Intrigue : Event inter-saison
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Admin

avatar


Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Intrigue : Event inter-saison Ven 27 Mar - 15:54





Intrigue


Vous pensiez être un peu tranquille ? Qu'après le bal, plus rien ne pouvait vous arriver ? Vous étiez dans l'erreur. Votre journée commence comme toutes les autres. Vous êtes loin de vous doutez de la tournure des évènements. Après tout, comment le pourriez-vous ? Nous sommes en une jolie matinée de début février. Rabastan Lestrange sévit dans les couloirs, sert les vices. Sa présence est néfaste. A lui seul, il a pris une position de monarque dans le château. Ce matin, il trône même au centre de la table du personnel de Poudlard pendant que les élèves sont tous en train de prendre leur petit déjeuner.


Pour commencer ce premier tour :
- Les élèves et personnel de Poudlard sont en train de prendre leur petit déjeuner.
- Les adultes du monde sorcier sont au travail.
Vous commencez votre journée de la manière la plus classique qu'il soit.


Quelques règles :

- Réponses courtes obligatoires : 500 à 800 mots. Il faut que ce soit fluide.
- Les tours sont de 4 jours une fois que Who a posté pour vous faire part de la situation. Réponse attendue jusqu'au 31 mars.
- Au bout du troisième tour sans réponse de votre part, votre personne serait mis de côté.
- Vous pouvez intervenir autant que vous le souhaitez dans un tour tant que cela est pertinent.
La liberté de l'aigle en plein vol

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Sam 28 Mar - 12:37





Intrigue de mi-saison

featuring les Whopiens


Les deux pancakes atterrissent mollement dans mon assiette vide sous les yeux médusés de ma voisine d’en face, sidérée devant le plat vide lui aussi. « T’inquiètes pas Aly, les prochains ne devraient pas tarder » lui lançais-je tout en attrapant une bouteille de sirop d’érable. La sorcière en question continue de me regarder avec une légère pointe de tristesse, malgré ses douze ans elle ressemble à une gamine de huit ans avec cette petite moue d’enfant battue. « Bon d’accord, tu as gagné » je finis par céder dans un soupire exaspérée. A croire qu’elle se met exprès en face de moi tous les matins pour me refaire le même petit jeu. Cette fille est désespérante. Tout ça parce que j’ai eu le malheur de vouloir l’aider l’année dernière, lors de sa première année. Pauvre petite enfant né dans un monde sans magie complètement dépassée par ce nouvel univers qui s’ouvrait à elle. Depuis, elle ne me lâche plus d’une semelle, usant à tort et à travers de cette bouille d’enfant au cœur brisé. Son sourire s’éclaire tout d’un coup alors qu’un de mes chers pancakes trouve le chemin de son assiette. « Je te préviens, c’est la dernière fois. Tu as de la chance que j’ai encore la tête dans le porridge ce matin » terminais-je dans un bâillement bruyant. Elle m’accorde un de ses mignons sourires d’enfant pour toute réponse et je lève les yeux au ciel d’un air résolu. A peine mes yeux se reposent sur la table que déjà les plats se remplissent à nouveau devant nous et d’un geste rapide j’allège le plateau de deux  pancakes bien dorés et moelleux à souhait. Il n’y a pas à dire, les elfes de maison du château sont de fins cuisinier. « Un peu de thé Charles ? » la théière fumante en main Julian notre honorable gardien, me regarde les yeux encore rouges de sommeil. « Avec plaisir mon grand. » Ma main attrape une tasse propre au centre de la table et la tend vers mon ami « En ce qui te concernes je suis pas sûr qu’un lac de thé arrives à te réveiller » Il rit avec moi et manque au passage de renverser du liquide brûlant sur ma main. Un matin comme les autres en somme.

Comme à mon accoutumée, je fais partie des premiers levés et la grande salle se remplie au fur et à mesure en même temps que mon estomac de garçon. Le petit-déjeuner a toujours été le repas phare de ma journée et il me semble improbable de pouvoir passer outre. Mon regard dérive lentement vers la table des professeurs sur laquelle siège notamment l’ensemble du Conseil d’Administration. Amos est en pleine discussion avec Marilyn, tasse de thé en main, cernes autour des yeux. Visiblement la direction de Poudlard lui donne du fil à retordre, j’ai même entendu parler de tensions avec ma belle-sœur. Il faut dire avec un petit poupon de quelques mois sur les bras, les temps ne doivent pas être de tout repos pour le couple. Rabastan est là aussi, le regard planté dans l’assemblée des élèves, réfléchissant sans doute à sa prochaine punition et à qui l’attribuer. Quel personnage révoltant. Je suis bien étonné de constater que le Ministère ne lui ait pas retiré son poste depuis le temps. Plus d’un mois qu’il est là et tout le monde semble le redouter comme la dragoncelle. Soudain, un assourdissant bruit de claquements d’ailes annonce l’arrivée du courrier matinal et mon attention est de nouveau attirée vers la table et le journal qui manque d’aller prendre un bain dans mon thé. D’un air distrait je libère rapidement la pâte du hibou postal qui n’attend rien de plus pour reprendre son envol. Les gros titres n’annoncent rien de bien folichon et la mort violente de Samuels n’a plus le droit qu’un petit encadré en bas de page au milieu du journal. A croire que l’on cherche à faire de cette histoire un fait isolé sans conséquences.


© Artchie





Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Charles C. Diggory le Jeu 2 Avr - 13:05, édité 2 fois
Dragon Noir Coeur chaud et griffes d'acier

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Isis
Clan: Sombral
Sang: Sang-mêlé



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Sam 28 Mar - 14:23







Intrigues de
mi-saison
Alexis & les
Whopiens



Les portes de la grande salle s’ouvrent à peine et la pièce endormie dévoile son ciel sombre et nuageux. Les bougies encore entières flambent doucement pour éclairer mon passage jusqu’à la table des professeurs. Estrade surplombant les longues tables des quatre maisons, couvrant l’assemblée d’un regard bienveillant ou inquisiteur selon celui qui s’y tient. Dans le silence des premières heures de la matinée le bois de la chaise contre le parquet résonne langoureusement. Rapidement les premiers élèves ensommeillés passent le pas de la porte sous un ciel de plus en plus laiteux. Le parquet de l’estrade grince à nouveau sous le pas lourd de Rabastan. Toujours aux premières loges celui-là. Dans un dédain plus que froid je ne prends pas la peine de tourner mon regard vers son visage persifleur. Les autres professeurs ne tardent pas à me rejoindre, le coupant de mon champ de vision. Les bonjours sont respectueux, comme tous les jours. Respect et fausses sympathies, visage masqués devant l’assemblée des élèves. Faux-semblant d’ententes sur-jouées. Heureusement tous ne sont pas hypocritement souriant. Mes longs doigts acérés attrapent une petite boite en fer de la poche de ma robe, souvenirs boisés de ma lointaine Kenya. Les feuilles de thé qu’elle renferme dégagent un vif parfum revigorant et mes narines se délectent de leur odeur singulière. La théière placée devant moi ne contient que de l’eau fumante, les elfes de maison savent à quelle place je loge et mes instructions ont été très claires sur ce sujet. Il est hors de question que je boive du simple thé anglais, aussi suave soit-il et qu’importe sa qualité hors norme, ses effets sont incomparablement bas comparés à ceux de mon thé kenyan.  « Bonjour Mme MacFusty » la voix rude et grave a toujours ce ton chaleureux qui parvient à m’arracher un léger sourire, même quand mon humeur est plus noire qu’une grotte sans ouverture. « Bonjour Hagrid. Mais combien de fois faudra-t-il que je te demande de m’appeler Alexis. D’autant plus que je ne suis pas mariée et qu’on se connait depuis suffisamment longtemps pour passer outre ces histoires de bienséances veux-tu. » Son regard sourit bien plus que ses lèvres. Déjà à Poudlard nous nous étions liés d’amitié, partageant en commun notre passion pour les dragons. Je crois bien d’ailleurs que tout le clan tient le garde-chasse de Poudlard en haute estime. Il n’y a pratiquement aucun MacFusty qui ne s’est retrouvé à parler dragons avec lui durant sa scolarité.  « Bien sûr, bien sûr Alexis, mais depuis que tu es devenue professeur ici, c’est plus fort que moi ». Un fin sourire rêveur étire mes traits tandis que je me serre copieusement de mon thé suffisamment infusé. Tous les matins nous échangeons le même discours. Derrière ces quelques mots je devine également ses interrogations silencieuses sur mon net changement. Il a connu la Alexis pleine vie au rire communicateur, il a connu la Alexis amoureuse et prête à tout pour avancer dans la vie. Pas une seule fois la moindre question n’a traversé ses lèvres, jamais une seule interrogation quant à Tomas. Un silence plein de respect qui me fait chaud au cœur. Il a un cœur en or ce grand barbu, et c’est bien l’un des seuls ici qui m’apprécient sans jugement. « Il sent toujours aussi fort ce thé. Ca m’a toujours rappelé les odeurs qui flottent dans certains coins de la forêt interdite, là où Ronan et les autres aiment contempler Mars ». Mon regard se fixe dans le sien alors que je porte la tasse fumante à mes lèvres sombres. « Vraiment ? Je devrais peut-être y aller faire un tour…Ces feuilles de thé viennent d’une espèce très courante en Afrique que je n’ai pourtant jamais croisé en Europe. Mais cette forêt pleine de surprises, tu le sais mieux que quiconque, et cela ne m’étonnerais pas tellement ». Autour de nous le silence a laissé place au bruissement des conversations matinales. L’heure avance lentement ses aiguilles. Le ciel est maintenant plus clair et les nuages laissent peu à peu place à un beau ciel bleu d’un froid d’acier.  



© Artchie



Spoiler:
 

_________________
Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Pro-Mangemort
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Dim 29 Mar - 19:00



Event inter-saison
ft. hogwarts


Impassible, je m’extirpais des draps de mon lit, réprimant un frisson au choc de la température de la pièce qui avait manifestement chuté durant la nuit. L’hiver s’étirait, si bien que j’éprouvais de plus en plus de mal à l’envisager s’achever. J’attrapais mon uniforme soigneusement plié sur ma lourde malle, et l’enfilais machinalement, mes mouvements rythmés par les ronflements routiniers de certains de mes camarades de dortoir. Ironiquement, j’étais en sixième année, mais les individus avec lesquels je possédais davantage d’affinités se trouvaient dans l’année supérieure. Même celle avec qui j’étais désormais fiancé en était à sa dernière année au collège de sorcellerie. Si Lux n’était pas ma jumelle, j’aurais que très peu de distraction durant mes cours et projets scolaires. Je glissais ma cravate aux couleurs de Serpentard autour de mon cou, laissais glisser son nœud droitement. Je lassais mes chaussures, attrapais un pull en laine aux couleurs de Poudlard supplémentaire, et quittais le dortoir encore à moitié endormi. Alors que je revêtais le dernier élément de mon uniforme, je croisais Sevastian dans les escaliers menant à la salle commune. Il grommela quelque chose à propos d’un devoir et d’un professeur de toute évidence « mal baisé », puis m’informa d’une soirée aussi prometteuse que salvatrice vue l’ambiance du moment, qui devrait avoir lieu en fin de semaine. Je me taisais sur mes informations de la veille, conservant judicieusement mes moqueries pour plus tard, en vue d'en tirer un maximum de plaisir.

