées à celles du Dolohov. Elle aurait voulu partir. Quitter la pièce sans même prendre la peine de lui accorder un instant. Pourtant, ses pieds restaient irrémédiablement soudés au plancher prêts à en découdre. Lux continuait à le défier du regard alors qu’il s’avançait avec son habituelle allure de prince. L’allure aussi froide que l’origine de son nom. Une pluie d’insulte s’installa dans son esprit alors qu’il s’imposait pour qu’elle s’occupe de ses boutons de manchettes. La salle de bain avait beau être vaste, cette proximité inaccoutumée entre eux lui donna l’impression d’être enfermé avec lui dans un placard. Le liquide vermeille qui habitait ses veines semblait trop à l’étroit tellement elle le sentait frapper sur la moindre parcelle de son corps.

Elle se saisit alors brusquement du premier bijou doré, puis du second sans se soucier d’érafler sa chair avant de pincer le tissu immaculé afin qu’il reste en place. Elle ne voulait pas céder. Refuser lui aurait fait penser qu’elle s’enfuyait devant lui. Elle fut néanmoins piquée à vif lorsqu’il s’empara de sa main pour observer la bague. D’un mouvement brusque, elle s’extirpa de ce contact inattendu et releva fièrement le visage alors qu’il dardait son regard sombre dans le sien. « J’espère que le bijou te plait, il a une très grande valeur dans notre famille. Tu auras sans doute remarqué, la délicate attention que j’y ai ajouté pour toi ». Le tuer. Lui faire avaler son assurance afin de le remettre à sa place. La nervosité s’emparait doucement de ses nerfs lui faisant trembler le bout des doigts. Lux l’impulsive tentait de s’étouffer, de se refréner. Elle cherchait la moindre faille, la moindre pique. Une vague de chaleur corrosive s’étendit sournoisement en elle dans le seul but de la faire faillir, de lui faire commettre le premier faux pas. « Prends cela comme un gage de ton appartenance aux Dolohov. Comme je n’ai pas le plaisir de pouvoir te tatouer moi-même, j’aurai au moins la satisfaction de savoir que dès que tes yeux se poseront sur cette bague, tu penseras à moi ». Cette dernière remarque eut l’effet d’une douche froide. Lux se redressa fièrement et lui répondit vivement. « Est-ce que tu me prends pour une de tes esclaves Dolohov ? » Mordante, incisive. Elle ne supportait plus cette épée de Damoclès qu’il retenait avec légèreté au-dessus de son être. « Je serais toujours une Yaxley. Tu oublies que mon nom est plus pur que le tiens. La seule raison qui a poussée mon père à accepter ce mariage c’est la sonorité étrangère de ton nom qui lui permettra de s’étendre outre l’Angleterre. Tu devrais presque le remercier de permettre à ta famille de se hisser plus haut dans la société grâce à notre sang. » Digne héritière qui prenait pour une fois les avantages de sa nature. Lux n’avait jamais cru en toutes ces foutaises de sang préférant de loin s’amuser avec un né-moldu ayant une bouteille qu’un sang-pur avec un souaffle dans le derrière.  Lux resserra doucement ses phalanges les unes contre les autres pour contenir la tension qui lui vrillait les entrailles. L’espace d’une seconde néanmoins, elle observa la bague. Perfide, elle ajouta. « Pour répondre à ta question, je la trouve quelconque. Erèbe en a offert une bien plus jolie et originale à Alecto. » Détournant le visage de façon à le dénigrer, elle s’observa dans le miroir et remis en place quelques unes de ses boucles. A travers son reflet, elle darda enfin ses yeux dans les siens. « Quant à ta délicate attention, si tu as besoin de ça pour t’assurer que ta future femme soit bien à toi et ne t’oublies pas, c’est que tu doutes drôlement dans tes capacités. Aurais-tu peur de quelque chose ? » Un léger sourire étira les lippes de la Lumière alors qu’au plus profond d’elle même, elle n’avait qu’une envie : hurler. Lui dire d’ôter ce sortilège. La rage s’insufflait sans vergogne et elle aurait préféré lui lapider son sourire suffisant en le lui arrachant de ses propres mains. Mais faire une esclandre au beau milieu d’une soirée mondaine n’était pas dans ses projets. Pas ce soir. Pas encore une oisiveté qui lui vaudrait un retour de baguette de la part de Damon. Elle avait bien trop en mémoire les doloris suite au bal de noël. Cuisante punition dont la naissance était du au Dolohov en personne qui s’était une fois de plus amusé à la piéger. La brune posa alors sa main sur l’épaule du Slave de façon à lui demander de s’écarter de son chemin puis avec amertume elle ajouta. « Maintenant je te prierais de me laisser passer. Un jour, on m’a dit que les filles de mon rang n’étaient pas autorisées à donner des rendez-vous à quelque pas du grand monde » Ses iris emplies de rancunes le défièrent une nouvelle fois. A quelques mots, elle avait cité la phrase qu’il avait prononcée lors du bal alors que Damon les avait vu sur la terrasse, le laissant penser que sa fille flirtait allègrement avec un garçon à couvert de la nuit et des rayons discrets de la lune. Elle inspira lentement afin de garder le contrôle. « Je ne voudrais pas créer d’esclandre. Il y a déjà tant de rumeurs qui circulent… » Un étrange sentiment s’emparait de tout son être. L’envie de le mettre à défaut prenait le dessus et pourtant l’instinct craintif qu’il avait toujours éveillé en elle restait présent. Une dualité presque exaltante vibrait, animant son palpitant, vrillant le sang qui courrait dans ses veines. Respirer devenait presque une contrainte tant il est difficile de supporter cette étrange proximité et tout aussi étrangement, un plaisir malsain s’instaurait alors qu’elle s’efforçait de lui tenir tête. Elle craignait le retour de bâton qui risquait de s’abattre sur sa personne sachant pertinemment que Demitri était bien plus habitué à ces petits jeux sournois. Pourtant sa fierté ne parvenait à s’abaisser retrouvant par instant sa véhémence et sa folie naturelle bien trop brimée par toutes ces personnes qui tentaient de la faire rentrer dans le moule parfait de l’héritière qu’elle n'était pas. Le moule d’une jeune femme sage, silencieuse et soumise… Moule qui avait du se briser alors qu’elle était venue au monde à la suite de Nox devenant par la même occasion la Yaxley de tous les Diables qu’il fallait absolument faire taire. Celle bien trop prompte à faire des bêtises plutôt que d’assumer ses devoirs. Le Dolohov était presque à plaindre de s’être récupérer un tel fardeau.

crackle bones

_________________
TITANIUM
You shout it loud but I can’t hear a word you say. I’m criticized but all your bull is ricochet. You shoot me down, but I get up. Cut me down but is you who had further to fall. Ghost town, haunted love. Raise your voice, sticks and stones may break my bones.



Contenu sponsorisé

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Marriage : Falling in love many times... ✘ Demilux

Marriage : Falling in love many times... ✘ Demilux
Page 1 sur 1