Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis.
Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 12 Juil - 19:56



   

   
Rosenthal Seraphina


   
Il faisait sombre, il faisait froid, et j'avais peur. Et puis, j'ai vu la lune. Elle était énorme et tellement lumineuse ! On aurait dit qu'elle chassait l'obscurité.


   
Featuring Marie Avgeropoulos

   
  • Nom :
  • Rosenthal
       
  • Prénoms :
  • Seraphina. La raison ? l'orphelinat religieux qui l'a trouvée au pas de la porte. Un séraphin, c'est un ange protecteur. La personne qui l'avait abandonnée aurait pu la laisser quelque part ailleurs, à la merci d'un prédateur, mais au lieu de ça, elle l'avait déposée ici. Un ange la protégeait-il ? Quel qu'il soit, en lui donnant ce nom, il ne pouvait que rester à côté d'elle.
       
  • Nationalité :
  • inconnue, mais on pense qu'elle a des origines algériennes, particulièrement kabyles.
       
  • Date et lieu de naissance :
  • date réelle de naissance inconnue, elle a été assimilée à sa date d'arrivée à l'orphelinat : le douze octobre 1991, ainsi que son lieu de naissance : l'orphelinat de Londres.
       
  • Nature du sang :
  • Sang de Bourbe. Sa mère était une sorcière et son père humain. Mais elle est aussi infectée par la morsure lupine de Greyback.
       
  • Année d'étude / métier :
  • Elle est l'esclave de Greyback.
       
  • Baguette
  • Source d'inspiration Une esclave pour moitié sorcière et qui e contrôle pas ses pouvoirs ne possède pas de baguette.
       
  • Miroir de Rised :
  • Elle tue Greyback par surprise. Elle n'a pas été mordue et est une sorcière à part entière.
       
  • Epouvantard :
  • La mort sous sa forme traditionnelle. La sensation d'aimer.
       
  • Patronus :
  • Elle ne le connaît pas, mais ce serait sûrement un renard.
       
  • Clan : Neutre avec penchant pro-Sombral

  •    
  • Caste :
  • mettre des icônes des tatouages :


       
  • Qualités et défauts :

  •   Seraphina est quelqu'un de déterminé. Lorsqu'elle a un objectif, elle l'atteint par tous les moyens possibles. Que ce soit quelqu'un, un objet, si elle le veut, elle l'obtient de toutes les manières qu'elle peut, en restant digne. Il faut savoir qu'elle a une très bonne mémoire, et sait rendre aux gens ce qu'elle leur doit. Une faveur, comme une vengeance. Elle est extrêmement rancunière et, en accord avec sa détermination, elle n'abandonne pas un moyen de se venger. C'est une fille franche, qui ose ouvrir la bouche pour dire des choses qui dérangent, énervent, détruisent les gens. Elle aime surtout le faire avec des gens qu'elle n'aime pas. Pour une esclave, elle est loin d'être soumise. Fenrir Greyback est le premier à en faire les frais. S'il l'impressionnait au début lorsqu'il l'a achetée, désormais il ne lui fait plus peur. Elle ne sent plus les coups qu'il lui arrive de recevoir de lui, elle le connaît assez pour appuyer où ça peut faire mal même s'il a peu de points sensibles, assez pour faire mal mais pas trop pour éviter qu'il n'explose sur elle. Elle a beau être son esclave attitrée et lui appartenir physiquement, elle lui fait bien comprendre que son esprit, lui, est loin de lui appartenir aussi. Souvent, elle s'en amuse. Un ordre pas tout à fait exécuté, une réponse pas tout à fait précise, un mot échappé, un geste douteux, n'importe quoi qui puisse montrer qu'elle est loin d'être sienne corps et âme.
    Lorsqu'elle est avec des gens qu'elle apprécie, elle est toute autre. Grande gueule toujours, surtout pour rire. Elle est énergique, légère, enthousiaste, joueuse, espiègle. Ses yeux bleus se meuvent comme une mer cristalline agitée. Elle aime faire des activités que son statut d'esclave ne lui permet plus. Elle n'a pas eu d'enfance, et aimerait parfois la rattraper. Ces moments d'innocence que Greyback lui a volés. Elle ne pourra jamais les lui reprendre. Une enfance volée mérite bien une mort longue, lancinante. Comme celle d'une bougie qui fond sous la flamme. Elle essaie parfois, avec d'autres esclaves lorsqu'ils ont un peu de temps de libre, de retrouver ces instants d'innocence pure ou son seul objectif était de réussir à faire telle farce, ou d'arriver la première à ce point précis. L'adrénaline, ces moments où on a l'impression de marcher sur le fil du rasoir, d'être à mi chemin entre la vie et la mort. Et cette facette enfantine, ce n'est pas Greyback qui la connaîtra un jour. Pour lui, la défiance, l'insolence, la rébellion sous cape, la haine. Pour les autres, le regard clair, le sourire, le rire, les mouvements libres. Deux facettes qui ne se mêlent pas l'une à l'autre, ne se rencontrent jamais, ne dérapent pas dans le domaine de l'autre.  