Après une dizaine de minutes, nous nous faufilèrent dans la Grande Salle où une bonne partie des Poufsouffle et Serdaigle étaient déjà installés. Je remarquais Diggory entouré d’un petit groupe d’Aiglons et suivais Sevastian devant une table dressée, mais encore dénuée de toute nourriture. Je me servais du thé, attendant que les elfes de maison daignent nous envoyer leur labeur de la nuitée. Une dispute sembla éclater à quelques mètres, au niveau de la table des Gryffondor, à laquelle je n’y prêtai aucune attention, balayant plutôt la table des Serpentard du regard, cherchant ma jumelle. Puis, mes yeux s’arrêtèrent sur la table des professeurs, où un impeccable et impassible Damon s'hydratait, un sourire charmeur étirant ses lippes avec expertise lorsqu’une collègue s’adressait à lui. Je croisais promptement l’éclat clair des pupilles de Londubat, puis Lestrange occuper souverainement le siège central de la tablée. Il n’était pas ardu de constater que la présence du récent membre plaisait guère. J’avais entendu mon père pester contre Rabastan presque autant qu’il dénigrait Londubat, ce qui en disait long sur son estime du mage. Néanmoins, d’une certaine façon, je préférais ne pas voir mon géniteur occuper cette position. Certes, je désirais que mon patronyme se montre aussi prestigieux, puissant et riche que possible. Mais à choisir, Damon pouvait très bien acquérir ce privilège ou autre lorsque je ne serais plus au château et n’aurais ainsi plus à supporter les retombées de ses strictes décisions.

En un éclair, les tables s’emplirent de denrées diverses et variées, allant des plus traditionnelles aux assez farfelues. Le bruit s’intensifia, les couverts s’entrechoquèrent, les gobelets tintèrent, les discussions s’approfondirent avec le nouveau dynamisme emplissant la grande salle. J’attrapais quelques tranches de pain grillé que je beurrais sans ménagement. Puis, mes méninges se mettant davantage en exécution, je lançais, d'un ton plus que narquois, à l’adresse de mon ami : « Il paraît que tu t’es bien amusé, hier, avec la Terreur. Tu as réussi à la dévergonder ou t’as traumatisé notre prochaine petite Pomfresh ? »


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
- undisclosed desires -
I want to reconcile the violence in your heart, I want to recognize your beauty is not just a mask, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
rule doreanien n°1 ¤ Do as I say, not as I do

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Horus
Clan: Neutre
Sang: Mêlé



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Lun 30 Mar - 1:56





Dorea & the world
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi



« Tu m’as laissé tomber hier soir, Dorea ! » Ainsi, la sentence tomba comme une hache tranchant dans le vif le bon air du matin et la quiétude du petit déjeuner attirant l’attention des plus curieux des tables aux alentours. Une fois de plus. Tout en continuant de croquer dans sa pomme, la dénommée Dorea leva les yeux l’espace d’une seconde pour voir d’où pouvait provenir l’attaque, plus dans une vérification du problème que celui de l’identité. Calmement, elle replongea dans la lecture de son magazine de quidditch en croquant de nouveau dans le fruit, sans prendre l’accusation au sérieux. L’accusateur s’assit donc en face d’elle, posant une main sur les lignes manuscrites, rompant alors le contact visuel de la demoiselle avec ses précieuses informations, lui faisant froncer les sourcils en relevant le regard, consciente qu’elle ne pourra pas éviter « de nouveau » cette querelle stupide. Ils en avaient déjà parlé hier soir... N'ayant guère envie d’ameuter toute la Grande salle autour d’eux, elle se contenta de répliquer sur une voix plus calme qui lui était quelque peu étrangère ces derniers temps. Il fallait dire qu’importe l’heure, tant qu’elle n’avait pas terminé sa boisson chaude, l’écossaise n’arrivait pas à se réveiller correctement. « Je ne t’ai pas laissé tomber, Sirius. Je t’ai dit de prendre à gauche. Tu as tourné à droite. » expliqua-t-elle calmement de nouveau, en enfonçant son regard noisette dans celui plus foncé du lion. C’était aussi simple que ça. Et aussi bête aussi. Grâce à Lily, elle avait pu avoir accès au mot de passe de la salle de bain des préfets que la rousse s’était empressée de lui montrer dès son affectation en tant que préfète-en-chef. Il fallait dire que l’architecture était à couper le souffle. Pas autant que le fait que sa meilleure amie ne soit plus laxiste avec elle ses derniers temps, chacune partageant son lot de difficultés adolescentes. Du coup, elle avait pu se réfugier dans la salle de bain, échappant à Rusard qui les coursait mais attendant son camarade en vain. Elle avait beau avoir fait demi-tour pour le retrouver, ce dernier avait disparu dans les couloirs et surement rencontré Miss Teigne ET Rusard au vu de son humeur massacrante. Elle s’était déjà excusée hier soir mais le lion avait besoin d’expier sa frustration, autant qu’elle n’en aurait fais. « J’ai dû faire semblant de vomir pour pouvoir faire croire à ce vieux chnoque que j’étais malade. » pesta-t-il en enfournant un pancake dans sa bouche, rageusement. « Tu as vomi sur Rusard ? » demanda-t-elle en même temps que Peter et Lily, mi-curieuse, mi-hilare. « Mé’non, chai fé chemblant. Un vrai cheu d’acteur ! » répondit-il sans avoir pris le temps de vider sa bouche, ce qui fit grimacer les filles. « Vide ta bouche, Sirius ! On peut voir le pauvre pancake que tu massacres d’ici. » clama-t-elle en grimaçant d’autant plus. « Et estimes-toi heureux que tu sois bon acteur, sinon tu aurais eu Lestrange sur le dos. » Sans parler du fait que c’était une plaie béante pour tous les étudiants du château. A lui seul, il commençait à instaurer un règne de peur qui ne plaisait guère à l’écossaise. Théo semblait mortifiée, se retranchant derrière ses livres tandis qu'elle sentait son sang bouillir rien qu'en pensant à cet homme hautain et puriste que le ministère avait envoyé. Or, avec cette rumeur de fouet, rien de bon ne pouvait être envisagé et elle espérait de tout cœur que cela ne soit qu'une stupide rumeur, comme celle de la relation entre son modèle de petite fille et son mentor que les bruits de couloir s'amusaient à répandre. Dans tous les cas, les élèves aussi bien que les sorciers de Grande-Bretagne ne pouvaient pas laisser passer un tel acte moyen-âgeux de barbarie.

« Ouais bah considères-toi désinviter des festivités auxquelles je t’aurais convié ce soir. » claironna-t-il, blessé dans son orgueil autant qu’elle aurait pu l’être, ce qui fit naître un sourire narquois sur les lèvres de la brune. « Tu veux dire la petite soirée du cachot 15 ? » demanda-t-elle en faisant mine de continuer sa lecture, un immense sourire moqueur qu’elle ne pouvait cacher sur ses lippes alors que Lily cachait son rire derrière sa main, geste dont Peter n’adoptait pas vu la tonalité de ses esclaffements. Le pauvre reçut un coup de coude non amical dans les côtes qui manqua de lui faire cracher ses poumons devant un Sirius grognon. Ce n’était pas comme si tout pouvait se savoir dans ce château, surtout lorsqu’on connaît les bonnes personnes. De plus, elle avait déjà promis à Lily de l’y emmener. Prétexte stupide pour surement croiser son homologue sans avoir l’air de le chercher. Il fallait dire que la rousse était devenue très douée à ce petit jeu et Dorea était entièrement devenue sa complice, traînant avec Sirius plus que d’accoutumée ce qui pouvait faire jaser ses admiratrices : info ou intox ?! En attendant le petit déjeuner continuait son cours, sous la mine taquine et victorieuse de l’écossaise et boudeuse et renfrognée du brun tandis qu'un Peter maladroit tenta d'en savoir plus : " Et vous faisiez quoi hier soir dans les couloirs ? "


code by Chocolate cookie


_________________
It is time to wake up. Time to get up and go beyond mountains. Proclaim its innocence, proclaim its truth. It is time to get up et fight for it, for her !
ϟ Lumière éteinte

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Lun 30 Mar - 2:46


If we burn, you burn with us

Lux et le monde sorcier

Lux étouffa un bâillement du revers de sa main alors qu’elle terminait de se préparer dans la salle de bain commune aux Serpentard. Son regard croisa son reflet dans le miroir. Ses doigts se fermèrent autour de sa brosse à cheveux. Comme souvent, la Lumière ne s’embêtait pas en coiffures et maquillages. Sa chevelure flottait librement dans son dos se nouant parfois en une queue de cheval si elle avait besoin de dégager son visage. Cela avait un avantage certain : ne jamais prendre trop de temps en préparation le matin. Surtout lorsque vous aviez peu dormi la veille. La Serpentard décalait toujours son réveil le matin, juste assez pour avoir le temps de se rendre dans la Grande Salle pour prendre son petit déjeuner. Jetant un oreiller à la figure de Kaly alors qu’elle retournait déposer ses affaires dans sa malle, les deux amies quittèrent ensemble la salle commune pour se rendre à leur petit déjeuner.

Lorsqu’elles passèrent le seuil de la grande salle, Lux ne put s’empêcher de chercher après Nox. C’était un acte inconscient qu’elle réalisait tous les matins sans même le contrôler. En compagnie de Sevastian, la brune ne put retenir un rictus en direction de Kalysta. Autant le dire, la Lumière ne le portait pas dans son coeur et c’était tout réciproque. Kaly n’échappait pas à la règle. Le macho de ses dames était bien trop conservateur pour voir en elles deux une compagnie charmante. Lux s’était toujours demandé ce que Nox pouvait lui trouver. Leur trouver à dire vrai. Son amitié ne s’arrêtait pas à ce Dolohov mais au trio au complet. Enfin, son fiancé avait vu son nom s’effacer doucement avec le temps. Cela risquait de ne rien améliorer dans le coeur de son frère d’ailleurs. Comme souvent, lorsqu’elles s’installèrent, la nourriture était déjà en place. « Je comprends vraiment pas ce qu’il fout avec ce type… » marmonna Lux en s’installant d’un côté de la table. Ses mains s’activèrent à se servir un bol de chocolat chaud. « Il te cache peut-être des choses.» Cachés derrière ses sous-entendus, le regard malicieux et le sourire narquois qui s’affichaient sur le visage de son amie obtinrent une grimace en guise de réponse très percutante. « Bois ton café au lieu de dire des conneries. » Kaly, elle ne s’embêta pas en parole et ce fut un geste vulgaire de main qui répondit à Lux. « Lestrange vient de te voir faire ! » Kalysta tourna brusquement la tête en direction de la table du personnel de Poudlard. Tel un souverain, le dernier arrivé dans le conseil semblait prendre toute la place. Ou était-ce simplement les gens qui l’entouraient qui avaient écarté leurs chaises ? Même Damon se tenait à l’autre extrémité… Fort heureusement, le dit Roi ne regardait absolument pas vers elles. « Espèce d’idiote ! J’ai cru un instant que j’allais me retrouver sans majeur ! » Lux se mit à rire et croqua dans la tartine qu’elle venait de se préparer. Elle riait mais au fond d’elle, elle savait que cela n’avait rien d’amusant. Rabastan Lestrange tenait Poudlard d’une main de maitre. Il avait dominé les autres membres du conseil et sa dernière lubie n’était autre que celle de torturer les élèves… La Gazette s’insurgeait de cette demande faite auprès du ministère. Demande qui n’avait pas reçu de réponse pour le moment…   « Je serais plutôt inquiète pour ma langue bien pendue si j’étais toi ! » Lux adressa une sourire moqueur à son amie avant de plonger le nez dans son bol afin d’en boire quelques gorgées. La masse de hiboux arriva alors en trombe. Lux baissa subitement la tête pour éviter une chouette un peu folle et fit tomber à terre sa tartine. « Putain, cette journée commence bien ! »


