Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James)
La liberté de l'aigle en plein vol

Charles C. Diggory

Charles C. Diggory

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyMar 18 Nov - 19:38

Charles & James


Depuis une semaine je repoussais l’échéance, espérant qu’elle fasse le premier pas. Et pourtant, je savais intimement qu’elle n’en ferait rien. Lily savait être têtue pour ce genre de chose, et, après tout, c’était moi qui avais coupé les ponts. Je dégluti une nouvelle fois à ce souvenir douloureux que j’efforçais d’effacer de ma mémoire une bonne fois pour toute. Les grandes vacances m’y avaient pas mal aidé, la disparition de Dumbledore aussi. Et voilà que le professeur de sortilège anéantissait mes efforts à cause d’une lubie des plus étranges. Tirer au sort les duos de travail pour le prochain devoir. Ah ah ah. La bonne blague. Lily ne m’avait pas jeté un seul regard lorsque nos deux noms étaient sortis ensemble. Comment pouvais-je espérer qu’elle se manifeste auprès de moi ? Ce n’était que stupidité et je savais. C’est pourquoi je décidais de faire le premier pas car nous devions rendre ce devoir dans une semaine, soit le lundi suivant.

Assis dans un coin tranquille de la salle commune je ne parvenais pas à écrire le moindre mot satisfaisant et le tas de boules de parchemins derrière moi en témoignait. Je voulais que cette lettre soit la plus simple possible, sans être froide, ni trop détachée, ni trop larmoyante et par Merlin, ce n’était pas une mince affaire. Je me grattais la tête tout en poussant un soupir énervé. Toute cette histoire me mettait mal à l’aise et, à postériori, j’avais l’impression d’avoir été faible et lâche et cela me minait. C’est pourquoi j’évitais en général d’y penser, et j’y parvenais plutôt bien en général. Certes, j’avais fini à l’infirmerie, et dans un sale état l’année dernière, mais était-ce une raison d’abandonner ? De laisser Lily seule face à cette brute sans cœur et sans vergogne ? Quand je vois la façon dont il la traite parfois, je me dis qu’il n’a vraiment aucune chance, et au fond, cela me rassure. A croire que ce mec est doué pour faire rire et humilier les autres, mais pour ce qui est de séduire une jeune femme, pfiou, plus personne. Un vrai beau parleur qui n’est rien sans sa troupe de marauds.
D’un geste vif je me passais la main dans les cheveux, une nouvelle fois avant de froisser mon dernier essai infructueux. Je me levais d’un bond et entrepris de faire le tour de la salle histoire de chercher un peu l’inspiration. Un groupe de troisième année en profita pour m’apostropher et de m’attirer vers eux. Un des petits génies en métamorphose de notre maison avait réussit à changer la nature d’un rappeltout pour lui faire prendre la forme d’une petite fouine (au ventre très rond) qui hurlait d’une petite voix criarde qu’elle cherchait ses lunettes. A force de démonstrations je compris bientôt que ce n’était pas seulement les lunettes, mais qu’elle cherchait tout ce dont les personnes qui la prenaient dans leurs mains, devaient se rappeler de faire. Je n’étais pas convaincu d’en voir la pleine utilité mais il fallait reconnaître que la transformation était remarquable.
Les laissant s’extasier devant la fouine, je retournais à ma petite table pas plus avancé qu’au début, mais l’esprit un peu moins sombre.

Prenant une soudaine inspiration je pris ma plume et m’empressais d’écrire quelques mots sur un  nouveau bout de parchemin sans m’arrêter. Rien ne sert de s’attarder sur un détail aussi futile qu’une lettre et il fallait que je me fasse un peu violence, je n’avais rien à attendre de cette lettre, rien à attendre non plus de notre « duo » de travail pour Flitwick, il n’était donc pas nécessaire que je passe des heures et des heures à me torturer l’esprit pour quelques mots. Surtout que l’heure avançait et j’avais d’autres choses de prévues en ce lundi soir que de gaspiller des bouts de parchemin.
Je relu pour la forme la petite lettre, très simple.


Citation :
Bonjour Lily,

Suite au cours de M. Flitwick je me permets de te proposer qu'on se retrouve à la bibliothèque mercredi prochain vers 13h afin de réaliser notre devoir commun sur le sortilège d'oubliette. Je sais que nos relations ne sont plus ce qu'elles étaient mais, j'espère que tu accepteras de venir travailler avec moi encore une fois.
Je t'y attendrai, si tu as déjà des choses de prévues à cette date, tiens moi au courant.

Bien à toi,

Charles D.


Cela conviendrait parfaitement, et même si je n’étais pas tout à fait satisfait je m’empresser de la plier pour ne pas la trouver tout à fait stupide au bout de quelques secondes et d’en faire un souaffle comme cela avait été le cas pour les dix dernières.  J’écrivis un joli « Lily R. Potter» sur la lettre avant de la reposer sur la table. Je restais encore quelques minutes à la fixer sans bouger, avant de me résoudre à l’envoyer. J’étais plein de doute quant à l’avenir de celle-ci. Finirait-elle dans le feu de la salle commune des lions ? Ou bien déchirée et jetée à la poubelle ? Ou encore oubliée dans un coin ? Nulle ne savait, mais qu’importe, il fallait le faire.

Je me levais une nouvelle fois et fis disparaître les bouts de parchemin d’un coup de baguette magique. Je montais en vitesse déposer encrier, parchemins et plume et pris la direction de la volière, lettre à la main.

La volière avait quelque chose d’agréable, en dehors de l’odeur de fiente assez prenante, et j’aimais mis rendre y apporter des lettres à Woody, mon hibou grand duc qui m’accompagnait depuis mes dix ans. Il avait tellement l’air heureux à chaque fois d’avoir une mission à faire que souvent il se posait sur mon épaule dès que je mettais un pied dans l’antre aux oiseaux. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’appréciais sa présence, car niveau conversation on a vu mieux, mais c’est tout de même un bon compagnon de solitude et ses grands yeux ambrés ont l’air de me comprendre mieux que personne, ou presque. Mais il fallait d’abord monter toutes ces marches, et me donner l’occasion de réfléchir à toutes les possibilités de réponse que Lily pourrait me fournir. La plus probable serait un silence lourd de sens. Sans doute ne prendrait-elle pas la peine de me répondre, ce qui serait tout à fait normal et comment pourrais-je l’en blâmer ? Après tout, je suis le « méchant » de l’histoire. Et je crois avoir plutôt bien réussit de ce côté-là. Passer pour un sale type de première auprès d’elle, ça, c’était bien réussi même. J’aurais pu tout lui balancer n’est-ce pas ! J’aurais pu aller la voir et lui dire : c’est de la faute à James tout ça ! C’est lui qui est derrière tout ça, qui d’autre ?! Mais non, je n’étais pas aussi fourbe que ça. Appelez cela de la lâcheté si vous voulez, mais il n’empêche que je ne suis pas le genre de personne à aller lui raconter le fin fond de cette histoire. Surtout que ce serait aussi lui raconter les humiliations de James et sa bande, et me couvrir de honte, encore une fois, face à ma défaite spectaculaire lors du dernier match de la saison dernière. Impossible.

Enfin, la fin des marches. D’un geste rapide j’ouvris la porte de la volière m’imprégnant immédiatement de l’odeur âcre qui y régnait et lançais un magnifique :

Salut mon gars !

Lorsque woody vint se poser sur mon épaule comme je l’avais prédit. Dans un même mouvement je levais la main tenant la lettre pour la lui accrocher à la patte et je le vais les yeux. C’est alors que je croisais le regard d’une autre personne se trouvant déjà dans la volière. Mon rythme cardiaque s’accéléra immédiatement et mes yeux s’assombrirent à la vue de Potter qui se tenait là, visiblement aussi surpris que moi. Je savais que la volière était un lieu de rencontre, mais de tous les élèves de Poudlard c’est bien le dernier que j’aurais souhaité y croiser. Et surtout pas avec une lettre pour Lily dans les mains, dont le nom était parfaitement lisible pour lui. Je restais une demi-seconde perplexe, interdit avant de reprendre mes esprits.

Tient donc, Potter dis-je tout en baissant ma main, qui serrait la lettre qu’il jugerait sans doute suspecte, le plus naturellement du monde, espérant vainement au fond de moi qu’il n’y aurait pas prêté attention. Après tout, tout cela n’avait été l’affaire que de quelques secondes…


Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Charles C. Diggory le Jeu 5 Mar - 17:34, édité 3 fois
Invité

Anonymous

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyMar 18 Nov - 21:59

Ne t'approches pas d'elle ! Mais qu'est ce que tu ne comprends pas dans cette phrase ? 
[Charles et James]

Assis sur son lit, le garçon feuilletait le dernier Quidd’Mag parut trois jours auparavant. C’était déjà la quatrième  fois qu’il le relisait et il ne s’en lassait pas. Il passa rapidement sur le résumé du dernier match officiel, un sourire moqueur en observant le titre de l’article. Les Canons de Chudley avaient encore perdu, et cela ne surprenait plus personne déjà. Il s’attarda en revanche sur la double page consacré au Nimbus 1500 le faisait toujours bavé d’admiration et d’envie. Plus léger et toujours aussi maniable disait la description, ce balai apportait une augmentation de près de 10 kilomètre/heure. Son petit frère, le Nimbus 1001 était déjà l’un des meilleurs balais présent sur le marché, et pourtant la compagnie ne s’arrêtait pas là, visant toujours l’amélioration pour rester numéro 1. Il ne lui restait plus qu’à se défoncer en classe, avoir une bonne note et demander avec le plus beaux et grand sourire qu’il connaissait son futur cadeau de noël à ses parents. Ses parents. James releva d’un coup sec sa tête. Il avait complètement oublié de leur répondre. Enfin de répondre à sa mère surtout. Voilà déjà 15 jours qu’elle lui avait écrits en lui envoyant des choco-grenouille. Fils indigne qu’il était, ça lui était complètement sorti de la tête de lui envoyer une lettre. Il se leva avec hâte comme s’il allait pouvoir récupérer plus de temps en se dépêchant d’envoyer une lettre, abandonnant sur son lit le magasine. Et se mit à farfouiller dans son sac pour sortir sa plume d’aigle, son encrier. Il retourna ensuite presque entièrement sa valise à la cherche d’un parchemin non froissé. Finalement, il trouva un rouleau en plus ou moins bon état, si ce n’était le coin bas droit écorné. Il réfléchit quelques minutes avant de finalement se lancer dans l’écriture. Il écrit plusieurs lignes de parchemin. Bien plus que d’habitude, essayant par-là d’amadouer sa chère mère qui devait se trouver attristée de ne pas avoir de nouvelle de son chérubin. Il embrassa bien fort ses deux parents, écrivit même que Sirius leur passait le bonjour, et signa non pas par son prénom mais par : votre fils qui vous aime. C’était un peu too much, mais dans le fond, James aimait profondément ses parents. Il n’aurait pas pu rêver d’en avoir des meilleurs. Il était complice avec son père, pouvait parler de ses bêtises sans se faire trop punir et était surtout libre aussi bien dans ses actes que dans ses réflexions et non pas emprisonné. C’était quelque chose qu’il avait réalisé en côtoyant et discutant avec Sirius. Lui n’avait pas le choix de penser comme il l’entendait. Enfin, si, la preuve en est qu’il était à Gryffondor et non pas à Serpentard. Mais il en payait le prix fort. Ce qui n’était pas le cas de James. Jamais ses parents le rejetteraient pour une pensée, un acte qu’ils ne leur ressembleraient pas. Bien évidemment, si leur garçon se mettait à commettre des actes dénués de morale ils seraient déçus et chercheraient à comprendre, mais ils continueraient de l’aimer, pour sûr.

James plia la lettre après l’avoir secouée dans tous les sens pour faire sécher l’ancre.  Et s’habilla en vitesse, décidé à aller donner cette lettre immédiatement à sa petite chouette. Il chercha pendant dix bonnes minutes après sa deuxième chaussure, se maudissant d’être bordélique et prenant la décision qu’il allait oublier juste après avoir quitté le dortoir qu’il devait songer sérieusement à ranger la pièce. Il attrapa son sac de miam hiboux, glissa plusieurs friandises dans sa poche et se dirigea vers la sortie. Il descendit quatre à quatre les escaliers, emprunta des passages secrets et déboula dans la cour le sourire aux lèvres. Il leva les yeux au ciel. Un peu nuageux, mais presque pas de vent. Il inspira un grand coup, et se dit qu’après avoir confié la missive, il irait voler. C’était un parfait temps pour aller voler. Il se dirigea en direction de la volière, d’humeur joyeuse, sifflotant doucement. Il grimpa les marches, et avant même de pousser la porte de la volière, l’odeur si forte et les bruissements d’ailes atteignis ses sens. Sa chouette, haute comme trois pommes vient joyeusement l’accueillir. Il la caressa doucement, l’embrassa même sur le crane alors qu’elle continuait à hululer dans tous les sens. Il glissa alors sa main dans sa poche et donna une première friandise à sa petite protégée. Ensuite, il attacha sa lettre, sommant sa chouette d’arrêter de bouger dans tous les sens sans perdre son sourire. Mais sa bonne humeur s’envola alors qu’une personne à la silhouette trop familière poussa la porte de la volière.