       
  • L'apparition du tatouage

  •  Alors qu'elle se prépare à se coucher, un éclair de douleur la traverse entre les deux omoplates. Sa brosse lui échappe et elle ne la rattrape que grâce à ses réflexes lupins. Elle la pose et roule des épaules pour tenter de faire fuir la douleur qui ressemble à une crampe musculaire, mais elle persiste. Lorsqu'elle passe les doigts dessus en-dessous de son pull, elle ne sent rien. Pas de bosse, de blessure. Elle ne s'est pas cognée non plus. Pourtant , devant un bout de miroir sale, elle voit une tache sur sa colonne vertébrale. Tant pis, il aura disparu dans quelques jours au plus.
    Trois jours plus tard, le bleu a disparu, mais à la place trône une espèce de tatouage qui a la forme d'une tête de loup. D'où vient-il ? lui a-t-on jeté un sort d'Oubliettes pour qu'elle ne se souvienne pas avoir été tatouée de force ? Elle finit par hausser les épaules et passe à autre chose. Il est plutôt joli, et assez bas pour qu'il ne soit pas visible si elle est habillée avec une encolure de T-Shirt échancrée. Personne n'en saura rien.


       

       
  • Votre petit surnom :
  • Appelez moi Sera, ce sera plus simple à retenir  haha
       
  • Quel âge avez-vous :
  • Seize ans, bientôt dix-sept !
       
  • Comment avez-vous découvert Who :
  • Par hasard, j'ai vu une proposition de scénario sur une page de RPG sur Facebook
       
  • Quel est le code secret :
  • Blabla blabla blabla
       
  • Des remarques ?
  • Pas de tête  hm



       © Artchie
       

    _________________
    You wanna play ? OK. Let's play.


    PROPRIETE DE PERSONNE.


    Dernière édition par Seraphina Rosenthal le Dim 12 Juil - 23:38, édité 3 fois
    Lumos
    Identité
    Clan



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 12 Juil - 20:42


       
    Seraphina Rosenthal


       
    Enfance


       
  • The most effective way to destroy people is to deny and obliterate their own understanding of their history.



  •    Elle ne se souvient pas du jour où l'orphelinat l'a trouvée sur le pas de sa porte. Elle n'avait que quelques heures ou quelques jours, personne ne l'aurait pu. Les religieuses ont entendu frapper, n'ont vu personne jusqu'à entendre des bruits, ces bruits de bulle qui éclate que font les bébés. Un minuscule bébé avec quelques cheveux noirs, et des yeux dont la couleur oscillait entre le bleu et le vert. Quel ange l'avait déposée là ? Pas de trace d'adulte. De toute manière, à quoi bon le rattraper ? S'il l'a déposée là, c'est qu'il ne compte pas la garder et sait qu'on s'occupera correctement d'elle ici. Ainsi commença la vie de Seraphina, appelée ainsi car l'ange dont elle porte le nom est celui qui protège. Et si sa vie commence par un abandon, qui sait ce qui peut l'attendre par la suite ?