_________________
TITANIUM
You shout it loud but I can’t hear a word you say. I’m criticized but all your bull is ricochet. You shoot me down, but I get up. Cut me down but is you who had further to fall. Ghost town, haunted love. Raise your voice, sticks and stones may break my bones.
Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Lun 30 Mar - 14:40

Embrumée de sommeil, Marie-Ange voulut balancer son réveil au loin. Elle était restée éveillée tard, dans son lit. Elle avait pensé à des tas de choses. Au bal qui s'était fini tragiquement, à ses amis, à cet œil qu'elle revoyait sans cesse dans ses cauchemars. Elle avait aussi pensé à cette affaire, avec Sevastian, avant de s'endormir sans s'en rendre compte, peu avant que l'aube ne pointe. Fatiguée, elle ne s'était pas réveillée une seule fois. Jusqu'à ce que ce stupide réveil ne sonne, la tirant de sa bienheureuse -bien que courte- inconscience. Grognant des syllabes inintelligibles, elle repoussa malgré tout les couettes, et final sous la douche tandis que ses camarades se réveillaient doucement. Elle se trompa de robinet, et faillit hurler quand l'eau glacé heurta son corps nu. Elle se dépêcha alors de tourner l'autre robinet, et soupira de satisfaction quand l'eau se tiédit. Elle ne resta pas longtemps sous la douche. Cinq minutes, peut-être dix. Pas plus. Mais quand elle en sortit, l'eau était devenue presque brûlante, comme elle l'aimait. Elle avait la peau rougie, presque écarlate, quand elle s'enroula dans sa serviette. Et lorsqu'elle ouvrit la porte menant aux dortoirs, la vapeur s'échappa en même temps qu'elle.

Elle se retrouvait finalement habillée de pied en cape alors que ses camarades en étaient toujours à se maquiller, à chercher leurs uniformes. Elle les salua rapidement, distraitement, et sortit en vitesse. Elle ne s'arrêta pas dans la Salle Commune. Elle ne voulait pas croiser Sevastian et ses regards moqueurs, narquois. Elle ne voulait pas discuter avec ses camarades de dortoir. Elle voulait juste un moment de tranquillité. Ses sandales claquaient contre les dalles de pierres alors qu'elle arrivait finalement à la Grande Salle.

Elle posa ses fesses un peu à l'écart du reste des Serpentards. Elle n'avait pas vraiment envie de discuter ce matin. Elle était encore fatiguée. Elle jeta un regard à la table des professeurs avant de chercher ce qu'elle allait prendre à manger ce matin. Elle n'avait pas très faim. Une boule nouait son estomac. Elle opta finalement pour des œufs brouillés accompagnés de bacon. Un grand verre de jus d'orange, pour se réveiller complètement, et un bol de chocolat chaud, quand elle aurait terminé. Son petit déjeuner était souvent copieux, elle reprenait plusieurs fois de chaque plats, en règle général. Mais pas ce matin. Elle jouait même avec sa nourriture, du bout de sa fourchette.

Quand les hiboux lâchèrent les lettres au-dessus d'eux, la blonde eut le réflexe de lever la main, attrapant de justesse la Gazette du Sorcier. La lettre suivante eut moins de chance, et tomba en plein dans son assiette. Avec une grimace dépitée, Marie-Ange sortit sa baguette, et nettoya rapidement la lettre après l'avoir saisie par un coin. Elle l'ouvrirait après. Elle voulait d'abord lire les nouvelles du monde.

Son regard chercha des têtes connus dans la Grande Salle, alors qu'elle ouvrait le journal. Elle cherchait surtout Eudora. Elle avait envie de lui parler, de passer la journée avec elle. Mais elles avaient cours, alors elle se contenterait d'un sourire. Pourtant, ses prunelles azurées ne trouvèrent pas son amie. Revenant à la table de Serpentard, elle évita soigneusement de regarder en direction de Sevastian, et elle ouvrit le journal, l'air concentré.

_________________
~ ~



Despite the darkness,
Light will rise up.
(c) ystananas

Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Lun 30 Mar - 19:52


Eudora & et les autres

today is gonna be the day that tey're gonna throw it back to you

Lorsqu’Eudora ouvre les yeux, il fait toujours nuit. Mais pas la même nuit que lorsqu’elle s’est couchée ; non, cette nuit-là est calme, parfaitement calme. Pas un élève, dehors, pour défier le règlement avec un plaisir niais ; pas un hibou qui ulule pour signifier à tout le monde qu’il est réveillé ; pas une de ses camarades de dortoir pour pleurer « en douce » sur son amour perdu. C’est la nuit des matins d’hiver, où tous aimeraient hiberner, rester bien au chaud et laisser l’été arriver.
Mais pas Dora. Dora, elle regarde le plafond de son grand lit, et elle continue de rêver. Elle préfère rêver éveillée parce qu’elle peut contrôler ses pensées, et si quelque chose ne lui plaît pas, elle change de fréquence dans la radio de sa tête. Elle rêve qu’elle est populaire, que ses grands yeux verts font pâlir les filles de jalousie et non pas de peur, que sa peau dorée brille et éblouit tous les sorciers de l’école et qu’on boit ses sages paroles. Et ça la fait rire. Et elle se dit que peut-être, dans un autre monde, à une autre époque. Et le réveil sonne, alors elle se lève sans bruit.
La routine matinale est plus que routinière, et en un quart d’heure, la bleue et bronze est prête à partir. Il faut dire que contrairement à ses camarades, elle ne parle pas, Dora. Elle s’habille, se brosse les dents, cache ce vilain bouton avec ses cheveux –mais de toute manière, qui la regardera ? Elle ne dit pas bonjour, ou seulement à cette fille qui lui a prêté son peigne, en quatrième année, elle ne demande pas comment ça va. Elle se prépare et elle s’en va. C’est ce qu’elle est censée faire. Et Dora, elle aime bien les règles, elle aime bien que ce soit organisé.
Quand elle sort de la salle commune avec deux ou trois autres sorciers aussi rapides qu’elle, la nuit est toujours là. Ça lui fait du bien, à Dora, et elle bifurque à droite au lieu de descendre tout droit. C’est sa rébellion à elle, son côté sauvage qui ressort. Elle se promène, elle sourit aux tableaux, parce que les tableaux sont gentils, parce qu’ils ne lui disent pas qu’elle fait peur, ou qu’elle est bizarre. Elle se doute que Marie-Ange la cherchera, dans la Grande Salle, mais c’est pas grave ; elle dira qu’elle s’est perdue, qu’elle ne s’est pas réveillée, qu’elle voulait aller dire au revoir à la lune. Ça ne l’étonnera pas. Elle pourra même lui dire qu’elle est allée se promener dans les couloirs, parce qu’elle a la trouille de braver le couvre-feu et que de toute manière, elle aime bien se coucher tôt pour être jolie le matin, même si personne ne la regarde. Mais mentir, c’est tellement plus drôle. Quand elle ment, même si c’est un tout petit mensonge, elle a l’impression d’être un bandit, Dora, mais sans rien faire de trop grave. Alors parfois, elle invente une histoire, une toute petite. Ça ne fait de mal à personne, de toute manière. Pas vrai ?
Dora arrive au bout du couloir, dans un cul-de-sac. Elle s’y attendait. Contrairement à ce qu’aurait pu penser n’importe qui en la voyant déambuler entre les murs de Poudlard, elle savait où elle allait. Et sa montre lui indique que le timing est parfait, et qu’elle peut aller dans la Grande Salle, maintenant. Parce qu’elle aime bien se lever tôt, le matin, mais elle n’aime pas arriver en premier autour des longues tables, parce que quand ils rentrent, les gens, ils regardent les sorciers déjà présents et ils choisissent à côté de qui ils iront s’asseoir. Et Dora, elle veut pas qu’on la choisisse, ni qu’on ne la choisisse pas. Elle préfère arriver en même temps que tout le monde, incognito, et s’asseoir là où il y aura de la place.

Quand elle atteint la Grande Salle, elle se mêle à la foule. Elle a rien fait de mal, Dora, mais elle aime bien n’être ni vue, ni connue. Elle se glisse entre deux Gryffondors de trois fois son poids et se faufile à travers la masse compacte d’étudiants affamés. Elle n’a pas faim, Dora. Elle est légère, elle est une plume, un fantôme, une ombre. Si elle est là, c’est pour voir Isaac à la table des professeurs. Mais elle cherche quand même Marie-Ange et se glisse jusqu'à elle, à une place où elle peut voir le professeur d'Histoire de la Magie et où il peut la voir. « Désolée, sourit-elle. Les filles de mon dortoir avaient pris toutes les douches. »

Code by Fremione.



Spoiler:
 
Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Mar 31 Mar - 0:39

Siobhán bailla et s'étira. Elle mit quelques minutes à se souvenir d'où elle se trouvait avant de reconnaitre les murs bleutés d'une salle de garde de Sainte-Mangouste. Ses muscles étaient endoloris par la position foetale qu'elle avait adopté toute la nuit et la jeune femme tenta pendant quelques minutes de dénouer ses membres avant de se décider pour une douche chaude. Elle avait été de garde la nuit précédente et le sommeil entrecoupé de visites était peu reposant. Heureusement, elle était libre désormais, et après avoir rempli ses dossiers et avoir passé la main au prochain médicomage de service, elle pourrait rentrer chez elle et flâner dans son lit pendant de longues heures. Peut-être prendre un café. Peut-être aller voir ses parents. Trouver une solution pour son mariage. Peut-être aller sonner chez Matteo pour lui dire à quel point cela pouvait être un enfoiré de première. Tellement de choses... Une journée entière à occuper.

Une fois sous l'eau chaude, la jeune femme ferma les yeux et laissa la chaleur faire effet. Elle aurait pu utiliser un sortilège mais parfois, Siobhán croyait fermement que les méthodes naturelles et traditionnelles pouvaient être plus efficaces. Par contre, pour ses patients de la nuit dernière, la guérisseuse n'aurait rien pu faire sans magie. Dernièrement, il lui semblait que les sortilèges de Magie Noire et les affrontements étaient de plus en plus nombreux. Il régnait une atmosphère étrange, électrique et lourde.  Les sortilèges quant à eux étaient de plus en plus violents et élaborés: il ne s'agissait pas de juste tuer mais aussi de faire souffrir le plus possible. La plupart des victimes qui étaient amenées étaient bien incapables ensuite de raconter ce qu'il s'était passé et Siobhán passait des heures à élaborer des contre-sorts assez efficaces.