Ça faisait déjà une semaine qu’il l’observait. Suspicieux. Ce n’était pas de sa faute dans un sens. C’était le professeur qu’il devait, et avait déjà maudit. Mais qu’importe, il avait été clair l’année précédente, et le message avait été reçu cinq sur cinq. Charles ne devait plus s’approcher de la rousse s’il ne voulait pas qu’il lui arrive pire que se retrouver à l’infirmerie. James ne supportait pas la concurrence. Ou du moins, si, il aimait les défis, mais pas quand il perdait. Et avec Lily, il avait toujours perdu. Il était déjà un moins que rien à côté de Servilius à qui elle adressait ses sourires si merveilleux, et voilà que quelques années plus tard, elle adressait les même à Charles. Diggory était devenu l’ennemi numéro 1 à abattre après que Lily ait arrêté de fréquenté Servilius. Mais par Merlin, qu’avaient-ils de plus que lui ? Rien. Absolument rien. Jaloux, James pouvait être terrible, ça c’était déjà vu dans son acharnement à faire de la vie du vert et argent un enfer, mais aussi pour le bleu. Après plusieurs tentatives de discussion plus ou moins corsés, se maudit Diggory n’avait pas pris ses distances comme le sommait de le faire le brun. Il avait donc était contraint de forcer les choses et passer à la vitesse supérieure pour enfin qu’il comprenne le message. Il pensait d’ailleurs avoir été complètement débarrassé de ce stupide rival. Mais ce devoir commun forcé rendait les choses les plus délicates.

Depuis une semaine, James n’avait observé les moindres mouvements du garçon, guettant son rapprochement incontournable avec la femme qu’il considérait comme celle de sa vie. Il ne pouvait pas les empêcher de se voir, à son grand malheur. Mais pouvait au moins les espionner et s’assurer que cela n’irait pas plus loin qu’une collaboration entre deux camarades. Jusqu’à présent, il n’avait rien tenté, à son plus grand plaisir. Mais James redoutait très sérieusement de les voir de nouveau rire ensemble. De la voir de nouveau sourire à un autre que lui, alors qu’elle ne faisait que lui crier dessus et le repousser. James ne se dépêcha pas d’un pouce, de toute façon, il n’y avait qu’une entrée et qu’une sortie à la tour, alors pour sûr il croiserait le type qu’il haïssait le plus en ce moment.

James ne broncha pas, attendant que le garçon note sa présence avant de signaler. La chouette de Diggory s’enleva dès qu’elle l’aperçut pour se poser à son tour sur son épaule. Le garçon leva alors la main vers elle pour lui attacher une missive. Un geste on ne pouvait plus ordinaire sachant qu’ils étaient dans la volière. Ne se doutant nullement du destinataire de la lettre, James se contenta d’observer sans ouvrir immédiatement les hostilités. Mais rapidement, Charles croisa le regard peu amical de James et se stoppa net dans tout mouvement. Il sembla nerveux, l’espace d’une seconde et baissa rapidement la main. Un geste qui intrigua James. « Tient donc, Potter » déclara simplement Charles. « Diggory » répliqua froidement James en guise de salutation. Il donna une dernière friandise et d’un mouvement fit signe à sa chouette qu’il était temps pour elle de se mettre en route. Puis, avançant d’un pas en direction du garçon, il continua : « Dis donc, tu as quelque chose à cacher on dirait ? » questionna suspicieusement James en désignant la lettre que son camarade essayait de dissimuler dans son poing.




Spoiler:
 
La liberté de l'aigle en plein vol

Charles C. Diggory

Charles C. Diggory

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyDim 23 Nov - 19:59

Charles & James


James me répondit sur le même ton froid par un simple « Diggory » tout en continuant à donner des friandises à sa petite chouette. Woody pour sa part dû ressentir la haute tension qui venait de s’introduire dans l’air car il resserra ses griffes sur mon épaule et pencha la tête légèrement en avant comme s’il cherchait à percer James pour découvrir ce qui le rendait aussi antipathique à mes yeux. Et au fond de moi je ne doutais pas qu’il avait les capacités pour parvenir à ses fins. A mon sens, les hiboux et chouettes en tout genre sont des animaux des plus intelligents. Et grand mal nous ferait de ne pas le penser.
Quoi qu’il en soit, James ne s’arrêta pas là, et remarquant le mouvement fluide de mon bras pour dissimuler la lettre, il insinua que j’avais quelque chose à cacher. Mon cerveau cherchait désespérément une solution pour me sortir de ce mauvais pas, mais j’avais beau retourner la situation sous toutes ses formes, il était clair que je ne pourrais dissimuler bien longtemps la destinataire de ma missive. Je me contentais d’un hochement de tête significative tout en rapportant la lettre devant mes yeux afin de contempler le nom qui y figurait. Un coup d’œil par-dessus le parchemin me fit pressentir que le lion devinait parfaitement le nom qui y était inscrit. Je portais à nouveau mon yeux bleus sur ladite lettre et ce n’est qu’alors que je remarquais un léger détaille particulièrement embêtant. Je crois bien que j’en ai même rougi un peu…

En effet, sur la lettre était inscrit, non pas Lily R. Evans, mais Lily R. Potter…J’en aurais presque ri si je ne m’étais pas trouvé exactement en face de ce Potter-là qui me troublais visiblement plus que je ne voulais le reconnaître. Comment avais-je pu être dans un tel état de confusion pour associer le nom de la rouquine avec celui de son persécuteur ? Je me le demande bien encore. Toujours est-il qu’il ne mettait plus possible d’imaginer le moindre artifice possible pour cacher tout cela à James, car il me faudrait, avant de pouvoir envoyer ma lettre, effacer le nom et le réécrire correctement ensuite…Un léger ricanement fini tout de même par sortir de ma bouche. Je me faisais presque pitié…
Le rouge et or me regardait toujours et sans doute s’étonnait-il de ma conduite car je n’avais toujours rien répondu à son interrogation, au contraire, me voilà en train de ricaner ironiquement. Et je crois qu’au final cela me fit le plus grand bien. Je regardais de nouveau James et finalement, je me dis qu’il n’était pas si terrible que cela, ce n’était qu’un gamin gâté qui se pensait être le roi du monde, et qui prenait pour sien ce qu’il avait décidé. Ce n’était qu’un garçon immature qui ne savait absolument pas comment se comporter avec les gens, et que la peur et l’humiliation n’ont rien de glorifiant. A dire vrai, depuis plusieurs mois, j’avais descendu James de son piédestal et de sa réputation. Depuis qu’il s’était montré sous son pire visage je ne le considérais plus comme une personne avec, potentiellement, un bon fond.

« Eh bien puisque tu me le demandes James, non, je n’ai rien à cacher. Ni rien qui puisse t’intéresser. Les affaires des autres ne sont pas les tiennes, il faudrait que tu commences à le comprendre »


Je prononçais chaque mot avec un calme relativement incroyable comparé aux sentiments de mépris qui enlaçaient mon cœur. Je le toisais du regard avec froideur et rudesse avant de reporter mon attention sur Woody qui n’avait pas quitté son attitude inquisitrice et lui chatouillant distraitement le plumage sur le ventre, j’avançais plus en avant dans la volière, passant sur la droite de James sans le regarder. Et Merlin sait que j’avais envie de lui balancer mon point dans sa tête si sûr d’elle, dans son petit air narquois et satisfait. Comme ce pouvait être un garçon détestable !

Je m’arrêtais prêt d’une petite fenêtre et, le dos posé contre le mur, je reportais mon attention sur James en lui lançant un nouveau regard assassin. Franchement, pourquoi ne pouvait-il pas laisser les gens tranquille ? Pourquoi fallait-il toujours qu’il vienne fourrer son nez partout celui-là…

« Qu’est-ce que tu vas faire Potter ? M’arracher cette lettre des mains pour vérifier son destinataire ? Tu as un doute peut-être ? Tu crains sans doute que j’écrive à Lily Evans sans ta permission ? D’ailleurs je m’étonne qui n’est pas encore fait surveiller son courrier. Es-tu sûr qu’elle ne reçoit par des lettres de correspondants enflammés derrière ton dos ? »

Je le regardais avec un mépris plus que visible et mon ton était toujours aussi froid et dur. Encore une fois, au fond de moi je n’espérais qu’une chose, qu’il se jette sur moi et qu’on puisse régler cette histoire une bonne fois pour toute. Mes muscles se crispèrent malgré moi et je dû faire un énorme contrôle sur moi-même pour ne pas serrer les poings en sa direction.
Woody de son côté commençait à s’impatienter et me mordillait l’oreille avec insistance. Il aurait sans doute été le premier à donner des coups de griffes à James si je le lui avais demandé, mais il préférait s’en tenir à sa mission première, délivrer le courrier. Et précisément, il attendait que j’attache le fameux parchemin à sa patte. D’un geste léger et doux je lui demandais de bien vouloir se poser sur le petit rebord de la fenêtre afin de ma faciliter la tâche, et permettre ainsi à James, d’une certaine manière, de venir en découdre avec moi sans être gêné par quoi que ce soit. Woody enlevé de mes épaules, je retournais mon attention sur le lion qui ne semblait pas avoir bougé d’un pouce.

« Et donc ? Tu vas surveiller le moindre de mes gestes ou bien tu vas te décider à faire quelque chose de stupide à la Potter ? »
Tout en disant cela, je croisais les bras, la lettre toujours dans ma main droite, sans plus m’en soucier que de mon dernier jus de carotte.


Spoiler:
 
[/center]

_________________
Invité

Anonymous

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptySam 13 Déc - 15:19

Ne t'approches pas d'elle ! Mais qu'est ce que tu ne comprends pas dans cette phrase ? 
[Charles et James]

James aspirait à la popularité. Aspirait à être reconnu. Il l’avait obtenu à Poudlard auprès de Sirius, Peter et Remus. Les quatre garçons connus sous le surnom des maraudeurs pour leur frasques qui deviendraient légendaires, était une des bandes les plus connues de l’école. Il se mit encore en avant en entrant dans l’équipe de Quidditch de sa maison, au poste de poursuiveur. Le talent de se mettre en avant, de se pavaner dirait une charmante rousse de sa connaissance c’était presque dans ses gènes. Mais pour savoir se mettre en avant, pour plaire et être reconnu comme Quelqu’un, il fallait d’abord observer. Regarde. Décortiquer même ses camarades. Repérer lorsqu’il était sous les feux des projecteurs quand il était le plus à même d’être observé et donc de se mettre en avant. Ça plus ses innombrables heures d’entrainement aux merveilleux sports des sorciers lui permettait de déceler les mouvements même les plus infimes qui pouvaient lui être intéressant. C’est pourquoi il ne loupa pas le petit mouvement de bras de Diggory qui tenta de cacher un objet. Curiosité mal placé ? Oui sans aucun doute, pour autant, James ne put s’empêcher de questionner suspicieusement son camarade qu’il détestait tant sur la raison de son mouvement.