    La première chose dont elle se souvient, c'est un soleil radieux. Des jeux sous le ciel bleu. Une marelle dessinée à la craie et déjà à moitié effacée par les pieds des filles de l'orphelinat. Des cris joyeux, de rires. Elle saute à la corde avec d'autres filles. Ses cheveux coupés au carré dansent sur ses épaules. Puis les religieuses tapent dans leurs mains. Il faut déjà rentrer. Seraphina donne sa corde à sauter à contrecoeur et rentre dans le bâtiment. Gris, froid, sans âme. On dirait plus une prison qu'un pensionnat d'enfants sans parents. D'ailleurs, la petite fille de six ans ne se prive pas pour le dire. Juste pour voir cette étincelle qu'on appelle la colère s'allumer dans les yeux des religieuses qui élèvent les orphelines. Les religieuses doutent qu'elle soit adoptée un jour. Un trop sale caractère. Un vrai garçon manqué. Aujourd'hui, elle est calme, elle joue avec les autres. Mais elle a déjà fait de vraies colères, a déjà grimpé l'arbre au milieu de la cour de l'orphelinat et pour y rester quelques heures sans vouloir descendre, sans que personne n'aille la déloger, a déjà fait des caprices pour ne pas manger en disant qu'elle n'aimait pas, pour finalement tout avaler et dire que c'était très bon. Plus d'une fois, l'hypothèse de la noyer dans sa soupe s'est dressée devant leurs yeux. Mais elle est aussi capable d'être un vrai ange. Défendre des filles plus petites contre des pestes de deux ans de plus, donner un jouet à une autre qui était arrivée trop tard pour en avoir un, voire même blanchir une fille qui a fait une bêtise et prendre la punition à sa place alors qu'elle aurait pu s'en sortir, faire preuve d'affection aussi. Les religieuses ne savent jamais à quoi s'attendre avec elle. Un jour, elle est imbuvable, un autre, c'est une petite fille modèle.
    Elles alignent les enfants les une à côté des autres, recoiffent les épis donnés par le vent, nettoient une chaussure poussiéreuse, replacent un serre-tête. Les enfants savent toutes ce que ça veut dire. Des parents viennent pour adopter l'une d'entre elles. Elles préparent déjà leur plus beau sourire, leur air le plus angélique. Les deux adultes entrent. Ils regardent les enfants une à une, sourient à certaines, parlent à d'autres. Seraphina les regarde se déplacer. Elle n'aime pas leur air. À chaque fois, la même idée lui traverse l'esprit. On dirait qu'ils cherchent le vase qui ferait le plus d'effet dans leur salon. Elle finit par regarder ailleurs. Elle ne veut pas d'eux comme parents. Et puis en vrai, c'est quoi des parents ? Les religieuses ne le disent jamais. Est-ce que ça tape, est-ce que c'est méchant, est-ce que ça donne à manger, ça joue, ça crie ? Est-ce que ça se choisit ? Ils passent devant elle sans vraiment la regarder. Au bout d'un temps, une fillette est choisie. Elle a son âge, avec un visage de poupée, des couettes ordonnées, une jupe propre. Seraphina fait la grimace. Elle aimait bien jouer avec elle, et même si à six ans on ne parle pas forcément beaucoup, elle se parlaient souvent, surtout le soir quand les lumières étaient éteintes. Les filles de l'orphelinat qui partent ne reviennent jamais. Seraphina en a vu plusieurs partir, et c'était toujours la même sensation : celle d'être abandonnée. C'était son destin alors ? Être abandonnée ?


    Huit ans. Une dispute a lieu. Une grande de douze ans, l'une des plus pestes, lance des piques à Seraphina. Celle-ci ne se laisse pas faire, et tente de garder son calme. Elles sont dans le même sac, et pourtant son aînée lui lance des remarques qui la concernent aussi. Sur ses vêtements. Sur ses parents. La brunette tente de ne pas montrer que cela l'affecte, mais la fureur l'envahit. Elle a l'impression de crépiter d'électricité, de voir rouge à cause de sa colère qui la possède toute entière. Après la remarque de trop, elle hurle. Un cri strident, suraigu. Une onde de choc se libère et renverse l'importune, dont le sourire s'efface pour laisser place à un air apeuré. Les lumières vacillent, et soudain les ampoules éclatent. La pièce est plongée dans l'obscurité, jusqu'à ce que la porte s'ouvre et qu'une religieuse leur dise de sortir de la pièce. Elles se font copieusement gronder. Seraphina fixe sa camarade, qui la regarde d'un air terrifié. Lorsque leurs regards se croisent, elle baisse le sien. Elle ne dira rien sur ce qu'il s'est passé. La peur la fera taire. Seraphina, quant à elle, se demande ce qu'il s'est passé, si elle a vraiment produit ces évènements dans la pièce. Si oui, alors est-elle vraiment humaine ? Ou alors, une magicienne ?