Tout en sachant pertinemment qu'elle ne serait pas visée par tout ça du fait qu'elle n'était pas officiellement mangemort, la jeune femme ne pouvait s'empêcher d'être inquiète. Et si un jour, ils venaient pour tuer son père, sa mère, Oisin, Fintan, Niall où un autre de ses frères et soeurs? Ces pensées la hantaient, et entre le mariage et tout ça, elle avait l'impression de devenir dingue. « O'Callaghan? » Instinctivement, Siobhán posa une main sur sa poitrine et sur son sexe, les muscles bandés, prête à frapper. « C'est Antony, j'ai besoin de faire le point avec toi sur les patients avant les visites, tu es bientôt prête? » « Juste une minute s'il te plait, je me dépêche.» soupira la jeune femme en rinçant ses cheveux. Elle entendit une porte claquer, des bruits de pas qui s'éloignaient et elle coupa enfin l'eau avant de s'emparer d'une serviette de toilette. Depuis l'incident avec Matteo - où plutôt le jour où elle s'était jeté sur lui comme une furie en mal d'affection - ses réflexes anti-mecs étaient revenus avec plus de vigueur encore. L'idée même qu'Antony puisse la voir nue sous la douche la faisait trembler de tous ses membres. Elle mit quelques secondes à analyser puis à archiver l'épisode, s'habilla hâtivement et le rejoint dans le bureau des spécialistes en Pathologie des Sortilèges.

_________________

       
I really really really really really really like you.
It's way too soon, I know this isn't love



Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Mar 31 Mar - 11:39

When everything seems to go wrong
Debra & tout le monde



Lorsque ton réveil sonne ce matin-là, tu as fortement envie de l’envoyer à l’autre bout de la pièce. Bien entendu, tu ne le fais pas. Le désavantage d’habiter dans un studio est que tu aurais de fortes chances de casser autre chose que cet objet de malheur. Comme souvent depuis le mois de Décembre, tu n’as pas réellement la volonté de te lever. Tu te sens faible, inutile. Faible parce que tu n’as pas une marge de manœuvre extraordinaire dans le monde sorcier pour faire prévaloir ton opinion. Inutile, parce quoi que tu fasses ne semble pas avoir de répercussions. Tu as envoyé il y a quelques jours les signatures que tu as obtenu à ta pétition et n’a pour l’instant eu aucun retour. Tu te doutes bien que les administrations travaillent lentement. Que ce soit sur le Chemin de Traverse ou sur Horse Gard Roads, c’est un fait. Les instances politiques ne sont pas des plus réactives. Tu es généralement quelqu’un de calme, mais il faut avouer que cela t’agace. Probablement parce que c’est la seule action que tu peux légalement mener. Probablement parce que tous les soirs tu cauchemardes et vois ton fils mourir d’une façon ou d’une autre. Dans son insouciance il ne donne que peu de nouvelles, ne comprenant peut-être pas ce que la mort d’Arsenius Samuels signifie, ni ce que la présence de Rabastan Lestranges engendre. Pas à toi, pas à tes parents. Ajoutez à cela le fait qu’en ce moment ton travail à la Gazette passe presque inaperçu, tu as une forte envie de rester dans ton lit et d’essayer de rattraper tes heures de sommeil perdues. Tu sais cependant que tu n’aurais aucun moyen de justifier ton absence à ton patron, quand bien même le petit encadré qui t’est consacré pourrait être pris en charge par quelqu’un d’autre.

Tu te lèves en trainant des pieds jusqu’à ta salle de bain et une fois prête décides de ne pas prendre de petit-déjeuner. Tu as l’estomac noué par tes nuits agitées et l’appétit te manque. A un point tel que tu commences à flotter dans tes vêtements. En passant ton manteau tu remarques que ta jupe descend un peu trop sur tes hanches et que ton chemisier baille. Si tu n’as pas d’idée pour cacher le premier défaut, tu enroules une écharpe autour de ton cou pour dissimuler le second. Il faudrait que tu t’achètes de nouveaux vêtements, mais le shopping n’a jamais été ta tasse de thé et tu préfères garder le peu d’économies que tu as pour des choses plus importantes. En avance, tu te rends à la Gazette à pied plutôt que de transplaner, espérant que l’air froid du petit matin saura te revigorer et chasser tes idées noires et les inquiétudes qui te rongent de plus en plus. En passant devant la boutique d’accessoire de Quidditch, tu te demandes une fois de plus si tu ne devrais pas postuler à Poudlard comme professeur de vol la prochaine fois que le poste se libèrera. Tu sais que Michael ne serait pas enchanté de cette initiative, mais être loin de lui t’angoisse de plus en plus, même si tu sais que Carl et Alexis gardent un œil sur lui. Tu pousses un soupir en rentrant dans le bâtiment et affiches un sourire sur tes lèvres quand bien même en ton for intérieur tu n’as pas réellement la force de faire preuve de bonne humeur.


Dernière édition par Debra M. Grant le Mer 1 Avr - 22:57, édité 1 fois
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Mar 31 Mar - 13:50

Le malheur ne vient jamais seul.
Carl P. Londubat et la whosphère ♥
Carl aurait sûrement préféré déjeuner à son domicile. Il l’aurait fait si Marilyn ne lui avait pas dit que ça ferait meilleure figure d’être plus présent. Il n’empêchait que devant son assiette remplie de toasts à la mélasse, il fronça les sourcils. Il tourna son regard et zieuta Lestranges, grimaçant légèrement. Fixant de nouveau son assiette, il s’avoua qu’il avait perdu l’appétit.

- Tu es malade Carl ?

Becka Brönt avait posé sa fine main sur son épaule avec douceur, son habituel sourire étiré sur ses lèvres. L’optimisme et la mine enjouée de la sorcière étaient légendaires. Carl l’aimait beaucoup pour ça. Elle avait une facilité déconcertante de lui faire oublier sa morosité de ces derniers temps.

- Non, tout va bien. Merci. lui répondit-il d’un sourire poli.
- Tu es sûr ? Tu as le teint blafard, sans vouloir te vexer.
- Je ne suis pas vexé, je… je n’ai juste pas très faim.

Il chercha tout de même à instaurer le silence. En présence du nouveau membre du conseil, Carl préférait ne pas trop dévoiler de lui-même, de sa vie, de ses sombres pensées. Il gardait ses sentiments pour lui comme il garderait les secrets de l’Ordre jusque dans la tombe. Si il n’avait pas confiance en Damon Yaxley, il était devenu le cadet de ses soucis. D’ailleurs, même lui semblait exaspéré par la présence de Lestranges au sein de l’administration de Poudlard.

Depuis sa montée au pouvoir, Rabastan Lestranges avait pris en main l’école et son conseil pour en faire ce qu’il voulait. Sa place au centre de la table des professeurs, à la place de Dumbledore, traduisait bien ce qui se passait ici. Carl serra le poing. Comment osait-il s’asseoir là où Dumbledore s’installait avant sa mort ?! Même Carl n’osait le faire, alors qu’il pourrait très facilement imaginer être le plus digne de le faire. Enfin… était-ce toujours la cas ? Si il faisait tout pour protéger les élèves des nouvelles règles, de la poigne de fer, du cœur de pierre de cet homme abjecte, il devait avouer qu’il n’avait quasiment plus aucun pouvoir. Lui qui était déjà sur la sélecte avant les derniers évènements, aujourd’hui, Lestranges avait un malin plaisir à mettre en pratique les menaces de ses camarades Yaxley et Black à l’égard du Londubat. Pourtant, il tenait bon. L’échec du Bal de Noël poussait l’auror à aller à l’encontre de ce qui lui semblait injuste et brutal. Lestranges était injuste et brutal.

- Tant que nous sommes là, les élèves n’auront pas à avoir peur de lui.
- Quoi ? se tourna-t-il vers Becka, sortit d’un coup de ses pensées.
- Nous ne sommes pas proches tous les deux, mais je sais que tu te sens coupable. Je sais que tu ne vas pas bien.
- Becka… s’il te plait, je ne veux pas…
- T’occupes pas de Lestranges, il est trop occupé à jouer les tyrans pour faire attention à notre conversation qu’il doit imaginer totalement idiote. N’oublies pas l’estime qu’il nous porte.

Il ne lui répondit pas. Comme pour vérifier ce qu’elle disait, il zieuta de nouveau Rabastan, qui surplombait son regard sur l’ensemble de la Grande Salle, comme à l’affut du moindre écart à punir. Il se délectait de la violence. Carl prouverait un jour qu’il était un mangemort, il n’en pouvait pas autrement.

- J’ai confiance en toi, Carl et tu sûrement le plus amène à contredire Lestranges.

Carl serra un instant la main de sa collègue, et la remercia d’un sourire. Elle avait raison. Les deux femmes du Conseil avaient raisons. Il fallait qu’il soit présent et qu’il se montre digne de lui-même. Il lâcha la main de Becka en attrapa un toast pour en prendre une bouchée.
As heads is tails Just call me Lucifer

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Pro-Mangemort
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Mar 31 Mar - 17:30

Sevastian et le reste

« Mini Event »

Debout depuis plusieurs heures déjà, tu t’étais vu te coltiner une retenue. Parait-il que tu aurais méprisé ton professeur en refusant de lui répondre. Tu lui en foutrais du mépris à ce connard. Ton père avait la fâcheuse habitude de t’apprendre quelques mélanges qu’il était interdit de pratiquer. Alors lorsque tu mentionnais une potion d’un goût douteux à ton enseignement, ce dernier ne sembla pas apprécier. Il voulait en savoir davantage et tu t’étais contenté de lui répondre que s’il ne savait pas de quoi il s’agissait, il devrait peut-être revoir ses bases. Ton mutisme pour la suite de cette conversation avait fini de l’achever et tu te retrouvais à cinq heures du matin à récupérer des chaudrons. Sans baguette. Punition à la con, mais il fallait l’avouer, ça avait le mérite de faire bien chier. Nonchalant durant toute la retenue, tu avais ignoré avec superbe ton professeur qui au bout d’un moment te libéra pour que tu puisses aller te préparer et prendre ton petit déjeuner avant de commencer ta journée de cours.

Lorsque tu retrouvas les cachots ainsi que ta salle commune, tu de dirigeas vers la salle de bain pour te rendre à nouveau présentable. Heureusement, tu n’avais pas enfilé ton uniforme sinon il serait aussi dégueulasse que ce t-shirt… Passant par ton dortoir, tu revêtis donc ta tenue officielle. Tes jambes te conduirent automatiquement vers l’escalier où tu croisas Nox qui sembla étonné de te croiser à une heure si matinale. « Connard de prof de potion. Il m’a foutu en retenu. Il doit être mal baisé pour se lever à des heures pareilles ! » Ton comparse ravalait un sourire et tu sentais déjà la pique traverser ses lèvres mais il sembla se contenir. Tu observas un instant la salle commune à la recherche de ton cousin, mais il semblait que celui-ci avait déjà disparu. C’est donc en duo que vous allèrent rejoindre la Grande Salle déjà bien remplie. Comme toujours Lestrange trônait au milieu de la table des professeurs. Là où Dumbledore s’installait en temps normal. Il avait cet air suffisant et cherchait le moindre faux pas à remettre en place. Les repas d’habitude bruyants et enjoués étaient devenus depuis quelques semaines beaucoup plus calme. Certes, pas silencieux, mais il était beaucoup moins fréquents d’entendre quelqu’un hurler de rire à présent.