Avant de répondre quoi que ce soit, le poursuiveur des Serdaigles leva la main et d’un coup d’œil relis le nom du destinataire. Car il ne faisait plus aucun doute au brun qu’il s’agissait d’une missive. Il n’était pas un abruti fini. Un parchemin replié, sa présence dans la volière en compagnie de sa chouette. Deux points qui trahissaient qu’il n’était pas là pour faire de la bièraubeurre. James ne sut lire le nom du destinataire qui était inscrit à l’encre sur le dos de la lettre. Mais la réaction du garçon en relisant la lettre intrigua encore plus James. Charles semblait comme gêné. Le brun aux cheveux ébouriffés plissa encore plus les yeux, espérant de tout cœur que son adversaire avait trouvé une autre demoiselle que Sa Lily à courtiser et que c’était le fait d’être prit ainsi alors qu’il envoyait une lettre à sa dulcinée qui le mettait mal à l’aise. Diggory essaya de reprendre constance en ricanant, vainement pour James qui avait saisi le petit malaise du garçon.  Il continuait à le toiser de haut, essayant de se rapprocher. S’il était intrigué il y a cinq minutes, là, la curiosité le dévorait. Il voulait savoir qui était le destinateur de la lettre quand bien même sa propre mère l’aurait sermonné pour un acte digne d’un mal élevé. « Eh bien puisque tu me le demandes James, non, je n’ai rien à cacher. Ni rien qui puisse t’intéresser. Les affaires des autres ne sont pas les tiennes, il faudrait que tu commences à le comprendre »

Là il n’avait pas tort pensa le garçon alors qu’enfin Charles cessait de rire pour ouvrir la bouche et lui répondre. Diggory était calme, finalement, James avait peut-être imaginé le trouble, trop content de le voir dans une position de faiblesse. Non. Clairement, il avait semblé mal à l’aise en relisant le dos de sa lettre. Malgré qu’il avait employé son prénom, le ton était froid. Mais cela ne déstabilisa en rien le brun qui continuait à le regarder lui aussi avec peu d’amour. James ne répondit pas directement au garçon. A vrai dire, il n’était pas concentré sur quoi il pourrait surenchérir mais essayait de monter un plan pour récupérer cette missive, de force s’il le fallait. Le bleu passa à sa droite, et il manqua sans aucun doute sa chance d’arracher la lettre. S’arrêtant devant une fenêtre, Charles se retourna de nouveau vers lui et le provoqua. Ni plus ni moins. C’était de la pure provocation. « Qu’est-ce que tu vas faire Potter ? M’arracher cette lettre des mains pour vérifier son destinataire ? Tu as un doute peut-être ? Tu crains sans doute que j’écrive à Lily Evans sans ta permission ? D’ailleurs je m’étonne qui n’est pas encore fait surveiller son courrier. Es-tu sûr qu’elle ne reçoit par des lettres de correspondants enflammés derrière ton dos ? »

Parler de Lily et de potentiels prétendants n’était pas la chose sensée à faire si on voulait que le garçon reste calme. Ça non. Si Diggory le regardait avec mépris, James n’était pas en reste et c’était un échange d’éclair qui s’effectuait entre les regards des garçons. James ne nota qu’à peine que le petit oiseau avait quitté l’épaule de son maitre, tant toutes ses pensées étaient concentrées sur le garçon qui lui faisait face. Le garçon qu’il haïssait le  plus. Les bras croisés sur sa poitrine, Diggory n’était pas à même de se défendre. D’un geste brusque, il était facile pour James de sortir sa baguette et de lui lancer un sort. Un maléfice que Charles semblait attendre vu les propos qu’il tenait. « Et donc ? Tu vas surveiller le moindre de mes gestes ou bien tu vas te décider à faire quelque chose de stupide à la Potter ? »

Piqué à vif dans son égo surdimensionné, le garçon sentait le sang lui monter à la tête et bouillir dans ses veines. Il allait lui montrer à ce Diggory, lui remontrait serait plus exacte qu’on ne le provoquait pas impunément. L’année dernière, il avait compris, après diverses blagues plus ou moins méchantes, il avait lâché prise et avait cessé de voir Lily. Mais l’été était passé, et le Serdaigle semblait avoir oublié combien James pouvait être redoutable pour oser le défier ainsi. Mais il ne s’emporta pas dans la minute. Il commença d’abord pour se moquer du garçon. Un rictus sur les lèvres il lui dit : « moi ? Faire quelque chose de stupide ? Jamais ! Comment crois-tu qu’après toutes ces années de frasques je sois toujours ici, à Poudlard et pas été renvoyé depuis longtemps ? Parce que je suis loin d’être stupide ! » Le garçon était confiant. Trop peut-être. Mais dans le fond ça n’avait pas d’importance, car c’était vrai. Il enchaîné les bêtises, plus ou moins grave. Et si les professeurs ou Dumbledore en savait un quart, s’ils avaient eu vent de l’acharnement qu’il avait montré l’an passé sur Diggory il aurait été renvoyé. Pire encore, si le ministère apprenait qu’il était Animagus, c’était Azkaban qu’il risquait. James possédait beaucoup de défauts, mais sûrement pas la stupidité. James n'ajouta rien pour se défendre sur Lily, car s'il se mettait à en parler pour sûr il perdrait tout contrôle de sa personne et ça serait montrer une fois de plus à Charles que la situation lui pesait. Tout en parlant, James avait plongé ses deux mains dans ses poches, sans précipitation, de façon nonchalante, comme on pouvait les glisser quand on parlait et ne savait quoi en faire. Un geste très anodin. Mais calculé. « Mais puisque tu sembles vouloir de l’action … » commença le garçon en avançant d’un pas en direction du garçon. Avancer pour mieux se stopper, pour détourner pendant un dixième de seconde l’attention de sa main droite qui venait de se contracter dans sa poche.Car tout aussi vite que s’il changeait brusquement de cap sur son balai, James ressortit sa main droite fermée sur sa baguette et s’écria en visant Diggory : « Accio lettre »



Lancé de dé oui-non pour te laisser une chance ! ;)
J'espère c'est bien comme ça qu'il faut faire et que je vais pas me faire taper sur les doigts ! ^^

1) Si c’est non : James ne récupère pas la lettre. Invente ce que tu veux, le sort qui rate, tu esquives …

2) Si c’est oui : James récupère la lettre.
J’écrirais quelques lignes en édit si ça fonctionne pour dire sa réaction en voyant le destinataire ! Smile Comme j'ai pas envie de perdre trop de temps en écrivant un pâté si ça marche pas ...


Spoiler:
 
Admin

Who

Who

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptySam 13 Déc - 15:19

Le membre 'James Potter' a effectué l'action suivante : Roulette russe

'Oui ou non ?' :
Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028593275
Invité

Anonymous

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptySam 13 Déc - 15:46


Spoiler:
 

Ne t'approches pas d'elle ! Mais qu'est ce que tu ne comprends pas dans cette phrase ? 
[Charles et James]

James ressortit sa main droite fermée sur sa baguette et s’écria en visant Diggory : « Accio lettre ». Le sortilège d’attraction n’était pas un des sortilèges les plus faciles. En fait, c’était ce genre de sortilèges qui avaient un large panel d’intensité à mettre en le lançant. Suivant la taille de l’objet, s’il était loin ou non du lanceur, dissimulé ou non, protégé par des sortilèges. Là, la lettre était à 3 mètres à peine. Les chances de le raté était faible, surtout pour James qui se débrouillait -sans être le meilleur- très bien en sortilège. La place du meilleur, James la cédait à son meilleur ami. Sirius était vraiment très doué, mais le brun aux lunettes rondes prenait facilement sa revanche en métamorphose on il excellait. Un sourire de fierté étira ses lèvres remplaçant le rictus moqueur qui y était. Le sort toucha la main droite de Charles qui tenait la missive. Pas assez fermement il faut croire, car avant même qu’il ait fiat un quelconque geste, la lettre s’échappa de son emprise pour voler dans la direction du brun. James s’avança d’encore un pas, leva sa main gauche libre et attrapa la lettre en plein vol avec une agilité qu’il devait à sa pratique du Quidditch. Les doigts se refermant sur l’objet qui l’intriguait depuis 10 minutes, il abaissa doucement sa baguette, son emprise restant toujours ferme. Il était prêt à réagir au quart de tours si jamais Diggory venait à riposter. Il tourna son poignet et pour la première fois depuis que son adversaire était arrivé dans la volière détacha son regard de sa personne pour lire le prénom qui l’informerait sur le destinataire. Lily R. Potter. Si une vague de colère le traversa alors qu’il lisait le prénom de sa rousse préférée, le nom de famille tiqua dans son esprit. Cela sonnait si bien à ses oreilles. Lily Potter. Le nom qu’elle porterait si elle venait à l’épouser. Si elle venait un jour à céder à ses avances. Un jour prochain, peut-être même demain. James pensa pendant 30 secondes à une farce du garçon, qui aurait ajouté cela juste pour le faire enrager. Mais comment aurait-il put ? Soit c’était avant de monter dans la volière, il aurait donc su qu’il se trouvait là, et aurait prémédité que James l’ennuierait ? Et donc, le mouvement pour cacher la lettre, son malaise, tout ça, c’était de la comédie ? Le garçon ne pouvait y croire. Diggory n’était pas aussi retord et surtout pas aussi bon comédien. Mais pourquoi il aurait écrit son nom de famille ? Il voulait se faire tuer par la rousse ? Le Diggory suicidaire n’avait pas plus de probabilité d’exister que le Diggory comédien. James était plus qu’intrigué par la raison qui avait poussé le garçon à écrire cela. Et puis, une idée bouscula les autres dans son esprit. Une qui enchanta beaucoup le garçon et qui même si elle était fausse pouvait expliquer le comportement. Il avait été victime de ce qu’on appelle un traumatisme. Oui, avec toutes les emmerdes qui lui était arrivé l’année dernière –par la faute entière de James il fallait le rappeler- il avait enfin compris que Lily ne lui appartenait pas. Que Lily était destinée à James. Et donc, après plusieurs mois de silence, en voulant la contacter pour leur devoir en commun c’était en ces termes qu’il s’adressait à elle. Oui c’était plus probable. Déjà car James refusait de croire une seconde que ce n’était pas la première lettre qu’il s’envoyait. Il avait sans vérifier le courrier de la rousse, il n’était si fou, fait bien attention à ce qu’ils ne se voyaient plus. Mais surtout, il savait pour ce devoir de sortilège et surveillait de très près. C’était donc plus que plausible. Replongeant son regard dans celui de Diggory, il ricana à son tour, et d’un ton qui trahissait la fierté et son contentement il lança à Charles : «  J’ignorais qu’elle avait accepté d’être ma femme ! Non pas que ça ne me plairait pas, que du contraire, Lily Potter ça sonne tellement agréable ! Mais je ne savais tout simplement pas, il faut que je lui fasse part de ma découverte ». James était amusé. Il se moquait ouvertement du garçon. C’était une situation délectable pour lui, et surtout il se sentait avantagé, d'ailleurs, il venait même de le menacer d'aller parler à Lily du point de vu qu'avait Diggory sur la nature des relations qu'ils devraient entretenir.


La liberté de l'aigle en plein vol

Charles C. Diggory

Charles C. Diggory

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyMar 16 Déc - 19:04

Charles & James
Ah ! Ce rictus, ce que j’aimerais le lui arracher une bonne fois pour toute. Cette façon qu’il avait de sourire de manière satisfaite, se croyant supérieur à tous, de manière suffisante…Je sentais bouillir en moi la haine que je lui vouais…Ce sourire…C’était le même que j’avais vu en dernier avant de perdre connaissance. Satisfait de sa bêtise. Mon poing se serra contre mon torse alors que je me forçais à rester le plus calme possible extérieurement, refoulement mes envies de me jeter sur lui pour le mettre un bon gros coup de poing dans les dents, histoire de voir s’il serait encore capable de tenir ce rictus abominable. Ma mâchoire me faisait presque mal à force de la tenir serrée, et il ne fallait pas moins que ça pour me retenir de lui cracher au visage en entendant sa réponse. Lui ? Pas stupide ? C’était bien la meilleur ça ! Et admettons que ce n’en soit pas, qu’est-ce que c’est alors ? Et pourtant je dois reconnaître qu’il n’avait pas si tord. Sans sa dose incroyable et exécrable de chance, il aurait déjà été renvoyé chez lui. Quoi que…A bien reconsidérer la question je n’en suis pas si sûre…Dumbledore était homme à fermer les yeux sur ce genre de choses. N’allez pas essayer de me faire croire qu’il n’était pas au courant de toutes les blagues drôles et moins drôles, qui se déroulaient autour de lui. Ce serait offenser sa mémoire que d’insinuer une telle chose. Mais c’était peine perdue de penser voir un jour surgir une impression de respect de la part de Potter. Il parlait, il s’énervait aussi, je voyais parfaitement dans ses yeux sa détermination à récupérer ma lettre, à mettre fin à ses doutes et à reprendre son rôle de tortionnaire. Mais savait-il que, contrairement à lui, j’avais changé ? Disons surtout que j’ai grandis depuis le printemps dernier…Et surtout, il a oublié le petit lion sournois. Il a oublié car tout ce qui ne le concerne pas est aussi insaisissable pour lui qu’un vivet doré. Maintenant je ne suis plus si libre qu’avant, et même si jamais je ne l’avouerais, à personne, sa présence me rend en quelque sorte, plus fort. Elle m’oblige à me dépasser, pour ne pas le décevoir un peu trop. Amos saurait trop bien me faire payer ma lâcheté, lui qui n’a sans doute jamais connu d’humiliation. Avec son regard capable de se poser n’importe quand et n’importe où sur moi, je dois apprendre à contrôler mes excès de colère. D’ailleurs, je ne suis plus si impressionnable qu’avant. Cet été, j’ai beaucoup réfléchit et je sais aujourd’hui que j’ai agis comme un gamin, incapable de voit au-delà de mon propre intérêt, au péril de ma conscience. Je ne le laisserai pas gagner une nouvelle fois. Plus jamais. Ce genre de personne, qui se délectent du malheur qu’ils causent aux autres, non merci.