    Quelque chose ne va pas. La porte de la chambre où dix filles comme Seraphina est fermée. Elle n'arrive pas à dormir. La plancher craque dans le noir. Elle se tourne et se retourne dans son lit en écoutant la respiration de sa voisine, lente et régulière. Les craquements se rapprochent, vite, puis s'arrêtent là où elle devine la porte. Un silence pesant de quelques fractions de seconde, et celle-ci explose. La lumière de la lune qui passe faiblement à travers la fenêtre éclaire ce qui vient d'entrer. Des cris de frayeur résonnent autour de Seraphina, et elle n'est pas en reste. C'est un loup énorme qui se tient dans l'embrasure de la porte, un loup gris. Il gronde sourdement en regardant chaque enfant de ses yeux qui semblent frappés de folie. Paniquées, celles-ci se réfugient où elles peuvent. Les crocs du loup luisent dans l'obscurité, et Seraphina se sent incapable de bouger, clouée qu'elle est par la peur. Lorsque leurs regards se croisent, un long frisson traverse son échine et elle se recule dans son lit, vers le mur. Puis soudain, on dirait qu'un ouragan se déchaîne. Le loup transformé en statue se meut, et bondit vers une enfant isolée. Elle hurle de frayeur, puis s'interrompt lorsqu'il lui atterrit dessus. Un craquement sinistre retentit, suivit d'un bruit mouillé. Une odeur légère et métallique emplit l'air. Lorsque le loup s'écarte du cadavre, le museau barbouillé de sang, Seraphina comprend d'où elle provient. Les enfants sont terrorisées, certaines pleurent, d'autres sont à terre, sûrement évanouies, et il y en a qui essaient de se diriger vers la porte pendant que le loup mord dans la chair de sa première victime. Il les entend, se retourne et leur coupe la route. Les hurlements reprennent, les bruits d'étranglement et les cris d'agonie suivent. Seraphina essaie de protéger les plus petites en s'interposant, mais il la repousse d'un coup brutal de la patte qui la projette contre le mur comme une vulgaire poupée. Elle s'affaisse et le voit livrer son massacre. Le sang jaillit, éclabousse les murs. Des entrailles sont étalées par terre, des fragments de corps sont disséminés.
    Il n'y a plus de cris. Il ne reste plus que des bruits de mastication, puis un grondement menaçant la fait trembler lorsqu'il se rend compte qu'il y a une survivante. Elle s'oblige à se découvrir les yeux et regarder son bourreau, la dernière chose qu'elle verra de sa vie. Son museau est repeint au au rouge qui paraît noir dans la pénombre, mais ses crocs luisent du même éclat qu'à son arrivée. Seraphina se rend compte que ses joues sont trempées de larmes de peur. Elle ne veut pas mourir. Le loup est déjà sur elle, et la petite se rend compte qu'il est plus gros que la normale. Sa gueule s'ouvre et déchire sa chair en dessous des côtes. Un hurlement lui échappe et elle tente de la repousser. Étonnamment, la pression de ses mains semble le faire reculer malgré son peu de forces. Ses grondements agressifs se transforment en gémissements douloureux. L'animal s'arque, se tord jusqu'à ne plus ressembler à un loup. Encore plus terrifiée, Seraphina se recroqueville dans le coin le plus proche lorsqu'elle le voit rapetisser, se tordre comme s'il était possédé par une force plus puissante que lui. Ses poils disparaissent. Rapidement, il ne reste que le corps d'un homme, jeune, presque adulte. Il se redresse et la regarde. Son expression lui fait peur et ses pleurs redoublent. Elle ferme les yeux en espérant que lorsqu'elle les rouvrira, il ne sera plus là. Au lieu de ça, son ombre la recouvre, elle le sent. Il lui prend le menton et, par réflexe, elle ouvre les yeux.
    "Arrête de pleurer. Tu as survécu parce que la nature t'a jugée assez forte pour le faire. Prends ça pour une bénédiction."
    Étonnamment, les larmes de l'enfant se tarissent rapidement. Finalement, il n'est pas si effrayant. C'est un homme adulte comme un autre. Elle est trop petite pour interpréter ce qu'il dit, mais comprend le mot bénédiction. Qu'il l'aie mordue, c'est une bénédiction ? Qu'elle risque de devenir un loup-garou aussi ? Elle n'a pas le temps de le lui demander. Il se lève et disparaît par l'encadrement de la porte qu'il a détruite.
    Seraphina a mal. La morsure saigne, elle a l'impression que des vagues brûlantes la traversent. Elle n'ose pas regarder l'état de son flanc. Elle reste dans cette position jusqu'à l'arrivée des religieuses qui sont horrifiées et se signent frénétiquement en voyant l'étendue du massacre. Le sang tapisse le sol et une partie des murs. L'odeur de sang et de mort est omniprésente, et des entrailles et des fragments de corps sont disséminés sur le sol. Seraphina est avachie contre le mur, et les religieuses croient un instant qu'elle est morte aussi, lorsqu'elle bouge. Sa propre flaque de sang est juste à côté d'elle. Ça n'a pas fini de saigner.
    Quelques jours plus tard, après avoir subi quelques points de suture et changé d'orphelinat pour moins de risques, elle a l'impression de sentir des différences physiques. Elle pense que ce n'est que le fruit de son imagination.