Tu pris alors place en face de Nox qui commençait à se servir. Sans réellement prêter attention à vos voisins, tu attrapais le pichet qui contenait du café noir bien fumant. Il allait te falloir une grande tasse pour tenir la journée vu le peu d’heures que tu avais dormi. D’ailleurs tes cernes semblèrent amuser Nox qui fit un sous-entendu au sujet de Marie-Ange. Alors comme ça on racontait encore ce matin que tu l’avais trainé dans ta couche ? Devant l’air goguenard du Yaxley, tu lui balanças un morceau de pain que tu tenais dans la main. Une chance pour lui, tu ne l’avais même pas encore beurrée. « Je trempe jamais deux fois dans les mêmes pots.» furent les mots charmants qui traversèrent ta bouche étirée par un sourire sarcastique. Amusé, tu détournas le regard vers Marie-Ange afin de la fixer un instant, cherchant son regard pour voir sa réaction. Tu reportais ton attention vers Nox. « Toi par contre, on raconte que Marlène t’influence. Parait que tu fais plus rien depuis tu cherches à la dépuceler. Tu es malade ? » Tu lui adressas un sourire sarcastique avant de prendre un gorgée de ton café.

© Chieuze


_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents.Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Mar 31 Mar - 18:39


Intrigue inter-saison : mini event


Quelques minutes. Il avait suffit que tu sois en retard de quelques minutes ! C’était toujours comme cela le matin à présent. Après tout, ne disait-on pas, premier arrivé, premier servi ? Et voila ce qui arrivait lorsqu’on arrivait dernier. La seule place de libre pour prendre le petit déjeuner était celle à côté de Rabastan. Tu lanças un regard désespéré en direction de Carl. Pour une fois qu’il venait montrer le bout de son nez, il était bien à l’écart aux côtés de Becka. Une pointe de jalousie te piqua. Non pas envers Becka bien entendu. Tu enviais simplement la chaise de Carl. Celle qui se trouvait être à l’extrême opposé du Lestrange. Ce fumier qui prenait à présent la place de Dumbelore avec ses petits airs de souverain. Il regardait la grand salle avec mépris. Il cherchait la moindre infraction, le plus petit détail qui lui permettrait d’exercer son pouvoir. Il vous avait à tous, mis une muselière. Même à toi qui passait la plupart de ton temps à être remontée contre Yaxley et Black. Il avait réussi d’une main de fer à faire de vous des sous-fifres. Tu le maudissais tous les jours depuis son arrivée au sein du conseil.

D’un pas léger qui se voulait détendu, tu finis par rejoindre la dernière place libre. Passant derrière Carl, tu lui donnas une tape à l’arrière de son crane pour lui signaler ta mauvaise humeur. Tu saluais d’un sourire tous tes collègues que tu maudissais silencieusement. « Bonjour Rabastan »  Ta voix était tout de même plus froide qu’avec le reste de tes collègues. D’ailleurs ce mufle, releva juste le regard dans ta direction et te fit un léger signe de la main. Plus dédaigneux, tu meurs. T’installant enfin, tu observais la Grande Salle en repensant à cette prise de tête matinale pour l’édition du prochain journal. Tu refusais complètement que cet article avec l’interview de Rabastan puisse paraitre. Depuis quand l’intégrait-on dans tes chroniques politique ! Il n’était que le membre du conseil de Poudlard. Tu détestais cette main mise qu’il avait sur l’école. Lorsqu’une de tes collègues t’avait appris ce qu’il avait fait comme démarche auprès du ministère, tu crus halluciner. Il était complètement frappé. Il n’y avait pas d’autre mot. Tu t’étais franchement énervée contre ce nouveau qui se tenait en face de toi le menaçant de le renvoyer de ta section. Il faisait un hors sujet complet. Et si la mauvaise foi tenaillait tes entrailles, tu n’en avais que faire. Tu n’allais pas laisser la parole au Lestrange davantage. Surement pas dans les chroniques qui étaient sous ton contrôle. Alors que tu te servais un verre de jus de citrouille, les hiboux envahir la salle. Ton charmant voisin reçu son journal sur ses genoux. Ta mâchoire se crispa. Merde, merde, merde. Il savait sûrement que cela aurait dû paraitre ce jour. Il parcourait des yeux tous les articles rapidement. A croire qu’il avait un détecteur dans les yeux pour trouver son nom. « McKinnon, il y a un problème avec la Gazette ? »  C’était une question, mais elle était pourtant sans appel. Il savait. Tes coudes s’appuyèrent sur la table et tu posas avec nonchalance ton visage sur la paume d’une de tes mains. Passant délicatement tes doigts libres dans tes cheveux, tu lui adressas un charmant sourire. « Non, pourquoi, vous avez trouvé une coquille ? »  Petit air mutin, innocent. Tes gestes se voulaient féminins, gracieux. En temps normal, cela marchait avec la plupart des hommes. Sans compter que celui-ci était un monstre…


Admin

avatar


Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Mar 31 Mar - 22:47



   

Je suis un PNJ


Nom & Prénom
Amos Diggory

   
Who ?
Membre du Conseil

   
Légèrement excessif et plus droit que droit dans ses chaussures

 

Faire acte de présence était la moindre des choses ce matin. Plus que jamais. Les années de rigueur infligée à ma propre personne avaient eu le mérite de me forger un visage lisse. Une tombe sans expression pour un regard perçant. Assis bien droit sur mon siège j’embrasse l’assemblée d’un coup d’œil rapide. Charles a été le premier à passer les portes de la grande salle. Malgré ces petits défauts, il faut lui reconnaître son incroyable énergie qui ne s’arrête jamais. Que nous étions gamins il lui arrivait de se lever avant les elfes de maison, aussi frais qu’un strangulos. Mon attention dérive rapidement, d’un geste discret je passe ma main sur mes yeux légèrement pochés. Ces dernières semaines ont été éprouvantes et je ne sais plus où donner de la tête. Autour de moi mes collègues ont tous la même tête fatiguée. Seul, Rabastan, assis au milieu de nous, président l’assemblée, semble désespérément éveillé. Mes doigts se contractent sur la table de bois. Sa personne représente tout ce qu’il y a de détestable chez un être humain. L’avarice, l’envie de pouvoir, le sadisme, le racisme et l’égoïsme. Il est la partie nécrosée de notre société. Le ver qui vient ronger la pomme encore verte. Plus que quiconque assis à cette table, il mérite de périr au même titre que Dumbledore. Dans les mêmes tourments que son prédécesseur. Mes pensées dérivent. Derrière son arrogance je ne peux m’empêcher d’y voir la marque même de sa culpabilité. Un assassin né pour jeter en pâture une idéologie passée, dépassée et obsolète. Personne donc n’est prêt à réagir ? Même la pétition lancée par Debra n’a pas eu l’effet escompté. Nous espérions tous que cela déclencherait l’avalanche. Mais il n’est un rien. Le monde magique est encore persuadé que le Ministère de la Magie trouvera le moyen d’empêcher cette guerre inévitable qui se profile. Fous aveugles. C’est cette inaction-là qui mènera à notre perte. Trop peu d’entre nous semblent en avoir conscience. Carl commence à sentir peser sur lui la disgrâce du remords. Cela se lit sur son visage comme la satisfaction dans le regard de Lestrange. Tous les mêmes ces membres de l’Ordre décidément. Passif jusqu’à ce qu’il soit trop tard et passent ensuite le reste de leur temps à s’en mordre les doigts. Voilà ce qui m’exaspère tant chez ce Londubat. Cette capacité à réagir trop tard. Comme pour le bal, qui était son idée à la base, et dont il ne s’est préoccupé qu’une fois la soirée entamée. Un sombral de retard, comme toujours. C’est décevant.

Mon regard est soudain attiré par l’arrivée de Marilyn, de sa démarche de femme sûre d’elle. Malheureusement pour elle, la seule place libre restante est celle à côté de notre cher Rabastan. Depuis son arrivée nous l’évitons tous si soigneusement que cela en devient ridicule. Pourtant, ce matin mes pensées sont préoccupées par autre chose que par sa petite personne suffisante. Nerveusement je porte une énième tasse de café à mes lèvres, fixant la porte de la grande salle avec intensité. Malgré mon calme apparent, mon rythme cardiaque s’accélère légèrement. Les élèves continuent d’arriver, certains plus réveillés que les autres, certains en groupe, d’autre en solitaire. Je me rappelle mes propres années ici. Un exemple de droiture et d’exigence. Pas comme certains de ces gamins qui passaient devant nous, prêt à tout pour contourner le règlement soit disant car cela les rends plus sympas. Ceux-là ne peuvent finir que comme tous les autres sorciers de la société, à critiquer tout ce qui se passe autour d’eux sans jamais se donner les moyens ni l’opportunité de changer quoi que ce soit. Dans un soupire je porte une nouvelle fois le liquide âpre à mes lèvres dans un mouvement presque fiévreux.      

Admin

avatar


Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Mer 1 Avr - 1:56

FIN DU PREMIER TOUR



 

Je suis un PNJ


Nom & Prénom
Rabastan Lestrange

 
Who ?
Membre du Conseil

 
Tyrannique, Imbu de sa personne, Directif, Violent… C’est un méchant méchant !

Chaque matin lorsque tu arrivais dans la Grande Salle, cette dernière était presque déserte. Un jour, alors que tu allais t’installer tranquillement dans un coin, la chaise de Dumbledore te fit de l’oeil. Tel un objet sacré, plus personne n’y avait posé les fesses. A croire que juste celles de ce vieux fou en étaient digne. Lentement tu t’étais levé alors que seuls quelques élèves très matinaux pouvaient t’observer. De ton doigt, tu avais caressé le dossier en bois. Une chaleur grisante t’avait envahi à ce contact. Le pouvoir courrait sous ta peau dangereusement tentant et t’emmenais dans une valse doucereuse. Et puis tu t’y installa. Sans gêne, sans vergogne. Tu trônais au milieu de cette immense tablée. Tu dominais la salle du regard. Voici donc la place que tu méritais. Tes collègues arrivant au compte-gouttes te toisèrent la première fois. Puis la deuxième. Au fils des jours, ils te saluaient à peine. Tu avais repéré leur petit jeu. Les deux places qui t’entouraient se trouvant irrémédiablement vides jusqu’à ce qu’ils n’aient plus le choix. Ce matin, ce fut la McKinnon qui fut la dernière arrivée. Presque toujours présente, il était rare qu’elle soit aussi tardive. Surtout que ce matin, vous étiez au complet. Rares étaient les fois où cela arrivait. Lorsqu’elle te salua, tu l’ignoras presque. Un petit merdeux venait de cacher un parchemin dans sa manche. Sûrement pour tricher à un examen… Ton regard se plissa pour mieux l’observer mais tu fus coupé dans ta démarche alors que les hiboux avaient pris possession de la grande salle. Le journal tomba sur tes genoux. Lentement tu l’ouvris. Un journaliste avait été envoyé t’interviewer. Tu voulais voir le résultat final. Lentement tu cherchais l’article en question. Mais rien. « McKinnon, il y a un problème avec la Gazette ? » Cette parvenue commença alors à minauder. Tu ne pouvais nier ses atouts. Elle n’avait bien que ça pour elle. Tu jouissais d’avoir réussi à la tenir en laisse. Comme tous ses collègues. Tu étais leur supérieur à présent. « Non, pourquoi, vous avez trouvé une coquille ? » Tes doigts se crispèrent autour du papier et tu en formais une boule. Que tu jetais sous la table. « Vous travaillez pour un torchon McKinnon. » Tandis que tu te délectais de son air blessé où toutes facéties charmeuses avaient disparu, Rusard apparut dans la Grande Salle. Son air paniqué attira rapidement l’attention de tous. Il avait fait claquer les portes bruyamment et il tenait sa chatte dans les bras. Cette dernière semblait quelque peu… droguée. Il se mit à hurler. « IL Y A DES GAZ DANS LE CHATEAU ! ILS ONT DROGUE MISS TEIGNE ! » Tu arquais un oeil à peine intéressé alors qu’il brandissait cette boule de poils crasseuse. Puis Rusard se mit à rire. Comme un fou. « AHAH ! Vous l’entendez ! ELLE RACONTE DES BLAGUES ! CETTE FUMEE ! J’ENTENDS MISS TEIGNE PENSER ! » Puis soudain le vieil homme tomba à terre écrasant à moitié sa bestiole. Doucement alors tu portais ton regard vers le fond de la salle. Une fumée arrivait vers vous. Tu te levais subitement suivi par bon nombres de tes collègues. « FAITES EVACUER LA SALLE PAR DERRIERE. MENEZ LES AU PARC ! » Te souciant guère des élèves tu ouvrais le chemin avant d’ajouter : « Que quelqu’un s’occupe de cette vieille carcasse… » Etait-il mort ? Le cadet de tes soucis. Brönt sembla s'en soucier plus que toi. Il fallait surtout que tu veilles à ta propre survie et à celle des élèves pour donner une bonne image. En avant, tu avais l’excuse du : je montre le chemin. Les gaz avaient sûrement été inhalés par un bon nombre d’entre eux. Mais cela restait léger. Une fois dans le parc tu t’approchais du garde chasse. « Allez donc chercher des hiboux pour qu’on vienne nous prêter mains fortes. Aurors, Médicomage, tout ce que vous trouverez et allez leur ouvrir les grilles du château.» Tu le congédiais d’un signe de la main. Certains élèves commençaient déjà à planer où à rire sottement.