Mes yeux bleus viraient au noir profond alors que ma pensée cheminait et que je sentais ma colère se calmer. Non pas se calmer, mais se transformer et devenir parfaitement limpide. Jamais je n’avais été aussi clairvoyant sur la stupidité de James, et sur son manque de prise de conscience. Il semblait toujours voler à des dizaines de mètres de la réalité. Il suffisait de voir comment il se comportait avec Lily…
La mâchoire encore serrée j’étais incapable de répondre pour le moment, la tête trop pleine de ces nouvelles vagues de pensées, pleines d’amertume que je ne reconnaissais pas, mais qui n’étaient rien d’autre que de la mélancolie. Il représentait un de mes plus cuisants échecs, une blessure profonde dans l’âme, une piqûre au cœur qu’un seul regard de Lily suffit à réveiller.
C’est à cet instant qu’il fit son acte stupide. Avant même de voir le bois de sa baguette je sentais déjà la lettre s’enfuir de mon étreinte, tel un serpent glissant entre mes doigts. Je ne tentais même pas un geste pour la retenir, il était déjà trop tard, Potter la tenait glorieusement dans sa main gauche. D’un mouvement souple et rapide je me détachais du mur, la baguette en main. Pourtant je me contentais de la tenir baissée, scrutant son visage pour le voir s’empourprer de colère, puis s’illuminer à nouveau de cette façon détestable. Il ne fallait pas avoir le troisième œil bien ouvert pour savoir ce qui le rendait si heureux. Mon « erreur » le ravissait. Mes doigts se serrèrent autour de ma baguette magique dont je sentais presque la chaleur irradier ma paume. Son ricanement faillit me faire lâcher prise et lui lancer un sort mais dans un effort incroyable je réussis à contenir, encore un peu, ma colère amère.

«  J’ignorais qu’elle avait accepté d’être ma femme ! Non pas que ça ne me plairait pas, que du contraire, Lily Potter ça sonne tellement agréable ! Mais je ne savais tout simplement pas, il faut que je lui fasse part de ma découverte »
Il jubilait presque de se sentir ainsi supérieur à moi et j’allais lui clouer le bec une bonne fois pour toute, la formule déjà à moitié prononcée dans ma tête, mais sa remarque refroidit immédiatement mes envies de bagarre. Une vraie douche froide qui m’arracha un léger frisson dans l’échine. Etait-ce une de ces mauvaises blagues ? Visiblement pas. Il avait l’air plutôt sérieux, et même satisfait de son idée. Sa stupidité me surprendrait toujours. Il ne pensait qu’à lui, visiblement.
Enfin capable de desserrer ma mâchoire je relâchais mes muscles et plongeais mon regard dans yeux bruns du jeune homme. Non, vraiment, ce n’était pas une blague. Il le pensait vraiment, j’en étais à la fois abasourdis et furieux. Mais ce n’était pas la même colère qu’avant, non, c’était de la fureur face à temps d’égoïsme et de stupidité juvénile, si bien que je finis par éclater, ma voix résonnant non moins qu’une beuglante l’aurait fait.

« Sérieusement Potter ? Et tu te crois malin avec ça ? Tu es fier de ton idée lumineuse ? Mais oui, allons montrer tout ça à Lily ! Je suis sûr qu’elle sera parfaitement reconnaissante envers toi ! Vraiment je ne comprends pas comment tu peux avoir de telles idées aussi stupides qui émergent dans ta tête de gamin ! A t’entendre, je me dis que tu as du utiliser un sortilège pour tromper le Choixpeau ! « Ceux-là sont de vrais roublards qui parviennent toujours à leurs fins » Ca te dis quelque chose ? Je trouve que ça s’applique beaucoup trop bien à toi ! C’est une phrase qui définit les Serpentards. Car là tu vois, à entendre tes plans, tu ne vaux pas mieux que le plus sournois des serpents. Tu dis que tu l’aimes ! Mais en vrai tu n’es qu’un égoïste incapable de comprendre les gens qui t’entourent ! Qu’est-ce que tu crois que ça lui fera à part horriblement mal ? Qu’elle me déteste ? Rassures-toi je m’en suis déjà occupé grâce à toi ! A qui ça ferait plaisir de savoir que son ancien ami lui a associé le mauvais nom de famille ? Et comment tu vas lui expliquer ça ? Tu vas lui mentir ou lui dire la vérité ? Comment tu crois qu’elle réagira quand elle saura que tu t’amuses à torture et à éliminer ceux qui osent lui accorder de l’amitié sincère et simple sans harcèlement ? Bien sans doute ! Oui ! Elle va te sauter au coup ! Mais mon pauvre Potter, tu n’as rien compris, six ans que tu lui courre après et tu n’as rien appris d’elle ! Au cas où tu l’aurais oublié, Lily est une personne, avec un cœur et une âme, ce n’est pas ton balai. Elle n’appartient à personne ! Tu n’es qu’un égoïste sans cervelle qui se prend pour le roi du monde parce qu’il a une belle gueule ! Belle mentalité ! Bel avenir pour toi ! tu ne penses qu’à toi et à te propre réussite, sans te soucier du reste, sans te soucier du mal que tu causes, ça te rends même heureux, tu te délectes du mal que tu fais, tu me dégoûtes Potter. »


Je tremblais de tout mon corps, j’étais furieux contre lui et heureusement que nous étions haut perché perdu au milieu des fientes de hiboux sans quoi tout le château m’aurait entendu. D’ailleurs quelques chouettes s’envolèrent pour fuir le bruit, j’entendais le frottement doux de leurs plumes et lentement, je parvenais à reprendre mon souffle et à calmer les battements de mon cœur. J’avais parlé un peu trop ouvertement, je m’en voulais déjà, mais tant pis. Qu’il me déteste plus pour lui avoir balancé mes pensées gratuitement à la tête, j’en avais rien à faire…

« Accio lettre »
marmonnais-je entre mes dents serrées.

       
  • Lancé de dé oui-non parce que c'est drôle de se prêter au jeu
     
       1) Si c’est non : Charles se ridiculise

       2) Si c’est oui : Charles récupère sa lettre.

Charles C. Diggory a effectué 1 lancé(s) d'un Oui ou non ? (Image non renseignée.) :
Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028593275

_________________


Dernière édition par Charles C. Diggory le Mar 16 Déc - 19:07, édité 1 fois
La liberté de l'aigle en plein vol

Charles C. Diggory

Charles C. Diggory

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyMar 16 Déc - 19:06

Spoiler:
 

Charles & James

« Accio lettre » marmonnais-je entre mes dents serrées. Après tout, maintenant qu’il avait comblé ses doutes, il n’avait plus besoin de ce bout de parchemin. Le papier s’envola de nouveau pour faire le chemin inverse. Je l’attrapais en plein vol également et, pointant ma baguette sur le nom du destinataire, je lançais un « evanesco » rapide. Je regardais l’encre s’effacer petit à petit pour laisser un parchemin à nouveau vierge. Puis, d’un geste rapide je pointais ma baguette magique en sa direction, murmurant un « Protego » à peine audible, puis le menaçant clairement, les yeux électriques je le toisais, prêt à en découdre. Il faut le dire, les sortilèges étaient ma tasse de thé, et je m’étais récemment démarqué lors du cours des sortilèges non formulés. Si on en venait à se battre en duel, il ne faisait presque aucun doute qu’Amos finirait par le savoir, mais peut m’importait, à ce moment je le détestais beaucoup trop. Mon cœur avait beau avoir mis mes sentiments pour Lily aux oubliettes, j’étais prêt à tout pour la protéger, elle me restait chère malgré tout. Non vraiment, James ne pouvait pas être amoureux de Lily vu comment il agissait…C’était impossible.

_________________
Invité

Anonymous

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyJeu 18 Déc - 18:43

Ne t'approches pas d'elle ! Mais qu'est ce que tu ne comprends pas dans cette phrase ? 
[Charles et James]

James était fier. Très fier. Et comment ne le serait-il pas ? Il venait de récupérer l’avantage face à Diggory. Il aurait pu être énervé, le garçon envoyait une lettre à Lily tout de même, mais au final, non, c’était plutôt l’inverse. Il s’était retrouvé à lire le prénom de la jolie rousse précédent son propre nom de famille. Comme s’ils étaient mariés. Chose assez risible en y repensant. Le problème n’était pas tant que le serdaigle entretienne une correspondance avec Lily qui pouvait l’agacer, non le problème c’est que James était très amoureux d’elle, et elle, naturellement n’en avait rien à faire. Pire, elle semblait –tout du moins, l’année précédente- préféré largement la compagnie de Charles. Par sa petite attirance, Lily avait dessiné une cible indélébile sur le front de Charles, le marquant comme l’ennemi numéro de James dont il devait se débarrasser. Il tenait toujours fermement la lettre dans sa main, la brandissant mi victorieux, mi moqueur. C’était presque trop facile, et pourtant cela n’empêcha pas James d’étirer son rictus. James n’était pas de nature foncièrement méchante. Il avait même été éduqué à être tout le contraire. Gentil, serviable, bien élevé en somme. Certes, il faisait des caprices, dès l’enfance il avait développé ce fort caractère, mais jamais ses parents ne lui cédaient quoi que ce soit, sans qu’il ait attendu un petit peu, et surtout mérité. Et puis, en grandissant, ses caprices se transformèrent, comprenant que pinailler ne servait à rien et que les récompenses marchaient d’avantage, il se mit à acquérir un beau langage. Charmeur et habile dans ses entreprises, s’il tournait les formulations de la manière la plus adéquate, alors il obtenait ce qu’il désirait. Il se tirait des pires situations imaginables auprès des professeurs grâce à cela aussi. Il obtenait ce qu’il voulait de tous, excepté de celle que son cœur avait choisi. Même de ses ennemis, il finissait par obtenir l’avantage, en usant de sa force de persuasion. Mais Lily, elle était de façon immuable, insensible à aucun de ses charmes ou talents. Cela en devait frustrant et blessant.

Charles avait dégainé sa propre baguette, prêt à riposter alors que James s’emparait de la missive. Mais il ne répliqua pas immédiatement, contrairement à ce que James pensait au premier abord. C’est qu’il n’avait pas le sang chaud des Rouge et Or, l’aigle. Et avant même qu’un sortilège ne fuse, c’est des propos qui emplirent la volière. Il semblait furieux, James avait touché là une corde sensible du garçon qui se sentait menacé à l’idée qu’il aille parler à Lily du nom de famille qu’il lui avait octroyé. Dans un sens, c’était compréhensible, elle l’aurait pris extrêmement mal, et cela aurait anéanti toutes tentatives ultérieures de lui reparler mais encore plus, cela aurait posé problème sur le devoir qu’ils avaient à rédiger en commun. James ne broncha pas alors que le garçon l’insultait à demi-mot, une fois de plus sur sa prétendue imbécillité. Bien que Charles n’avait pas tort en stipulant que Lily s’agacerait en premier contre lui, il avait tant l’habitude qu’elle lui crie dessus qu’il n’aurait même pas été gêné à l’idée d’aller réellement lui parler de la lettre. En revanche, quand Diggory dit qu’il pensait sincèrement que le choixpeau c’était trompé, là, la réaction était tout autre. Sa prise se raffermie sur le bois de sa baguette qui commençait à le démanger de lui lancer un autre sort. Sa langue claqua contre son palais, pour exprimer son mécontentement, et ses yeux lui envoyaient des éclairs alors qu’impossible à arrêter Digorry continuait sa tirade folle. Il aurait pu crever d’essoufflement tant le débit de parole était hallucinant et impossible à stopper.

Enfin, Charles s’arrêta de hurler, mais ce ne fut pas un silence de longue durée que la voix grave de James emplissait la volière, effrayant encore plus de chouettes et hiboux. Comment osait-il ce petit merdeux, le traiter de la sorte ? James avait senti la colère bouillir dans ses veines alors que l’un après l’autre, Charles l’accusait d’être un serpentard refoulé, puis accusait ses sentiments d’être faux, et pour finir d’être égoïste et de se délecter de la peine d’autrui. Non, définitivement il allait beaucoup trop loin. « Je ne lui ai jamais menti !! Et par Merlin, vous êtes tous con à trouver à redire sur mes sentiments !! Tu n’en sais fichtre rien de combien je l’aime ! Tu n’es pas dans ma tête ! Et je dois l’aimer bien plus que toi, moi jamais je ne l’abandonnerais, contrairement à toi qui est parti dès le premier petit obstacle que je mettais sur ta route ! » Sans jamais prononcer son prénom, il était clair que James parlait de Lily. Et il exagérait les propos, ce n’était pas un petit obstacle, mais un véritable acharnement dont il avait fait preuve l’année passée pour que Lily et Charles cessent de ses fréquenter. Il disait ne jamais l’abandonner, et pourtant, il ne le savait pas encore, mais pas plus d’une semaine plus tard, il sera là, dans la salle commune face à Lily, lui déposant un baisé mi protecteur mi d’adieu sur le front puis tournant les talons, il la laisserait tranquille. Mais là, il en était tout autre, et campant sur ses positions, après une micro pause nécessaire pour respirer il continua furieusement. « Je m’en fiches comme de mon premier balai si je te dégoûtes ou non Diggory !! Mais en attendant, tu parles de moi comme si tu me connaissais, mais il n’en est rien ! Absolument rien ! Je ne suis pas un serpentard, j’affronte les problèmes, je ne me cache pas ! Et je sais ce que je vaux, tes piques ne m’atteignent pas ! » nia farouchement le garçon.