    J'ai mal. Je ne sais pas pourquoi. La blessure donnée par ce loup est presque guérie, et pourtant elle me brûle. Lorsque je passe la main sur cette zone, je ne sens pas de chaleur anormale. Je me fais sûrement des idées à cause du souvenir de cette bête ? La sensation s'étend. Elle atteint mes côtes, ma poitrine, mes jambes. Je me tortille dans mon lit et reçoit des attaques de mes camarades de chambre. Je les empêche de dormir. Un éclair de souffrance me traverse, et j'étouffe un cri. On aurait dit l'aileron d'un requin traversant deux eaux. Je me recroqueville en position foetale, mais un spasme m'oblige à me remettre droite. On dirait que mes os sont mus d'une vie propre. Ils se tordent, m'occasionnant des douleurs qui me font regretter celle donnée par ma morsure. Je me mords la langue pour tenter de me retenir d'hurler, ne laissant que des larmes de douleur en témoigner, mais je la relâche aussitôt. Le goût du sang m'emplit la bouche.
    « Arrête de faire du bruit, je veux dormir ! »
    Je tente de m'excuser, mais aucun son ne traverse mes lèvres. Ma colonne vertébrale se tord. J'ai l'impression qu'elle est trop grande pour mon corps, et d'enfler comme un ballon. Je réussis à geindre, mais le son qui sort de ma bouche ne ressemble pas à ma voix habituelle. Quelqu'un soulève la couette sous laquelle je suis complètement enfouie, et à ce moment-là, le noir envahit mon champ de vision.
    Lorsque je me réveille, je suis mouillée. L'air froid me fait comprendre que je suis dehors. Par réflexe, je touche le pansement qui couvre ma blessure, avant de me rendre compte qu'il n'y est plus, de même que les points de suture. La peau est bosselée, granuleuse à certains endroits, mais cela ressemble à de vieilles cicatrices. Ça ne fait pourtant que quelques semaines que j'ai été mordue. L'air froid à même ma chair me fait deviner que je suis nue. Comment ai-je pu atterrir là ? La dernière fois, j'étais dans mon lit, j'avais mal... Que m'était-il arrivé ? M'avait-on anesthésiée et déplacée dehors ? Le noir ne m'empêche pas de voir. Je ne suis pas loin de mon dortoir. Avais-je été prise de somnambulisme ? Au point de me déshabiller dans mon sommeil ? Je me dirige vers le dortoir dont la porte est grande ouverte. Lorsque j'entre, je ne peux retenir un hurlement. Mes camarades de chambre. Dispersées sur le sol. Mutilées, couvertes de sang, démembrées. Les lits, le sol, les murs repeints au rouge. Prise d'un doute, je regarde mon corps. Il n'est pas mouillé. Il est ensanglanté, de celui de ces filles que j'ai fréquenté plusieurs semaines. La bête sauvage qui m'avait attaquée était-elle revenue ? Et m'étais-je sauvée à temps pour qu'elle ne m'attaque pas ? Si c'était le cas, pourquoi étais-je nue ? Les questions tournent dans ma tête, effleurent la conclusion, mais je ne veux pas y croire. Ça ne peut pas être moi. Pourquoi leur aurais-je fait du mal ? Même si je ne suis que depuis moins d'un mois, elle m'ont accueillie, elles m'ont intégrée. Pourquoi les aurais-je tuées ? Je me sens mal. Coupable. Je ne peux pas les avoir tuées. Je recule et m'assois contre le mur, dehors. Si c'est vraiment moi, est-ce bien prudent que je reste ? N'y a-t-il pas des risques que je recommence ? Ce qui arrive une fois, peut arriver deux fois, et ainsi de suite. Je ne sais pas ce que je suis, mais je ne peux pas rester là. Je dois partir.


       © Artchie
       

    _________________
    You wanna play ? OK. Let's play.


    PROPRIETE DE PERSONNE.