Vous l'aurez compris, des gaz d'une provenance inconnue viennent de se glisser dans les murailles du château. Vous n'avez que très peu inhalé ces substances, mais peut-être juste assez pour être un brin euphorique par rapport à la situation. D'autres élèves (non-joués) plus proches des portes sont complètement hystériques. Certains ne resteront pas debout bien longtemps à l'instar de Rusard. Mais est-ce le seul désagrément ? Personne ne sait d'où cela provient. Le plus urgent est d'atteindre l'air libre dans le parc. Une fois dehors vous pouvez rester entre vous sans vous éloigner des adultes présents.

Les adultes non présents sont appelés à Poudlard :

Matteo O'Donnel ☠ Langue de Plomb : Travaillant au ministère sur des tas d'affaires son aide sera précieuse
Debra, Grant ☠ Journaliste Sportive : Un journaliste a su tomber sur la nouvelle. Debra afin de protéger son fils a réussi à convaincre son boss qu'elle allait couvrir l'affaire. (Argument béton : Je suis amie avec Londubat j'aurais plus facilement des infos.)
Siobhán O'Callaghan  ☠ Médicomage en pathologie des Sortilèges : Afin d'apporter son aide en tant que Médicomage.

Tous les trois vous recevez un hiboux qui vous ordonnent de transplaner immédiatement aux grilles du château qui seront ouvertes pour vous laisser entrer. Vous pouvez rejoindre directement le parc.

Vous avez jusqu'au 4 avril pour répondre.

Point de jeu retiré à :

Ψ Matteo O'Donnel ☠ Langue de Plomb (2/3)
Ψ Valentina, Dolohov ☠ Serdaigle (2/3)
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Mer 1 Avr - 22:01

When everything seems to go wrong
Debra & tout le monde



Tu es à peine installée à ton bureau avec ton gobelet de chocolat chaud –une habitude que tu as prise en voulant imiter tes collègues avec leur café sans hériter du goût amer de la boisson- lorsqu’un de tes collègues arrive paniqué devant ton bureau. « Tu as entendu ? » Tu te retiens de boire et garde ta boisson dans la main. « Je viens juste d’arriver. Qu’est-ce qu’il se passe ? » Un simple regard vers ton collègue et tu as la sensation de deviner ce qui est en train de se passer. Chacun sait à quel point tu es attaché à "ton frère". Tu parles de lui à longueur de journée. S'il hésite pendant quelques secondes, il est forcément concerné. « A Poudlard. Une sorte de gaz je n’ai pas tout compris, mais apparemment Rusard y ai passé et les élèves ont dû être évacués. » Comme dans un film, tu vois la scène au ralenti. Ton chocolat exploser sur les chaussures de ton collègue, ta chaise à roulette qui va s’écraser sur le mur derrière toi. Avant même de l’avoir réalisé tu es devant le bureau de ton patron. « Laissez-moi aller à Poudlard monsieur ! » Sans surprise tu n’es pas la seule à avoir faire irruption dans la pièce. Rita et deux des sorciers à son service sont en train de lui vendre leurs mérites pour couvrir l’évènement. D’ordinaire, dans ce genre de situation, tu t’écrases et laisses la place aux autres. Tu n’es pas de ces sorciers ambitieux qui cherchent à tout prix la renommée. Là, c’est différent. Différent parce que ton fils est concerné. « Mademoiselle Grant ? ça n’est pas du tout votre domaine pour… » « Je connais personnellement Carl Londubat, je peux réussir à obtenir des informations que même Marylin McKinnon vous cacherait ». Tu ne sais pas d’où le courage d’interrompre ton supérieur ne t’est venu. Pas plus que tu ne réalises les mots qui s’échappent de tes lèvres. L’adrénaline probablement. Tu as la sensation de pouvoir faire des millions de choses à la fois, d’être capable d’absolument tout si cela te permet de te rendre sur place. Techniquement tu as conscience que seulement quelques secondes se sont écoulées mais tu as la sensation que des heures se passent avant que le chef de la Gazette ne te tende le parchemin qu’il tient entre les mains. « Grant. C’est pour vous ». Tu entends à peine les protestations de la chroniqueuse alors que tes yeux parcourent la lettre t’autorisant à transplaner dans l’enceinte de l’école.

Dans ta précipitation tu n’as pas songé à repasser à ton bureau pour récupérer ton manteau. Le vent te fouette le visage et un frisson parcoure ton échine. Tu arrives devant une scène qui te semble être chaotique. Des centaines d’élèves sont devant toi et leur attitude est vraiment étrange. Certains semblent être pris de fous rires, d’autres paraissent être malades, quelques-uns simplement désorientés. Même en essayant de traverser la foule en te basant sur les couleurs des cravates des élèves, tu doutes de pouvoir trouver ton fils facilement. Inutilement tu te mets à hurler son prénom et décides malgré tout de t’aventurer. « Michael ! ». Plusieurs fois tu retournes des jeunes hommes à la chevelure blonde avant de réaliser qu’il ne s’agit pas de lui. Qu’il ne pouvait pas s’agir de lui. Ils étaient trop grands, trop trapus. Pendant quelques secondes tu t’arrêtes et te demandes quoi faire. Cela doit déjà faire cinq minutes que tu es là et tu as été d’une inutilité pathétique. Une fois de plus tu te mets à hurler son prénom. En vain. « Michael ! Michael ! Michael. ». Tu commences sérieusement à paniquer et tu remarques que ton anxiété commence à déteindre sur les élèves qui sont à côté de toi. Tu es sensée être une adulte, être là pour aider. Tu le sais. Mais tu seras incapable de faire quoi que ce soit avant d’avoir vu ton fils. C’est en scrutant la foule que tu le vois. Non pas Michael mais Carl. Tu te précipites vers lui et lui attrapes le bras. « Carl ! Dis-moi que tu as vu Michael, dis-moi qu’il va bien ». Ton ami se tourne vers toi, reste silencieux. Peut-être surpris de te voir. Ayant épuisé ton stock de patience tu l’attrapes par le col et le secoues. « Carl ! Mon fils ! ». Pour seule réponse, tu écopes d’un pouffement.


Spoiler:
 
La liberté de l'aigle en plein vol

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Sombral
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Jeu 2 Avr - 13:01





Intrigue de mi-saison

featuring les Whopiens


Les portes de la grande salle s’ouvrirent avec bruit et fracas. Dans un même mouvement, tous les élèves autour de moi sursautèrent et tournèrent rapidement la tête du côté de l’entrée pour distinguer entre deux têtes, un Rusard visiblement bouleversé. « IL Y A DES GAZ DANS LE CHATEAU ! ILS ONT DROGUE MISS TEIGNE ! » Ses yeux exorbités le rendaient encore plus fou que d’habitude et l’espace d’une seconde, un léger malaise flotta sur la grande salle devenue étrangement silencieuse. La réputation du vieux concierge jouait malheureusement contre lui, et même si, à mon avis personnel il était plus perspicace que beaucoup ne l’imaginait, nous avions tous des doutes actuellement sur la gravité de sa déclaration. « AHAH ! Vous l’entendez ! ELLE RACONTE DES BLAGUES ! CETTE FUMEE ! J’ENTENDS MISS TEIGNE PENSER ! » Quelques ricanements fusèrent entre les tables mais bien vite un nouveau silence, beaucoup plus anxieux, bourdonna au-dessus de nos têtes alors que Rusard gisait, inconscient, sur les dalles froides. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » murmura Alyster assise en face de moi et qui avait visiblement du mal à voir la scène. L’inquiétude filtrait dans ses yeux clairs et d’un nouveau mouvement je tournais la tête vers la table des professeurs pour y découvrir un Rabastan le visage pincé et un Amos visiblement interloqué. Rapidement de nouveaux murmures remplirent la grande salle alors que du fond de la pièce, une étrange fumée se dirigeait vers nous. Ainsi donc le vieux cracmol n’avait pas menti. « FAITES EVACUER LA SALLE PAR DERRIERE. MENEZ LES AU PARC ! » D’un bon tout le corps enseignant s’était levé face à cette menace bien réelle et la voix autoritaire de Lestrange tonna dans l’air pesant de la pièce.

Comme un seul corps, l’ensemble de la tablée se leva précipitamment, renversant tasses de thé et tartines au passage. Le visage grave je regardais rapidement autour de moi, cherchant du regard Valentina ou encore Theodora. Mais dans la foule qui devenait de plus en plus compacte il m’était impossible de reconnaître un visage familier. « On reste calmes les amis, ça ne sert à rien de tous forcer le passage sinon on restera tous bloqués » La voix essaya de couvrir le brouhaha des élèves inquiets, en tant que préfet il était de mon devoir de faire en sorte que l’évacuation se passe le mieux possible, mais l’urgence de la situation ne me donnait que peu d’autorité. La panique commença à se lire sur certains visages et à dire vrai, moi-même je ne savais pas à quoi m’en tenir. Etait-ce vraiment dangereux ? Ou bien quelqu’un avait-il voulu faire une mauvaise farce ? Un coup de ces stupides maraudeurs peut-être ? Ou bien un élève distrait qui aurait oublié une potion sur le feu…La cohue devenait de plus en plus pressante et pour ne pas me retrouver emporter par le flot je montais sur un banc pour dominer un minimum la foule des élèves. Ainsi perché je pouvais suivre le mouvement qui serpentait vers la sortie, comme un fleuve trop large pour un estuaire ridiculement étroit, avec à sa tête, un Rabastan qui ouvrait le chemin. « Le premier à sortir bien sûr » le murmure sortit siffla entre mes dents avant même que je ne pense à le retenir. Tournant à nouveau mon attention vers mes camarades, j’aperçu soudain Theodora qui passait à côté de moi, légèrement écrasée entre deux personnes. « Theo, monte avec moi » d’un geste rapide j’attrapais sa main pour la hisser à mes côtés. « DOUCEMENT LES AMIS ! » Ma voix grave couvrit légèrement le tumulte qui nous entourait et quelques Serdaigle me regardèrent surpris. « CA NE SERT A RIEN DE POUSSER COMME UN TROUPEAU DE SCROUTT A PETARD VOUS ALLEZ FINIR PAR ECRASER QUELQU’UN » canaliser tous ces élèves n’était pas facile, encore moins quand la panique s’était emparée d’eux. « C’est peine perdu Charles » la petite voix de Theo confirma mon impression et je soufflais d’un air résolu tout en surveillant l’état d’avancement du cortège, vérifiant que personne de ma maison ne reste derrière. Une fois la foule devenant plus fluide à mesure que les élèves se retrouvaient dehors, j’entrainais Theodora avec moi. « On devrait y aller aussi maintenant, je ne voudrais pas finir comme Rusard et entendre les pensées de Miss Teigne » dis-je avec une pointe d’humour un peu amer. Au fond, mon cœur battait avec insistance, était-il donc finalement arrivé ce nouveau drame que tout le monde craignait après le meurtre du bal de Noël ? Le château était-il donc, encore une fois, la cible d’une attaque mortelle ? Essayant de ne pas céder à la panique je concentrais mes pensées sur le flux des élèves, attendons d’être dehors avant de réfléchir à tout ça…