Il allait continuer à hurler pour se défendre que Charles lança un sort en sa direction visant à récupérer la lettre. Lettre qu’il tenait largement moins fermement que sa baguette alors qu’il parlait. La missive s’envola, traversant une nouvelle fois la volière pour atterrir dans les mains de son propriétaire. La voix de Diggory trahissait son état d’énervement, l’état de James n’était pas en reste, mais le sortilège lancé par Charles avait au moins eu pour effet de refroidir ses ardeurs l’espace de trente seconde, l’empêchant de se remettre à grimper dans les décibels immédiatement. Il continuait à fixer Charles, qui venait –semblait-il- d’avoir lancé un sort sur la lettre. Surement un enchantement visant à protéger la missive, ou alors pour corriger son erreur, l’un comme l’autre James n’en avait plus rien à faire. Tout ce qui le préoccupait c’était de remettre le garçon à sa place. Et cela : vite fait, bien fait. Et il lui sembla, en l’instant, que le meilleur à faire était peut-être à continuer à le prendre de haut. Le dédain semblait mettre Diggory dans une position inconfortable, ou en tout cas, l’énerver au plus haut point. James avait particulièrement une mauvaise vue, sans ses lunettes, c’était le flou absolu. Mais par chance, ses petites lunettes rondes rétablissaient à merveille ses problèmes, et entraînés par le Quidditch, il était devenu doué pour noter les petits détails les plus importants. C'est comme ça que le garçon suspecta que Diggory venait de lancer un autre sort. D'abord, pensant qu'il le viserait lui, il finit par penser que c'était peut être un sort de défense et que le serdaigle ne se risquerait pas à l'attaquer le premier. Tout cela n'était que spéculation, mais bouger ses lèvres sans produire aucun son, était louche.

D’autant plus que le garçon avait levé sa baguette en sa direction et était prêt à riposter si James lancait un nouveau sort. Mais cela ne perturbait pas le garçon qui leva également sa baguette, et mortellement sérieux, reprit la parole : « Il y a deux catégories de personnes pour moi. Ceux que j’aime, et que je protégerais jusqu’à ma mort, et ceux qui me répugnent et qui ne mérite pas même que j’y prête attention. S’ils souffrent c’est pas mon problème. » Cela semblait très restrictifs comme classification, et pourtant c’était exactement ainsi que James raisonnait. Il leva sa baguette un peu plus haute, et avec un nouveau rictus étirant ses lèvres il défia le garçon ! « Allez Diggory, terminons ça une bonne fois pour toute ! » Puis, en s’inclinant grossièrement il continua à se moquer et prendre la chose avec légèreté comme si le petit duel qui allait commencer, l’amusait au plus haut point. Se redressant et n’attendant même pas que Charles en fasse de même, il lança deux sorts rapidement l’un à la suite de l’autre. Le premier sort, c’était surtout pour tester ses défenses car James était persuadé que Charles avait lancé un sortilège, l'autre c'était pour le titiller un peu, mais si Diggory répliquait trop vertement, alors il deviendrait plus violent. « Expelliarmus - Furunculus ».




Lancé de dé oui-non ! parce que j'adore ça ! owi

Attention je lance 2 dès oui non, pour essayer de mettre plus de chance de ton côté comme tu as lancé un sort de défense !! Notes comme je suis adorable et trop gentille irl !! C'est juste un soucis de crédibilité en fait ^^

1) OUI OUI : le meilleur cas, le sortilège d'expelliarmus brise ta défense, et bien que tu gardes ta baguette en main, tu te retrouves couvert de furoncles (sauf si tu lances un sortilège de protego un nouvelle fois et qu'il marche ! ;) )
2) OUI NON : le sort d'Expelliarmus ne brise pas ton sortilège, mais il cède avec le furonculus, mais tu n'as pas de boutons quand même, juste tu n'es plus protégé.
3) NON NON : le sort d'Expelliarmus ne brise pas ton sortilège, et résiste même au sortilège de furoncle (t'es trop fort !! argh )
4) NON OUI : le sortilège d'expelliarmus brise ta défense, mais je me suis foirée au Furunculus qui ne t'atteint même pas, pas la peine de te défendre (j'ai été nul ><)

Je crois que j'ai été équitable non ? hm Sinon, tu me MP et je changerais ! Smile

J’écrirais quelques lignes après le post du maître du jeu pour réagir sûrement comme la dernière fois !!



Spoiler:
 
[/quote]
Admin

Who

Who

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyJeu 18 Déc - 18:43

Le membre 'James Potter' a effectué l'action suivante : Roulette russe

#1 'Oui ou non ?' :
Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028492211

--------------------------------

#2 'Oui ou non ?' :
Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028593275
Invité

Anonymous

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyJeu 18 Déc - 18:50

Spoiler:
 

Ne t'approches pas d'elle ! Mais qu'est ce que tu ne comprends pas dans cette phrase ? 
[Charles et James]

« Expelliarmus - Furunculus ». Le sortilège d’expelliamus était brillamment lancé. En même temps, le contraire aurait fait peur. Il s'agissait là quand même d'un sortilège des plus basique enseigné si ce n'est les premiers mois à l'école au moins dans la première année. Un sortilège passe partout qui se montrait fort utile en de nombreuse circonstance. La colère aidant, James lança le sorilège pleine puissance en direction de Diggory. Cela aurait au moins dû le désarmer, voire même le pousser contre le mur sous la force du sortilège, et pourtant, ni sa baguetten ni son corps ne bougea d'un pouce. En revanche, le sortilège de protection qu'avait mit en place le garçon s'estompa sous l'impact. Un bref instant de réjouissance passa dans les yeux de James avant que le mécontentement ne le reprenne en voyant qu'il avait lancé avec trop de précipitation son deuxième sort. Le sortilège de furunculus s’écrasa violemment contre le mur, 5 pouces trop à gauche du Serdaigle. Tenant fermement sa baguette dans la main, James n'eut pas le temps de continuer l'assaut que la réponse de Diggory arrivait sur lui.


La liberté de l'aigle en plein vol

Charles C. Diggory

Charles C. Diggory

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyDim 28 Déc - 22:42


Charles & James
Il était tellement pathétique. Mes piques ne l’atteignaient pas ? Ce n’est pas ce que son regard assassin me montrait. Je voyais la colère en lui aussi clairement qu’il lisait la mienne sur mon visage. Jusqu’à présent je le détestais. A présent je le haïssais, du plus profond de mon âme. Comment avait-il osé me renvoyer ses bêtises dans la face ? Et pourtant je n’avais pas rêvé malgré le bourdonnement dans mes oreilles. Il venait de me reprocher d’avoir abandonné Lily au premier obstacle rencontré. Avait-il oublié que j’avais résisté plusieurs semaines, plusieurs mois même à bien y réfléchir. Avait-il oublié qu’il m’avait presque brisé tous les os du corps ? Que j’avais passé plusieurs jours à l’infirmerie par sa faute ? Ah oui ! Le bel homme avec ses belles paroles incapable de se regarder plus loin que son nez. Oh que oui, je le haïssais à présent, de chaque fibre de mon corps, comme jamais je n’avais pensé être capable de haïr une personne. Je sentais mes muscles trembler d’une rage rouge qui m’aveuglait presque complètement. Au moment où il leva sa baguette en ma direction j’étais incapable de réfléchir normalement. Il avait touché un point sensible et chacun de ses mots n’avaient été que des épines supplémentaires venant blesser mon cœur meurtris. Il faut dire que je n’avais pas tellement eu l’occasion de régler mes comptes avec lui depuis la fin de l’année précédente et malgré toutes mes bonnes résolutions, je ne pouvais pas laisser passer cette occasion en or de lui mettre une bonne raclée. Ou du moins, de lui balancer une bonne fois pour toute ma rancœur, ma haine, ma douleur, ma frustration et ma colère, comme une expiation. Peut-être que cet affrontement me permettrait d’avancer, enfin, de ne plus repenser dans mes nuits sombres à ce que j’aurais dû faire ou ne pas faire. De ne plus avoir l’impression de reculer, comme engluer dans la masse de ces souvenirs douloureux, incapable de m’en défaire correctement. Au moins ça me soulagerai une bonne fois.

Pendant tout son discours de défense je m’étais retenu de lui lancer un sort fulgurant pour lui clouer le bec. Mais l’envie malsaine de savoir jusqu’où il pourrait aller pour s’enfoncer lui-même avait retenu ma langue. Lui ? Etre capable d’aimer Lily ? Il se rendait encore plus ridicule en se positionnant en victime. Qui pensait-il duper avec un tel discours ? Certes, je n’étais pas dans sa tête, et grand bien m’en préserve. Peut-être pensait-il réellement l’aimer, mais alors il ne connaissait rien à l’amour, ce qui en soit ne m’étonnait pas tant que ça. Mais si c’était le cas, ce serait encore plus dramatique. Comment peut-on aimer quelqu’un et s’évertuer à la faire souffrir au quotidien, de toutes les manières possible, pendant plus de six années ? Cela relevait du non-sens. Et il s’étonnait que tout le monde doute de ses sentiments ? Etait-il donc à ce point obsédé par lui-même pour être incapable de se remettre ne serait-ce qu’une seconde en question ? Et dire qu’il se considérait comme un héros qui « affronte les problèmes » Ah ah ah. Je crois bien qu’un rictus narquois étira mes lèvres lorsqu’il s’en vanta. Déjà qu’il ne faisait pas face à ses responsabilités, alors aux problèmes…Ce n’était un secret pour personne par exemple, qu’il manquait souvent ses rondes de préfet. Quant à ses problèmes, se dénonçait-il régulièrement pour ses « blagues » qui tournaient mal et envoyaient des élèves à l’infirmerie ? Il affrontait les problèmes qui l’arrangeaient bien surtout. Sa mauvaise fois me dégoûtais de plus en plus, et je sentais les jointures de mes doigts serrés sur ma baguette magique qui commençaient à me faire souffrir. Inutile d’y jeter un coup d’œil pour deviner qu’elles devaient blanchir légèrement.  

Son discours sonnait tellement faux que je trouvais bien inutile de répondre à de tels propos. Il ne trompait que lui-même et de toute façon, la rage gonflait bien trop ma gorge pour que je puisse sortir le moindre son. J’étais prêt à lui transformer sa tête suffisante en chaudron siffleur et à le faire rouler en bas des escaliers de la volière sans plus de cérémonie. Je n’attendais plus que ça, qu’il lance enfin les hostilités, que je puisse lui faire mordre la paille et les crottes de hiboux. Mais il continua à parler, à m’expliquer la vie selon sa vision. Son monde était bien restrictif, et ne valait pas mieux que certains discours qui couraient dans les couloirs des grands manoirs sorciers. Forcément, il est plus facile de tuer une personne dont on juge la vie inutile, que de mettre toutes ces vies sur le même plan. Quelle belle morale Potter. Tu ne m’aimes pas alors je mérite d’être traité comme un scroutt à pétard ? Ca c’est de la grande réflexion et de grands principes.

S’en était trop. Je ne pouvais pas supporter d’entendre d’avantage de stupidités ! J’allais lancer un premier sort que je remarquais un léger mouvement dans son regard. Un rictus immonde étira ses lèvres et, enfin, il prononça la phrase qui voulait tout dire :

« Allez Diggory, terminons ça une bonne fois pour toute ! »

Oui Potter, terminons cela une bonne fois pour toute…Et voilà que le gryffon se fait une courbette grotesque. Qu’est-ce qu’il croit ? Que ça va être une partie de plaisir ? Qu’il va bien s’amuser ? Que sa seule assurance va le préserver de toutes attaques ? Je crois que le regard que je lui ai lancé alors a été le plus foudroyant de celui que je n’ai jamais lancé. Mais James ne me donna pas le loisir de lui adresser la moindre remarque désobligeante, qu’il lança deux sorts à la suite. Le premier, l’experlliarmus frappa mon protego de plein fouet si bien qu’il s’estompa. Il faut dire que le lion n’avait pas lésiner sur la force de son sortilège je dois le reconnaître. Mais dans la précipitation il lança également son deuxième sort beaucoup trop vite, sans prendre le temps de viser correctement et le filet vert de son furunculus alla s’écraser contre la pierre à quelques pouces de moi. Je ne pris pas le temps de m’en moquer ouvertement, trop concentré sur ma cible. J’avais laissé tomber la parole depuis plusieurs minutes maintenant, essayer de discuter avec une personne aussi stupide était bien inutile et je crois bien que seule une cuisante leçon pourrait le faire réfléchir un peu.