    Dernière édition par Seraphina Rosenthal le Dim 19 Juil - 13:40, édité 1 fois
    Dragon Noir Coeur chaud et griffes d'acier

    avatar


    Lumos
    Identité
    Clan

    Feuille de personnage
    Caste: Isis
    Clan: Sombral
    Sang: Sang-mêlé



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 12 Juil - 21:03

    Bienvenue à toi
    Bonne rédaction de fichounette et si tu as des questions surtout n'hésite pas !

    _________________
    Lumos
    Identité
    Clan

    Feuille de personnage
    Caste: Isis
    Clan: Mangemort
    Sang: Mêlé



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 12 Juil - 21:27

    Seraphina carl sexe

    _________________

    Everytime the moon shines, I become alive ★ The truth is, if a werewolf behaved like this psychopath it wouldn't be because he was part animal, but because he was still too human. Only humans kill for sport. (c) P!A
    je n'm'enfuis pas, je vole.

    avatar


    Lumos
    Identité
    Clan

    Feuille de personnage
    Caste: Horus
    Clan: Neutre
    Sang: Né-moldu.



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 12 Juil - 22:41

      Officiellement bienvenue et bonne chance pour la suite de ta fiche, keupine esclave :3

    _________________


    « All these people whose ancestors devoted themselves, sacrificed themselves, to you. Can you hear them singing? Oh, you like to think you're a god, but you're not a god. You're just a parasite eaten out with jealous and envy and longing for the lives of others. You feed on them. On the memory of love and loss and birth and death and joy and sorrow. [...] I have seen things you wouldn't believe. I have lost things you will never understand. And I know things. »


    hot damn¥ girls hit your hallelujah

    avatar


    Lumos
    Identité
    Clan

    Feuille de personnage
    Caste: Seth
    Clan: Neutre
    Sang: Pur



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 12 Juil - 23:48

      J'adore ta citation tirée des Cinq légendes  coeur
      Bonne rédaction pour ta fiche !

    _________________


    « satan était un ange. »


    (c) Myuu.BANG!

    and every night I freak for Her...

    avatar


    Lumos
    Identité
    Clan

    Feuille de personnage
    Caste: Isis
    Clan: Pro-Sombral
    Sang: Pur



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Lun 13 Juil - 1:02

    Weeelcome !!! :D

    J'ai hâte d'en lire plus sur toi !!! I love you
    Lumos
    Identité
    Clan

    Feuille de personnage
    Caste: Isis
    Clan: Mangemort
    Sang: Mêlé



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 19 Juil - 13:34

    Hello Seraphina !

    Ca fait une semaine que tu as commencé ta fiche. As-tu besoin d'aide ? Si tu as des questions, hésite pas à me dire. Je suis toujours dispo ! Surtout pour toi

    _________________

    Everytime the moon shines, I become alive ★ The truth is, if a werewolf behaved like this psychopath it wouldn't be because he was part animal, but because he was still too human. Only humans kill for sport. (c) P!A
    Lumos
    Identité
    Clan



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 19 Juil - 13:45

    Pardon pour le retard ! J'ai posté la première partie de sa vie, c'est à dire son enfance :3 J'ai pris du retard parce que j'ai des activités (et une série en cours trop addictive aussi) vu que c'est les vacances, et je prévois une histoire assez longue en plus, donc ça me prend du temps... Je vais essayer de finir dans les temps quand même ! J'espère que la première partie te convient Grey mwa ?

    _________________
    You wanna play ? OK. Let's play.


    PROPRIETE DE PERSONNE.
    ϟ Lumière éteinte

    avatar


    Lumos
    Identité
    Clan

    Feuille de personnage
    Caste: Seth
    Clan: Neutre
    Sang: Pur



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 19 Juil - 16:26

    J'aime trop ce début de fiche ! J'ai hâte de voir la suite waw

    _________________
    TITANIUM
    You shout it loud but I can’t hear a word you say. I’m criticized but all your bull is ricochet. You shoot me down, but I get up. Cut me down but is you who had further to fall. Ghost town, haunted love. Raise your voice, sticks and stones may break my bones.
    Lumos
    Identité
    Clan

    Feuille de personnage
    Caste: Seth
    Clan: Pro-Mangemort
    Sang: Pur



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis. Dim 19 Juil - 18:12

    Bienvenue & bonne continuation pour ta fiche ! Smile

    _________________
    - undisclosed desires -
    I want to reconcile the violence in your heart, I want to recognize your beauty is not just a mask, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.



    Contenu sponsorisé

    Lumos
    Identité
    Clan



    MessageSujet: Re: Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis.

    Seraphina. Il a changé qui j'étais et a fait de moi celle que je suis.
    Page 1 sur 1