© Artchie






Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Charles C. Diggory le Lun 6 Avr - 19:46, édité 1 fois
Invité

avatar

Invité

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Jeu 2 Avr - 15:18



Etonnement, la claque derrière la tête qu’il reçut de la part de Marilyn accentua la nouvelle humeur de Carl. En la voyant s’installer à côté de Lestranges, il esquissa un sourire. Il la connaissait par cœur ; il imaginait très bien ce qui se passait dans la tête de son amie de longue date, et malgré la présence de Rabastan qui avait une tendance accrue d’irriter l’auror, il souriait de la voir s’énerver juste parce qu’il ne restait pas de place autre que celle à côté du tyran de Poudlard. Sûrement que Becka et ses phrases motivantes n’étaient pas étrangères, mais qu’importe, il était de nouveau motivé pour contrer les directives de Rabastan Lestranges. Du moins, pour la journée qui venait…

Une nouvelle énergie qui prit une tournure étrange lorsque Rusard tomba inconscient au milieu de la Grande Salle. Un gaz ? Quelle était encore cette histoire ?! Poudlard était devenu le champs des impossibles. Un corps mutilé et maintenant ça ?! Carl resta un instant hébété, comme tous les membres du personnel de l’école, mais ses réflexes reprirent vite le dessus. Il se leva d’un coup, sur le point de demander l’évacuation comme il l’avait fait au Bal de Noël. Sauf qu’on le devança :

- FAITES EVACUER LA SALLE PAR DERRIERE. MENEZ LES AU PARC ! hurla Lestrange avec autorité et efficacité.

Carl sentit la moutarde monter, mais mit cette sensation de côté. Le moment des règlements de compte avec Lestranges n’étaient pas de mise dans cette situation de crise. Il se mit donc au travail, guidant les élèves plus ou moins touchés par le gaz derrière la table du personnel, quittant alors la Grande Salle jusqu’à atteindre le parc du château.

Le chaos était maître dans la foule désorganisée que formait l’ensemble des élèves. Les hiboux furent vite envoyés et les secours vite arrivés, mais des questions restaient non résolues ; Pourquoi ? Comment ? Et quoi ? C’était là qu’il devait entrer en jeu. Les professeurs et les autres membres du conseil s’activaient à déceler les premiers symptômes du gaz parmi les élèves pour les éloigner de ceux qui semblaient sains.

Il fut plus que ravi de voir débarquer Mark Appletown, son ex-mentor et son coéquipier habituel. Il s’avança vers lui. L’homme d’âge mûr mais au charme maintenu d’antan était accompagné de plusieurs autres aurors du Bureau que Carl ne connaissait qu’en tant que collègues.  

- Je vois que tu gères très bien ton école, Carlito.
- Bordel Mark ! Ce n’est pas le moment !
- Ça va, je veux juste détendre une peu l’atmosphère. Quelle est la situation ?
- Un gaz inconnu se repend dans le Château. Le coupable est peut-être toujours dans l’école. Trouvons l’endroit précis où le gaz a été rependu On trouvera sûrement… Oh ! se coupa-t-il ; surprit que quelqu’un lui attrape le bras.
- Carl ! Dis-moi que tu as vu Michael, dis-moi qu’il va bien.

Il se retourna et fut choqué de voir la mine inquiète de Debra Grant.

- Carl ! Mon fils ! lâcha-t-elle sans retenue en serrant la col de son meilleur ami.

Carl laissa échappé un pouffement de surprise avant de se reprendre. Il secoua la tête. Un instant, il croyait réellement que... Non, ce n'était rien...

Il la fit desserrer ses liens et l’éloigna de ses collègues.

- Debra, je suis sûr que Michael va bien. Viens, allons voir Flitwick. Il est responsable du recensement des élèves.

Il passa son bras par-dessus ses épaules et l’entraina vers le petit homme à la coupe au bol, qui trainait un long parchemin jusqu’au sol. Il lui demanda sans tergiverser s’il avait bien coché le nom de Michael Grant, mais la réponse ne fut pas celle escomptée.

- Je n’ai pas terminé, mais je ne vais pas tarder à le trouver.
- Monsieur ?

Un jeune Poufsoufle s’immisça dans la conversation :

- Michael n’avait pas faim ce matin, il ne se sentait pas très bien. Il est allé à l’infirmerie…

Carl sentit la respiration de Debra montrer la panique dont elle était victime. Très vite, l’auror lui saisit les épaules et essaya de la rassurer :

- Je vais de toute façon aller dans le Château. Restes ici, au cas où il soit déjà dans le Parc. Si il est encore à l’intérieur, je te promet de le retrouver sain et sauf. Tout va bien se passer, je te le promet.

Il se fixèrent dans les yeux un instant, mais l'instant de trop. D'un coup, ce fut comme si mon cerveau faisait un looping dans sa boîte crânienne. Son corps semblait s'engourdir très légèrement, juste assez pour se sentir léger. Il cligna des yeux avec insistance sous le regard incrédule de Debra. Peu à peu un sourire s'étira sur ses lèvres, se transformant en rire idiot.

- Tu verrais ta tête Deb... ! lâcha-t-il, peu conscient de ce qu'il venait de dire, ses élans de héros disparaissant peu à peu de son esprit...

Spoiler:
 


Dernière édition par Carl P. Londubat le Ven 3 Avr - 9:58, édité 1 fois
Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Jeu 2 Avr - 20:12

J'étais au ministère, département des mystères. Je travaillais sur un artefact trouvé en asie d'après ce que l'on m'avait livré. Il était très particulier, difficile à cerner, il semblait provenir d'une ancienne magie. J'étais simplement fasciné par cet objet magique, il était entouré de sorts protecteurs et se défendait lui même, m’empêchant encore d’accéder à son contenu.
Avec ce genre d'objet la précipitation pouvait clairement conduire à la mort et je n'en avais nulle envie.

J'étais plongé dans mes pensées, il fallait que je construise un sort, ce n'était pas simple, pas même donné à tout le monde et ça me prendrait un temps fou mais c'était mon métier et je l'adorais.
Pourtant ma journée bien programmée fut bouleversée par l'irruption de Susan. La secrétaire du département, échevelée ce qui était déjà d'une rareté notable.
Elle me balança un hibou sous le nez. On avait besoin de moi, d'urgence, à Poudlard... Je n'aimais pas ça du tout.

Je transplanais donc immédiatement pour rejoindre l'école et trouvais les grilles ouvertes. J'avais appris qu'il ne servait à rien de chercher l'information au préalable. Ce genre de mission necessitant de réagir vite et bien.
A Poudlard c'était la crise...tout le monde courrait, criait, hurlait même, ils étaient tous là, fuyant... Oui fuyants mais devant quoi ? J

J’étais dans le parc un peu hébété sans bien savoir pourquoi j'étais là, contre quoi je devais lutter... J'avais toutefois ma baguette à la main et j'étais prêt à m'en servir. J'avais vaguement saisi au vol une histoire de gaz hallucinatoire... Bizarre...
Je ne savais pas si c'était une blague potache d'étudiant ou si c'était plus sérieux... J'hésitais un instant sur la marche à suivre, globalement désorienté et je fis mon choix. Il me fallait trouver des adultes, les professeurs, les membres de ce fichu conseil, n'importe qui, qui puisse m'expliquer dans quelle merde on se trouvait.

Je n'eus que peu de pas à faire pour me rapprocher de Rabastan Lestrange. Cet homme mon père le connaissait bien mieux que moi. Je ne l'aimais pas tellement au demeurant...
Pourtant en ces lieux il gouvernait et était donc en mesure de me dire ce pourquoi j'étais là.
Fallait il trouver le coupable ? Ce n'était pas dans mes attributions, je n'étais pas un de ces prétentieux d'aurors... Fallait il définir ce gaz ? Provenait il d'un nouvel artefact magique ? Magie noire ?

J'avais les neurones en ébullition et mon niveau de vigilance restait au plus haut. Une fois au niveau de l'homme je toussotais et pris la parole.

« Monsieur Lestrange, je suis Matteo O'Donnel, langue de plomb. »

Il pouvait ne pas me reconnaître et puis ça posait les choses.

« Quelqu'un pourrait me faire un topo sur les raisons de ma présence ici ? Je peux bosser mais pour ça je dois être opérationnel donc informé. »

Ceci dit je reportais mon regard autour de moi, reconnaissant certaines personnes, d'autres pas... J'essayais de prendre la mesure de la situation globale. Foncer tête baissée j'aimais ça, mais pas en toutes circonstances et là... ça puait...