« Everte Statim


       
  • Lancé de dé oui-non ! Je mets deux dés aussi, ça introduit une variable en plus c'est plus chouette
     
    1) Oui - Oui  : le sort atteint James et le projette violemment en arrière et il tombe
    2) Oui - Non : le sort atteint James mais le sort n'était pas très puissant et ne le fais reculer que de quelques pas.
    3) Non - Non : le sort rate complètement et fait éclater un bout de pierre qui atteint Charles au front (boulet  argh )
    4) Non  - Oui : le sort est intercepté par un hibou qui passait par-là et James se prend le hibou sur la tête, mais rien de bien méchant.


_________________


Dernière édition par Charles C. Diggory le Dim 28 Déc - 22:57, édité 2 fois
Admin

Who

Who

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyDim 28 Déc - 22:42

Le membre 'Charles C. Diggory' a effectué l'action suivante : Roulette russe

'Oui ou non ?' :
Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028593275 Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028593275
La liberté de l'aigle en plein vol

Charles C. Diggory

Charles C. Diggory

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyDim 28 Déc - 22:56


Charles & James

« Everte Statim

J’étais vraiment en colère, plein de rage et d’amertume, et je n’étais surement pas là pour lui envoyer une pluie de furoncle sur la tête. Sérieusement, le temps de farce était bel et bien fini, et s’il ne le savait pas encore, il allait pas tarder à savoir que j’étais vraiment prêt à lui faire payer tout ce qu’il m’avait fait endurer, de quelque manière que ce soit. Certes, j’y étais allé un peu fort avec ce sortilège, mais il faut dire que je le maîtrisais plutôt bien, grâce à Amos qui l’avait utilisé un jour contre moi alors qu’il n’était déjà plus élève ici. J’avais alors traversé tout le hall du manoir familial sur le dos et je mettais jurer de lui rendre la pareille quand j’en aurais l’autorisation. Je m’étais donc entraîner pendant des jours sur des objets dans une salle de classe vide, jusqu’à parvenir à faire glisser le bureau de bout en bout de la pièce sans une hésitation de celui-ci. En vrai ce n’était pas un sortilège particulièrement redoutable à moins de se trouver au bord d’un précipice, il y a peu de chance qu’il vous endommage sérieusement, mais pour l’avoir testé, il a le mérite de secouer un peu. Et c’était précisément ce que je voulais faire de Potter. Lui secouer un peu sa petite tête arrogante. Mon sort fusa droit sur lui sans qu’il ait le temps de faire le moindre geste pour esquiver, et le frappa en plein dans la poitrine, le repoussant violemment si bien qu’il tomba par terre de tout son long. Mes yeux lançaient des éclairs tandis qu’une partie de moi me hurlait de « l’achever ». Mais je n’étais pas comme ça, malgré mon envie irrésistible de me jeter sur lui et de faire pleuvoir sur lui des sortilèges en grand nombre, je me contentais de rester parfaitement droit, baguette levée, prêt à riposter à son prochain sort. Ce n’était pas un lynchage que je voulais, mais un vrai règlement de compte et je comptais bien l’affronter en face et non pas profiter d’une position de faiblesse.

Spoiler:
 

_________________
ϟ Lumière éteinte

Lux A. Yaxley

Lux A. Yaxley

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyLun 29 Déc - 23:53



Lux soupira alors qu’elle relisait pour la énième fois la lettre qu’elle avait trouvé écrite de la main de Kaloyan. Elle pensait qu’un simple sortilège de traduction lui serait suffisant mais c’était plus complexe qu’elle n’avait cru. Quelle idée d’être Bulgare aussi… Une petite voix lui souffla à l’oreille qu’elle était en train de faire une bêtise en cherchant à percer les secrets du Gregorovitch de la sorte. Si elle appréciait beaucoup le jeune homme, elle en avait assez de ses petits mystères et cette réticence qu’elle ressentait en lui. La brune laissa choir le morceau de parchemin sur la table en bois tandis que sa baguette roulait sur le côté. Bordel. Le plus énervant c’est qu’elle avait réussi à déchiffrer son prénom dans cette saleté de lettre. Comment ne pas attiser davantage sa curiosité ? Elle n’allait quand même pas passer l’année à décrypter les mots les uns à la suite des autres.  S’enfonçant dans sa chaise la petite Lumière croisa les bras et chercha qui pouvait l’aider dans cette démarche. Elle ne voulait certainement pas montrer cela à ses camarades mais demander des conseils allaient lui apporter des soupçons. L’option Nox était rayée d’office. Il allait encore chercher à lui soutirer des informations. Son souffle se coupa alors qu’elle pensa à Erèbe. Son frère ainé était doué en tout. Peut-être pourrait-il lui donner quelques conseils pour perfectionner ce maudit sortilège. Attrapant un parchemin vierge, elle trempa vivement la pointe de sa plume dans son encrier avant de se stopper dans son geste. Il fallait tout de même qu’elle trouve les mots justes. Ceux qui ne laisse douter de rien. Une minute plus tard, un prétexte bidon était griffonné sur le papier. Un ami étranger lui avait écrit une lettre la mettant au défi de la traduire. Rien de tel pour émoustiller l’ainé des Yaxley qui voudrait sûrement que sa soeur relève ce gage la tête haute. Elle roula délicatement la feuille avant de nouer autour d’elle une mince ficelle. Réunissant son bazar dans sa sacoche, la brune quitta la bibliothèque pour se rendre en direction de la volière.

Ce qui lui plaisait le moins en se rendant à cet endroit ? Le fait de s’approcher des tours. C’était dans l’une d’elle que présidait le conseil. Les chances de croiser son père était donc encore plus grandes… Faisant profil bas, la Serpentard rejoint les tours d’un pas tranquille avant d’accélérer afin d’éviter toutes rencontres malencontreuses. Une fois au pied de la volière elle souffla. L’aller, check. Il restait plus que le retour. Elle commença à monter les marches grinçantes de la tourelle quand des éclats de voix lui parvinrent aux oreilles. « Allez Diggory, terminons ça une bonne fois pour toute ! » Le doux son de la voix de Potter… Mais ce qui la fit davantage tiquer c’est qu’il semblait s’en prendre à Charles. Ils n’étaient forcément les meilleurs amis du monde mais elle avait trouvé en lui un confident. Un fils de… Un fils de qui se doit de supporter et d’être le meilleur. Elle avait arrêter son ascension dans l’escalier lorsqu’elle entendit à nouveau : « Expelliarmus - Furunculus » Mais quel connard ! Il attaquait Charles en plus de ça ! Il s’en prenait à tout le monde ce Lion à deux mornilles qui se prenait pour le prince du Château ! Lux grimpa les dernières marchent qui les séparaient d’eux. Il fallait qu’elle arrête ça sinon les deux préfets allaient foutre le feu à la volière. Et autant le dire, Lux aurait aimé garder sa petite chouette encore quelques années. Sa main s’abattit sur la poignée de la porte qui donnait accès aux oiseaux. Seulement elle n’avait pas prévu que Charles allait riposter et envoyer promener James dans la dite porte. Alors qu’elle l’ouvrait pour entrer, elle se la prit en plein la figure. Le « aïe » qu’elle échappa fut sûrement étouffé par le fracas qui virevoltait en ces lieux. Légèrement sonnée, elle poussa à nouveau la porte cognant par la même occasion dans le dos de Potter. Ses yeux se posèrent tour à tour sur les deux jeunes hommes. Leur animosité était connu de tous… Charles avait la baguette pointée sur James tandis que ce dernier qui se relevait tant bien mal saignait au front. Elle avait choisi le bon moment pour poster sa lettre tiens. Se retrouver au milieu d’un duel entre deux mâles qui se battaient pour la même fille. Le regard de la vipère contempla un instant le tableau. « Sérieux les mecs, vous comptez tuer tous les hiboux de Poudlard ? » Oui bon, Lux n’était pas la reine du tact, encore moins de la délicatesse. Elle jeta un regard à Charles comme pour lui demander silencieusement s’il allait bien.   La tension était palpable presque suffocante. La brune prit alors l’initiative de se mettre entre eux. Le Serdaigle ne la toucherait pas, quant au Potter, lui rien n’était moins sûr. Il l’avait déjà fait. Sa moralité était inexistante et entre eux cela était plutôt électrique. « Bon on arrête de déconner deux minutes là. Vous êtes tous les deux préfets. Arrêtez vos conneries maintenant et personne n’en saura rien. » Elle marqua une pause, ajoutant un brin ironique. « Parce que si vous foutez le feu à la volière, ça sera moins discret… » Vu le regard de Potter, c’était plutôt mal barré. La main de la jeune sorcière se glissa dans son sac pour tenter d’extirper sa baguette de là. Elle le sentait mal ce coup là. « Charles, si tu renchéris tu sais ce que ton frère va penser ? Potter, tu vas perdre ta place de Préfet-en-chef pour des conneries ? Et moi si mon père m’attrape ici, je suis morte. Alors les mecs, je sais que la rouquine vous fait tourner la tête mais on se calme gentiment, on baisse les baguettes et à la limite vous vous donnez deux trois coups de poings discrets dans le parc et au moins votre fierté aura son quota.» A dire vrai, elle se fichait bien que Potter perdre sa place. Elle pensait surtout à Charles qui était dans la même position qu’elle. Et à sa propre gueule il fallait l’admettre. Damon mettrait tout dans le même panier si elle se retrouvait mêler dans  un duel à la con. Elle aurait bien rajouté à Potter quelques vannes bien placées vu son état, mais elle n’était pas idiote au point d’envenimer la situation. Elle se mordit légèrement la lèvre pour réfréner un sourire. « Allé, viens Charles, tu vaux mieux que ça.» dit-elle en tournant le dos au Lion pour s’adresser à l’Aiglon.


blablabla:
 

_________________
TITANIUM
You shout it loud but I can’t hear a word you say. I’m criticized but all your bull is ricochet. You shoot me down, but I get up. Cut me down but is you who had further to fall. Ghost town, haunted love. Raise your voice, sticks and stones may break my bones.
Invité

Anonymous

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyMar 13 Jan - 20:53

Ne t'approches pas d'elle ! Mais qu'est ce que tu ne comprends pas dans cette phrase ? 
[Charles et James]

Oui, James avait réussi à briser le sortilège que Diggory avait mis en place comme il l’avait supposé, mais c’était là l’unique réussite. Le deuxième sortilège s’écrasa contre une brique ne causant aucun dommage au Serdaigle, ce qui ne fait qu’augmenter la rage du rouge. Comment pouvait-on détester un type comme ça ? Par amour bien sûr. Par compétition. C’était peut-être ça qui le mettait le plus en rogne. Diggory, avait réussi, l’an passé à s’attirer les faveurs de Lily. Chose que lui, James n’arrivait pas. Pire encore, c’était les foudres de la rousse qu’il attirait à chaque tentative. Malgré tout ce que le Gryffondor avait fait à l’encontre de Diggory, jamais il ne s’était senti satisfait. Certes, il avait arrêté tout contact avec la jeune fille, accédant par-là à son caprice, mais dans le fond, ce n’était pas suffisant. Car jamais, il ne pourrait oublier, qu’un jour, le cœur de Lily s’était accéléré à ses côtés. C’était une pensée insupportable. « Everte Statim ! » s’écria le bleu en réponse à ses deux sortilèges.

Si James bouillonnait, il semblerait qu’une fois de plus, les garçons éprouvaient les mêmes sentiments. D’abord pour Lily, puis la même passion pour le Quidditch et enfin, cette même haine viscérale qui décuplait la puissance de vos sortilèges. Ils auraient pu s’entendre, s’ils avaient été dans la même maison, dans la même équipe, et dans un monde sans Lily. Quoiqu’il en soit, le sort fusa droit sur James qui n’eut pas le temps de réagir sérieusement. Il tenta de lever sa baguette, mais le temps même d’ouvrir sa bouche pour essayer de contrer le sort que déjà il était touché de plein fouet au niveau de son torse. Sous la force du maléfice, James chancela en arrière, percutant la porte qui s’ouvrait et s’étala violemment contre le sol de la volière. Sa tête heurta avec force la pierre brute, le sonnant pendant quelques secondes, tandis que son dos l’élançait, là où il avait pris la poignée en fer de la vieille porte en chêne.

Alors qu’un Serpentard en aurait profité pour continuer à l’attaquer, aucun autre sortilège ne fusa par dernière. Diggory, restait simplement campé sur ses positions, les yeux brillants de colère. James se redressa, la tête pleine de paille et sans doute de quelques fientes d’oiseaux. Mais cela ne le préoccupait pas. Pas plus que le sang qui s’échappait de l’entaille qu’il avait au front, ni de la douleur qui l’élançait. Non, c’était la vengeance qui le préoccupait. Et ça suintait par chacun de ses pores. Il se prit une nouvelle fois la porte dans le dos, alors qu’une jeune fille essayait d’entrer dans la volière. Cela ne le calma en rien. Lux Yaxley. Une serpentard. Qu’il n’appréciait guère. Il se remit debout, la rage aidant, il n’avait pas mal, tout juste était-il encore sonné.   « Sérieux les mecs, vous comptez tuer tous les hiboux de Poudlard ? » « Non, juste le tuer lui », répliqua vertement James alors qu’il levait une nouvelle fois sa baguette en direction du Serdaigle. Il se savait plus vraiment ce qu’il disait. Dans le fond, il ne lui souhaitait pas la mort. C’était sous les sentiments qu’il parlait, et là, il était touché dans son orgueil. Tout ce qu’il voulait c’était le blesser. Ne pas perdre la face contre lui. Mais la jeune fille se mit entre eux deux, comme pour les empêcher de jeter un autre sort. Etait-elle suicidaire ? On aurait pu enfermer le sentiment de la haine dans une fiole tant il était présent et palpable, c’était une très mauvaise décision que de se mettre en les deux protagonistes.

James fit claquer sa langue de mécontentement face au comportement puérile de la jeune fille. Car il était évident à ses yeux que c’était nécessaire qu’il règle une bonne fois pour toute ses différents avec Diggory. Et cela se passait par la baguette. Il n’écouta guère ce qu’elle continuait à dire, cela n’était pas important. Il continuait de fusilier du regard Diggory, et quand bien même la verte sommait au garçon un cessez le feu, la même démence brillait dans les yeux du Bleu. Lui aussi voulait se battre et une bonne fois pour toute régler ça. « C’est bon t’a fini ? » agressa James plus qu’il ne questionna Lux sans quitter du regard le serdaigle. « Maintenant, laisse-nous régler cette histoire ! » James fit alors quelques pas sur la droite, pour récupérer Diggory dans sa ligne de tir. Il ne voulait pas blesser la verte de base, mais si elle s’interposait une nouvelle fois, tant pis pour elle. « cutis ardet » s’écria vivement James en levant d’un coup sa baguette.




Lancé de dé oui-non !

Bon, le sortilège est une pure invention  lalala , j'espère vous me pardonnerez. C'est un truc pour te brûler la peau !  ange J'ai fait un vieux réverso de merde en latin, pour donner un peu de style !! x)

1) OUI OUI : le sort te touche, mais simplement des dégâts matériels (cape, pull...)
2) OUI NON : le meilleur cas, le sortilège te touche et brûle ta manche (pull, cape...) et (un peu) ta peau - c'est le bras portant ta baguette qui est touché.
3) NON NON : le sortilège est difficile à contrôler, et je n'y arrive pas, du coup au lieu d'atteindre Digg, c'est Lux qui se le prend.
4) NON OUI : le sort ne te touche pas - par exemple, tu as réussi à te protéger à temps (t'es trop fort !!   argh  )

Je crois que j'ai été équitable ?  Sinon, vous me MP et je changerais ! Smile
Lux comme tu avais dit, je met un truc pour toi au cas où, tu n'as pas de chance ! ;) Puisque tu étais d'accord ...

J’écrirais quelques lignes après le post du maître du jeu pour réagir comme toujours !!



Spoiler:
 


Dernière édition par James Potter le Mar 13 Jan - 20:54, édité 1 fois
Admin

Who

Who

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyMar 13 Jan - 20:53

Le membre 'James Potter' a effectué l'action suivante : Roulette russe

#1 'Oui ou non ?' :
Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028492211

--------------------------------

#2 'Oui ou non ?' :
Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028492211
Invité

Anonymous

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyMar 13 Jan - 20:59

Oups, pardon Lux !! mdr M'enfin, c'est toi qui voulait qu'on te compte parmi nous !! xD vas-y, massacre moi !! tronçonneuse

Ne t'approches pas d'elle ! Mais qu'est ce que tu ne comprends pas dans cette phrase ? 
[Charles, Lux et James]

« cutis ardet » s’écria vivement James en levant d’un coup sa baguette. Les étincelles oranges jaillirent d'un coup sec hors de sa baguette, l'aveuglant légèrement. Il visait Diggory de toute ses forces, et pourtant, le sort qui lançait à pleine puissance défia de sa trajectoire. C'était un sort violent. Nullement enseigné à Poudlard, mais pourtant pas un sortilège de magie noire. C'était un maléfice qui visait à brûler la peau du destinataire, mais sur une petite zone uniquement. James réagit qu trop tard pour stopper le sort, il avait déjà atteint Lux.



La liberté de l'aigle en plein vol

Charles C. Diggory

Charles C. Diggory

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyLun 19 Jan - 19:33





Mon sort frappa James avec plus de force que je ne l’avais imaginé. En d’autres circonstances j’en aurais été plutôt fier, mais l’heure n’était pas à l’autosatisfaction et je restais fermement crispé sur ma baguette, prêt à recevoir sa réponse. A ce moment, j’étais tellement concentré sur le lion que je n’avais pas vu la porte s’ouvrir pour laisser entrer une tierce personne. Ce n’est que lorsque le son de sa voix parvient jusqu’à mes  oreilles que je remarquais la présence de Lux, visiblement aussi surprise que moi. De son côté Potter se relevait, une légère blessure saignante au front, et visiblement encore plus rouge de colère qu’avant et, à le voir ainsi, je sentis poindre en moi un agréable sentiment de satisfaction. Nous étions quittes désormais, d’une certaine façon en tout cas.
Je l’entendis répondre durement à la remarque de la serpent mais je ne prêtais pas la moindre attention à son intervention. A dire vrai, l’irruption assez inattendue de la jeune femme m’avait un peu ramené à la réalité des choses. Alors qu’elle vint se placer entre nous deux je devinais au regard ardent du rouge et or que ce n’était ni sa présence ni son intervention qui l’empêcheraient de me sauter dessus, pour parler ainsi. Car ce soir-là il n’était pas question de quelques échanges de coup de poings…Ces jeux semblaient bel et bien fini, et je pouvais aisément croire que James n’hésiterait pas à me mettre dix pieds sous terre s’il en avait l’occasion. Cependant je n’avais pas été en reste, et je l’aurais moi-même envoyé voir si les étoiles de plus près, si un soudain éclair traversa mes pensées. A le voir ainsi debout, face à moi, tremblant de haine et aveuglé par les sentiments, je ne pouvais trouver meilleure image de moi-même…Pendant une fraction de seconde je me vis à travers lui tel que me voyais Amos. Une personne stupide et irréfléchis qui se laisse dominer par ses sentiments et ses coups de sang sans se soucier des conséquences de ce qui se passera lorsqu’elle dans cet état presque second. A cette image se superposèrent les paroles de Lux.  « Charles, si tu renchéris tu sais ce que ton frère va penser ? ». Je savais pertinemment ce qu’il penserait s’il me surprenait ici, si nous allions plus loin dans notre duel jusqu’au point où nous ne pourrions plus nier ni nous cacher. Sans doute qu’Amos signerait lui-même mon renvoie et m’assignerait, au mieux, au manoir familial. Je savais que la verte et argent avait tout autant à perdre que moi et je savais quels étaient ses sentiments à ce propos, tout comme elle savait les miens.

Mes yeux se focalisèrent sur ses pupilles quand elle tourna le dos à James pour m’adresser une dernière phrase qui me fit hocher la tête. Elle avait raison après tout, je valais mieux que Potter. Ce Potter qui traitait les personnes comme de vulgaires objets. Ce Potter qui prenait ses rêves pour des réalités. Ce Potter qui se pensait supérieur à tous les autres parce que son égo le lui disait tous les jours. Ma main se remit à trembler de colère sur ma baguette magique et je fermais les yeux une demi-seconde pour reprendre mes esprits et calmer mes envies de duel et de règlements de comptes. D’un geste lent je commençais à baisser ma baguette, prêt à tourner les talons. James me traiterait surement de lâche, de trouillard, de centaure des bois et de toutes autres sortes de noms…Mais à choisir entre ça et la colère d’Amos, mon choix était vite fait. Lui n’avait rien à perdre. Ou plutôt, lui ne savait pas ce qu’il avait à perdre en continuant à se battre ici, sous les yeux mêmes du Conseil d’Administration. Ce n’était plus Dumbledore qui surveillait ce château. Ce n’était plus ce grand sorcier au bon cœur et aux yeux pétillants. Amos pas plus que le père de Lux n’étaient du genre à fermer les yeux sur ce genre de bavure. Les entorses au règlement étaient bien plus sévèrement punies qu’avant. James lui-même ne pourrait pas s’en tirer avec une pirouette ni mettre à profit ses charmes pour adoucir les côtés pointus des règles de mon frère.

La voix glaciale du lion m’arracha à ces réflexions. Visiblement lui n’appréciait pas du tout l’intervention de Lux et au lieu de le calmer, celle-ci n’avait fait qu’attiser sa colère et je pouvais presque sentir la chaleur de sa haine qui émanait de chaque partie de son corps. Il me haïssait donc à ce point…Peut-être qu’au fond de lui, oui, peut-être. Peut-être y avait-il du vrai dans ces sentiments. Ou plutôt, peut-être pensait-il vraiment être amoureux de Lily…Alors que je me décidais à en rester là pour ce soir, je le vis se décaler légèrement vers la droite afin de me faire face à nouveau. Ses yeux étaient plus sombres que jamais et sa baguette pointée vers moi avec résolution.

« cutis ardet »

Il lança un puissant sortilège que je ne connaissais que de nom, un sortilège de brûlure, particulièrement efficace et douloureux. Ainsi il avait résolu d’en finir pour de bon, de mettre ses menaces à exécution…Si ce sort touchait mes yeux, je pouvais me retrouver aveugle…En avait-il vraiment conscience ? Probablement non, il avait le cerveau tout aussi brûlé que son sort. D’ailleurs ce dernier était bien trop complexe pour lui et il en perdit rapidement le contrôle. La chaleur du sort fut telle que je fus obligé de détourner la tête et de fermer les yeux. En réalité tout cela se passa si vite que je n’ai pas eu le temps de réagir ni de chercher à me protéger. La chaleur disparut aussi rapidement qu’elle était venue et lorsque j’ouvris à nouveau les yeux je vis que le sort après avoir échappé au contrôle de Potter était allé frapper Lux, la gratifiant d’une énorme cicatrice rouge vive.

D’un mouvement brusque je levais à nouveau ma baguette en direction de Potter, le fusillant du regard, je bouillonnais à nouveau d’une colère plus terrible encore qu’avant. Premièrement, il avait essayé de me blesser sérieusement, deuxièmement il avait utilisé un sort qu’il ne maîtrisait pas, troisièmement il avait eu le malheur de toucher Lux, quatrièmement il avait failli causer des dégâts inimaginable.

« POTTER ! Mais tu es parfaitement inconscient ? Tu n’as qu’une cervelle de troll ! A quoi tu pensais ? Mettre le feu à la volière toute entière ? Nous faire tous renvoyer c’est ça ? Dumbledore n’est plus là pour te pardonner tes écarts tu sais. Tu n'as aucune idée de ce que tu risques avec un comportement aussi puéril et égoïste ! » Ma voix résonnait contre les murs de la volière mais j’étais bien trop énervé contre lui pour être capable de baisser le volume. « Je suis le premier partant pour te donner une bonne raclée mais PAS au détriment de la vie des autres et encore moins au risque de me mettre dans des draps encore plus sales ! Imagine un peu si ton sort avait enflammé la paille autour de nous ? S’il avait atteint les yeux de Lux ? T’AURAIS FAIS QUOI ? Là tu vas trop loin, utiliser un sort que tu n’es pas capable de maîtriser, il n’y a qu’un gamin pour faire une telle bêtise Potter. »

Je sentais chaque muscle de mon corps parfaitement tendu et lorsque je levais à nouveau ma baguette je dû faire un effort incroyable sur moi-même pour m’en tenir à un simple de désarmement.

« Expelliarmus »


    Lancé de dé oui-non
  • Oui - Oui : Le sort atteint James de plein fouet, sa baguette vole au loin, trèèès loin, et il est légèrement déséquilibré (bref Charles est trop fort  carl )
  • Oui - Non : le sort atteint James, sa baguette lui sotte des mains comme un saumon tout frais et tombe à ses pieds
  • Non - oui : Le sort atteint James mais sa baguette frétille à peine, le sort était tout pourri
  • Non - Non : Le sort passe à quelques centimètres de James et s'en va faire un tour par la fenêtre  


_________________


Dernière édition par Charles C. Diggory le Mar 20 Jan - 21:39, édité 1 fois
Admin

Who

Who

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyLun 19 Jan - 19:33

Le membre 'Charles C. Diggory' a effectué l'action suivante : Roulette russe

'Oui ou non ?' :
Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028593275 Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028492211
La liberté de l'aigle en plein vol

Charles C. Diggory

Charles C. Diggory

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyLun 19 Jan - 19:40





« Expelliarmus »


Le sort traversa la pièce, l'illuminant d'une lumière rougeâtre, jusqu'à atteindre James dont la baguette sauta des mains pour retomber juste à ses pieds. Ce n'était pas le meilleur de mes sorts, mais je crois bien que j'étais trop en colère pour parvenir à me concentrer plus que ça et c'était une chance pour moi que le sort n'ait pas complètement raté. D'aussi loin que je me souvienne, c'était bien la première fois de ma vie que je m’énervais à ce point contre quelqu’un d’autre qu’Amos...Et James, ce sorcier de pacotille n’en valait vraiment pas la peine pourtant. Il ne méritait pas que je dépense toute cette énergie pour lui... Pour ne pas lui jeter un autre sort à a tête immédiatement alors qu'il était désarmé, je détournais mon regard pour reporter mon attention sur Lux. J’avançais de quelques pas pour me placer à ses côtés et lui posait une main sur l’épaule.

« Lux, comment tu te sens ? Tiens, met ça dessus si ça te brûles encore »

D’un rapide coup de baguette je fis apparaître un mouchoir de tissu ainsi que quelques cubes de glaçons que j’enroulais dedans afin de calmer la sensation de brûlure qu’elle pouvait peut-être ressentir. Au fond je n'étais pas sûr que ce soit vraiment utile, mais il fallait que je me concentre sur autre chose que Potter, tout de suite maintenant, pour ne pas l'achever sans plus de cérémonie et l'envoyer à St. Mangouste pour le mois à venir.  


Spoiler:
 

_________________
ϟ Lumière éteinte

Lux A. Yaxley

Lux A. Yaxley

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyVen 23 Jan - 12:06



A croire que communiquer avec sa famille n’était jamais de bon augure. Elle aurait dû s’en douter. N’était-ce pas un signe du destin que la porte ne s’ouvre pas du premier coup ? Elle qui aimait croire à ce genre de prémonitions pourtant… Lorsque son regard clair se posa à tour de rôle sur le Gryffondor et le Serdaigle, Lux comprit rapidement qu’il fallait calmer le jeu. Mais visiblement son ironie n’était pas au goût de tous…. « Non, juste le tuer lui » La brune lui lança un regard éloquent avant de secouer légèrement la tête. Une cause désespérée voila ce qu’il était. Perdant tout espoir de raviver une étincelle d’intelligence dans sa cervelle de troll, elle finit par s’adresser uniquement à l’Aiglon qui malgré sa colère semblait plus réceptif à ses propos. « C’est bon t’a fini ? » Prête à lui répondre que non, elle n’avait pas fini juste pour l’emmerder, Lux fit un léger demi-tour pour l’observer. Seulement, il ne lui laissa guère le temps de répliquer…« Cutis ardet » Si elle avait amorcé la sortie de sa baguette de son sac, elle ne put rien faire devant l’attaque de Potter. Complètement inconscient, il avait user d’un sortilège bien trop puissant pour réussir à le maitriser parfaitement. Instinctivement, elle avait fermé les yeux et détourner le visage. Un hoquet de douleur avait franchi ses lèvres alors que la brulure s’était  emparée dans son avant-bras. Son pull se consumait encore faisant sauter une à une les mailles de ce dernier. Elle le retira vivement pour éviter de bruler davantage sa peau. Etrangement, elle préférait avoir froid en chemise que de graver sa chaire sur une plus grand étendue… La douleur avait accéléré son palpitant. Si elle n’avait jamais été marqué au fer blanc, elle était persuadée que cela ressemblait à peu de chose près à cela. Un vertige s’empara doucement d’elle, mais si elle vacilla légèrement, l’air frais de la tour lui fit du bien. Si le patriarche Yaxley lui avait déjà envoyé des sorts en guise de correction, il avait au moins le mérite de faire ça sans qu’il ne lui reste des marques. Déconnectée de la scène dans laquelle elle se retrouvait, la Serpentard fut vite ramené sur terre en entendant Charles hausser le ton. Ses yeux clairs cherchèrent un instant un point d’attache. Soudain, elle sembla réaliser ce qu’il s’était réellement passé. « Je suis le premier partant pour te donner une bonne raclée mais PAS au détriment de la vie des autres et encore moins au risque de me mettre dans des draps encore plus sales ! Imagine un peu si ton sort avait enflammé la paille autour de nous ? S’il avait atteint les yeux de Lux ? T’AURAIS FAIS QUOI ? Là tu vas trop loin, utiliser un sort que tu n’es pas capable de maîtriser, il n’y a qu’un gamin pour faire une telle bêtise Potter. » Elle se retourna brusquement vers James avec l’envie soudaine de lui arracher les yeux. Mais quel con ! Sa baguette retomba au fond de son sac. Voila. Ca s’était une idée, elle allait le tuer avec ses mains ! L’éclair rouge provenant de la baguette de Charles la coupa dans ses pensées débridées alors qu’il désarmait Potter. Elle sentit la main rassurante de l’Aiglon se poser sur son épaule. « Lux, comment tu te sens ? Tiens, met ça dessus si ça te brûles encore » Elle hocha doucement la tête sans réellement répondre. Elle attrapa la petite poche de glaçon que Charles lui tendait mais hésita à le poser sur sa brulure redoutant que cela ne fut encore une fois douloureux. « Ca ira mieux quand je lui aurait régler son compte à ce salopard ! » murmura-t-elle soudainement. Sans réellement réfléchir, c’est un instinct primitif typiquement féminin qui l’empara. Le geste parti plus vite que ses pensées tandis que sa main se lever dans les airs pour aller à la rencontre du visage de Potter.

Lancé de dé :


  • Oui : Jamesouille reçoit une claque magistrale.
  • Non : Jamesouille arrive à retenir la main de Lux juste à temps(pis comme j’ai pas de chance aux dés… bref, on va voir ça !)(voila qu'est-ce que je disais)


C'est pourtant sans difficulté qu'il l'empêcha de conclure son action. Lui retenant le poignet, coupant court à la gifle qu'elle comptait lui mettre, la brune resta néanmoins plantée devant lui ancrant ses prunelles dans les siennes. « J’aurais mieux fait de laisser Charles te mettre une branlée. » Elle l’observa dédaigneuse avant d’ajouter. « Car c’est clair que lui il sait se servir de sa baguette contrairement à toi ! » Le comparer volontairement à Charles. Le faire passer pour une merde à côté de lui. Voila l’objectif de la brune à l’instant même. Heurter sa fierté de Gryffon. Elle s’arracha de sa poigne et dans un geste impulsif, elle lui jeta à la figure les glaçons que le Serdaigle avait créé quelques minutes auparavant. Il fallait calmer le jeu. Ne pas relancer une attaque. C’était ridicule, cela risquait d’être sans fin. Lux se tourna vers Charles après un moment d'hésitation. « On s'en va, Charles ? » Elle ne voulait pas lui donner d'ordre, ni s'immiscer dans cette querelle folle. Elle espérait qu'il ne le prendrait pas ainsi. La Serpentard se dirigea vers la porte afin de l'ouvrir et attendit de voir ce que l'Aiglon avait décidé de faire. C'est sans un regard pour le Gryffon que Lux franchit le seuil de la volière.


blablabla:
 

_________________
TITANIUM
You shout it loud but I can’t hear a word you say. I’m criticized but all your bull is ricochet. You shoot me down, but I get up. Cut me down but is you who had further to fall. Ghost town, haunted love. Raise your voice, sticks and stones may break my bones.


Dernière édition par Lux A. Yaxley le Mer 4 Mar - 0:19, édité 8 fois
Admin

Who

Who

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyVen 23 Jan - 12:06

Le membre 'Lux A. Yaxley' a effectué l'action suivante : Roulette russe

'Oui ou non ?' :
Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) 140804121028492211
La liberté de l'aigle en plein vol

Charles C. Diggory

Charles C. Diggory

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) EmptyMer 4 Mar - 23:12





La situation avait clairement dégénérée. Tout ça parce que ce satané Potter n’était pas capable de penser plus loin que sa propre personne ni de réfléchir aux conséquences. Une vraie tête brûlée de Gryffondor. Je pourrais presque dire « tout dans les muscles, rien dans cervelle », mais pour les muscles non plus, ce n’était pas tellement ça. « Ca ira mieux quand je lui aurait régler son compte à ce salopard ! » Je parvenais à distinguer la rage froide qui brûlait dans les prunelles de Lux. Je ne l’avais jamais vu dans cet état, et il faut reconnaître qu’il y avait quelque chose de terrible dans son regard. Il n’est pas bon de se mettre de telle personne à dos. Surtout de la gente féminine. D’ailleurs une soudaine pulsion s’empara de la jeune sorcière, elle qui savait pourtant si bien garder le contrôle sur elle-même. Sa main fine trancha l’air d’un geste rageur mais n’atteignit pas son but. James n’était pas poursuiveur pour rien et il attrapa le poignet de la vipère avant que ne claque la gifle. J’aurais pourtant donné beaucoup pour voir sa joue rougir sous l’effet du coup. Je serai les dents, prêt à me jeter sur lui s’il osait porter la main sur elle. Mais il n’eut pas le temps de réagir que la brunette prenait déjà la parole d’une voix tranchante et pleine de dédain « J’aurais mieux fait de laisser Charles te mettre une branlée. » De lui à moi, je pense qu’on était déjà d’accord sur qui avait mis une branlé à qui. Il était clair qu’il s’était largement laissé dominer pour cette fois. Il faut dire que seul, sans sa bande de chiens, il faisait beaucoup moins le malin. Il pouvait bien pavaner, parler fort et bomber le torse, il n’était qu’un raté sans défense, incapable de se battre comme un sorcier de son âge. Un véritable gamin gâté. « Car c’est clair que lui il sait se servir de sa baguette contrairement à toi ! » Les paroles de Lux ne faisaient qu’alimenter la colère de James, cela se lisait clairement dans ses yeux. Me comparer à lui devait le rendre fou de rage et je devinais la rage qui bouillonnait en lui. S’il explosait maintenant, il risquait de faire à nouveau des dégâts considérables avec surement moins de chance que toute à l’heure. Pourtant je ne parvenais pas à relativiser et à calmer mes propres envies de bagarre. Cela a toujours été plus fort que moi, une sorte de surplus d’énergie qui ne peut s’exprimer que par la violence.
Visiblement Lux est plus une personne qui a la colère…froide. D’un geste brutal elle se dégagea de l’emprise du griffon pour lui jeter le paquet de glaçons au visage. Une bonne façon de refroidir le Potter au vu de sa tête surprise. Il avait l’air aussi surprise que moi par le geste de la jeune femme qui se tourna ensuite vers moi. Hésitante elle me lança un « On s'en va, Charles ? » avant de retourner sur ses pas, vers la porte de la volière. « Je viens avec toi Lux » articulais-je entre mes dents serrées. Malgré toute la rage qui consumait encore mon cœur elle avait raison. Il ne servait à rien de continuer cette guerre ici. Qui plus est, c’était une affaire entre James et moi, et je préférais continuer notre « conversation » plus tard. Sans compter que la volière était un endroit trop visible en cas de dérapage. Lentement, je baissais ma baguette magique pour montrer que je comptais en rester là pour de bon. Un léger sifflement singulier sorti d’entre mes lèvres auquel le hululement de Woody répondit dans un battement d’aile. Ses serres se plantèrent dans le tissu recouvrant mon épaule, avec toute cette histoire je n’avais toujours pas envoyé ma lettre pour Lily…Je me dirigeais ensuite vers la porte dans les pas de Lux, fixant toujours James de mes yeux brûlant. « On se reverra quand tu auras appris à te servir de ta baguette Potter » lui jetais-je à la figure avec un air dé dédain notoire avant d’emboiter définitivement le pas à la sorcière dans l’escalier en colimaçon.  Je descendis quelques marches en silence, ruminant encore ma colère contre ce gamin sans cervelle. « Je suis désolé Lux que tu te sois retrouvé au milieu de tout ça » finis-je par dire. Je ne sais pas vraiment si elle me répondit ou non, mais cela n’avait pas vraiment d’importance. Arrivés au bas des marches, woddy toujours sur l’épaule, je marquais un arrêt. « Merci Lux et encore désolé. Tu devrais soigner cette brûlure rapidement si tu ne veux pas garder une cicatrice. Je t’aurais bien aidé mais mon tour de garde commence bientôt, et j’ai encore une lettre à envoyer du coup. » Du geste vague je désignais le hibou qui me mordillait l’oreille. « A une prochaine » lui lançais-je avant de m’éloigner vers l’est en direction de ma salle commune. Il fallait à tout prix que je me calme, et j’aurais donné cher pour pouvoir aller faire un tour de balai après toute cette histoire afin de décompresser un peu.



Spoiler:
 

_________________



Contenu sponsorisé

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James) Empty

Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James)
Page 1 sur 1