_________________

    Le Monde A Basculé
    Dans un gigantesque fracas, un éclair vert a tout changé. Ma vie, mes valeurs, mon avenir, tout a été bouleversé. Maintenant, il est temps de lutter...  ☜ feets&foot ☞
    ❝CA TOMBE BIEN, JE SUIS PRÊT ❞
Dragon Noir Coeur chaud et griffes d'acier

avatar


Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Isis
Clan: Sombral
Sang: Sang-mêlé



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Ven 3 Avr - 16:08







Intrigues de
mi-saison
Alexis & les
Whopiens



Mes doigts parcourent rapidement le journal à la recherche d’un article sur la régularisation de l’importation d’un certain type de plantes sur le territoire anglais. L’affaire dure déjà depuis quelques semaines et hier soir devait se tenir la dernière séance de débat. Le craquement caractéristique du bois de l’estrade me fait détourner les yeux de ma lecture pour observer la nouvelle venue. Marilyn, dans sa démarche langoureuse habituelle vient compléter la tablée. Malheureusement pour elle seule la place la plus proche de Rabastan est restée libre et je devine que cela ne l’enchante pas particulièrement. Reportant mon attention sur mon journal je finis par mettre l’ongle sur l’article en question. Absorbée par la lecture des quelques lignes dont il est composé je ne peux réprimer un léger sursaut lorsque les portes de la grande salle s’ouvrent à la volée devant un Rusard affolé, portant sa chatte adorée dans ses bras. « IL Y A DES GAZ DANS LE CHATEAU ! ILS ONT DROGUE MISS TEIGNE ! » Sa voix presque hystérique résonna contre les murs avant de se mettre à rire comme un fou. Une nouvelle fois tirée de ma lecture je me redressais d’un coup sur mon siège. Mes iris dardaient leurs éclairs sombres sur le vieil homme. « AHAH ! Vous l’entendez ! ELLE RACONTE DES BLAGUES ! CETTE FUMEE ! J’ENTENDS MISS TEIGNE PENSER ! ». De légers plis se formèrent sur mon front, marque évidente du doute qui envahissait mon cerveau. Le château était-il de nouveau attaqué ? Ou bien quelqu’un s’était amusé avec des filtres de confusion ? S’en prendre au pauvre Rusard n’était pas la chose la plus improbable et nombreux étaient ceux qui avaient essayé, avec succès ou non. Soudain le corps du concierge sembla se ramollir et ses yeux se révulsèrent et l’ensemble de sa personne toucha terre dans un bruit sourd. Du même mouvement que le reste de la tablée je me levais d’un bond souple, baguette en main. Habituée à se dissimuler dans ma manche il me suffisait d’un certain mouvement de poignet pour la faire glisser dans ma paume. « FAITES EVACUER LA SALLE PAR DERRIERE. MENEZ LES AU PARC ! » La voix masculine de Rabastan gronde par-dessus le silence incertain qui traîne sur la grande salle tel un voile sans teint. Comme le coup de sifflet de début de match de Quidditch, sa phrase provoque un tumulte sans précédent parmi les élèves. Au même moment un fil de fumée s’infiltre dans la pièce. Ainsi donc le château est bien envahi par quelque chose. Ce bon vieux Rusard a le mérite de faire son travail consciencieusement. Mes yeux se plissent légèrement, cherchant à scruter cette étrange émanation. [color:2f51=#darksalmon]« Que quelqu’un s’occupe de cette vieille carcasse… » Sans même prendre le temps de tourner la tête vers Lestrange dont les manières autoritaires m’exaspèrent déjà, je me tourne vers Hagrid dont la haute stature est un atout dans un tel bain de foule. « Tu devrais aller réceptionner les élèves dans le parc » Sans me répondre, il hoche la tête gravement. Dans ses yeux brillants se lit son appréhension. C’est un homme foncièrement bon.

D’un geste souple je passe par-dessus la table encore pleine de victuailles pour m’élancer dans la mêlée des élèves. Si une profonde curiosité m’entraîne vers la fumée je dois résister à ses tentations, la priorité revient aux élèves. Même si ces vapeurs ne sont pas néfastes, elles m’intriguent, elles me questionnent, et il faut en tenir éloigner le plus de monde possible pour éviter tout drame. Le brouhaha est assourdissant, tout le monde se pousse, cherchant à atteindre la sortie et je dois lutter contre cette marée humaine. Du coin de l’œil je distingue Becka près du corps inerte de Rusard et je m’approche d’elle, anguille dans le flot des corps. « Il est juste inconscient » sa voix est légèrement enrouée pas l’inquiétude. « Laissez-moi vous aider à le sortir de là » D’un rapide coup de baguette magique son corps se soulève doucement, flottant comme une plume au vent, tandis que Becka s’occupe de sa chatte, tout aussi inerte que lui. « J’espère que ce n’est qu’une mauvaise farce...» légèrement anxieuse, je l’observe jeter des regards autour d’elle comme pour s’assurer qu’aucun autre corps ne gît par terre. « Nous le saurons bien assez tôt ». Sans un mot de plus nous finissons par atteindre le parc, le corps de Rusard devant nous. « Maintenant il s’agit de trouver Mme Pomfresh », lentement, mes iris détaillèrent les visages qui nous entouraient. De loin je distinguais les autres membres du corps enseignant et nous nous dirigeâmes vers eux. « Le soleil est particulièrement vert aujourd’hui non ? » je ne relevais pas immédiatement la remarque de Becka, aussi incongrue soit-elle. « Mme Pomfresh ! » la sorcière se retourna sous mon appel et s’approcha de nous rapidement « Vous pouvez prendre en charge M. Rusard ? » elle acquiesça rapidement avant de prendre le relais et d’emporter le concierge un peu à l’écart dans un petit campement de fortune au centre duquel un chaudron bouillonnait déjà doucement. « On devrait aller voir d’où vient cette fumée Izzy jolie » La voix de Tomas chanta doucement dans mes oreilles sans même que je m’en étonne. « Tu as raison, allons retrouver Marilyn » lui répondis-je le plus naturellement du monde, retrouvant l’espace d’une seconde, cette voix chaude qui était la mienne dans mon adolescence.  


© Artchie



Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Alexis I. MacFusty le Dim 5 Avr - 20:59, édité 4 fois
Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Ven 3 Avr - 16:39

Eudora arriva enfin. Un sourire salua son excuse. Marie-Ange ne remettait jamais en question ses propos, même si elle devinait, parfois, un pieu mensonge ou deux.

« T'en fais pas, je ne suis pas arrivée particulièrement tôt non plus, répondit-elle d'une voix douce. »

Elle crut sentir un instant le regard de Sevastian, mais elle ignora cette sensation. Elle préféra ouvrir le journal, songeuse, en glissant quelques mots à son amie.

« Tu as bien dormi, Dora ? »

Elle lisait les nouvelles de la Gazette tout en écoutant la réponse de la serdaigle. Multi-tâche, Marie-Ange assimilait ainsi les paroles de la brunette et les textes qu'elle lisait. Malgré sa fatigue, elle gardait une certaine vivacité d'esprit. Elle reposa finalement le journal, ignorant le visage, qui se voulait rassurant, du ministre de la magie en première page, et elle finit son assiette assez rapidement. Elle allait d'ailleurs se resservir, affamée, quand la porte de la Grande Salle s'ouvrit avec fracas, et livra le passage à un Rusard qui ne semblait pas dans son état normal. Il affirmait qu'il y avait des gaz dans le château, et que Miss Teigne faisait des blagues. Fronçant les sourcils, la blonde tourna ensuite le regard vers Rabastan Lestrange qui ordonna l'évacuation.

Ce fut le chaos, ou presque. Les élèves autour de Marie-Ange et d'Eudora se levaient avec panique, et couraient vers les sorties. Peu encline à se faire bousculer, la demoiselle attendit un instant avant de se lever, et jeta un regard inquiet vers la Serdaigle.

« Viens Dora, essayons de ne pas nous faire bousculer en sortant... »

Elle tenta alors de se frayer un passage parmi la foule qui déclinait, inhalant au passage un peu de ce gaz dont parlait Rusard. Elle ne s'en rendit pas compte. Pas vraiment. Pas encore. Ce ne fut qu'une fois dans le parc, à l'air libre, qu'elle constata qu'elle avait une envie de rire irrépressible. Un de ces fou-rire qu'elle pouvait avoir de temps à autres, avec des amis. Sauf que là, il venait tout seul. Euphorique, la serpentard chercha son amie des yeux, espérant ne pas l'avoir perdue, en commençant à pouffer toute seule.

« Dora ? Lança-t-elle entre deux ricanements. »

Elle tourna sur elle-même une fois. Deux fois. Trois fois. Un léger tournis l'envahit, alors qu'elle se rapprochait du professeur Flitwick, chargé de l'appel.

« Présente ! S'écria-t-elle lorsque son nom fut appelée. Mais j'ai oublié mon assiette de petit déjeuner à l'intérieur, se lamenta-t-elle, un peu triste. »

Elle arrêta alors de pouffer bêtement, un instant. Son regard se posa tout autour d'elle. Elle crut voir son père un instant. Charles-Henri se tenait droit et fier devant elle. C'était l'image qu'elle en avait gardé, avant qu'il ne se fasse tuer.

« Mais papa, je suis en cours, je ne peux pas venir à la maison... Souffla-t-elle, le regard écarquillé, inconsciente du fait qu'elle parlait à un tronc d'arbre. »

_________________
~ ~



Despite the darkness,
Light will rise up.
(c) ystananas

Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Neutre
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Sam 4 Avr - 2:12

Siobhán luttait pour ne pas s'endormir. Elle détestait cordialement les passations de dossiers entre deux gardes. Cela prenait toujours des heures pour pas grand chose. Antony tentait de faire le plus vite possible, mais la jeune femme ne pouvait s'empêcher de penser à un bon bain moussant et à un thé avec un soupçon de lait. Peut-être même un peu de miel tiens, elle l'avait bien mérité.

La tête appuyée sur son bras, l'air vague, la jeune femme énonçait les soins qu'elle avait apporté durant la nuit alors qu'Antony prenait des notes. Une seconde après, tout Sainte-Mangouste était en ébullition. La rumeur courait vite: Poudlard était attaquée ! Tout du moins, c'était ce que l'on disait, et Siobhán se redressa d'un coup, l'air interrogateur. Depuis la mort de Dumbledore, l'école ne tournait pas rond, c'était le cas de le dire, mais de là à être attaquée? Ils avaient vu des corps en morceaux aussi, à Noël; et rien qu'en se remémorant ce souvenir, la médicomage se sentait frémir. Y avait-il des morts? Que se passait-il exactement?

« O'Callaghan, vous avez fini votre garde? » lui demanda son supérieur de l'autre bout du couloir, tenant un parchemin à la main. « Oui monsieur, je viens de faire la passation avec Antony. » « Très bien, transplanez à Pourdlard, ils vont avoir besoin d'aide de médicomages. » Le ton était impératif, pressant. « Je peux avoir des détails sur ce qu'ils se passe, je... » « Je n'ai aucune information, vous aviserez sur place avec l'aide de l'infirmière. » La jeune femme opina de la tête, se saisit de sa baguette magique et transplana, laissant Antony en plan avec la paperasse. Durant le transplanage, elle pensa une dernière fois à son thé ainsi qu'à son bain bouillonnant avec un soupir de déception, puis tenta de se concentrer sur la tâche qu'elle avait à accomplir.

La première chose qu'elle vit après avoir marché quelques minutes fut une foule d'étudiants massés à l'extérieur, l'air hagard. La pelouse de l'école était noire de monde, certains semblaient extatiques, tandis que d'autres élèves pleuraient, hurlaient et s'aggripaient aux uns et aux autres. Siobhán se trouva désemparée, elle ne savait exactement par quoi commencer. Elle aurait pu fendre la foule pour trouver Carl, qui devait bien être quelque part, mais cela aurait été une grosse perte de temps, toute l'école se trouvait à l'extérieur. C'était comme chercher une goule dans une maison délabrée.

Elle ne voyait rien de proprement inquiétant, rien que des élèves qui réagissaient plus ou moins bien à ce qu'ils avaient vu à l'intérieur. Soucieuse de se rendre utile, même si elle n'y comprenait pas grand chose, Siobhán s'approcha d'un élève hystérique et commença: « Bonjour, je suis la guerisseuse O'Callaghan, est-ce que je peux t'aider d'une quelconque façon ? Que se passe-t-il ? » L'élève, un garçon du quinzaine d'années semblait perdu. L'irlandaise nota une dilatation anormale des pupilles, ainsi que des pulsations accélérées de son coeur. « Le gaz, le gaz, ils sont venus pour nous, ils vont nous tuer, ils vont... Le gaz !! » Siobhán leva un sourcil sceptique. Quel gaz?

_________________

       
I really really really really really really like you.
It's way too soon, I know this isn't love



Lumos
Identité
Clan

Feuille de personnage
Caste: Seth
Clan: Pro-Mangemort
Sang: Pur



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Sam 4 Avr - 19:19



Event inter-saison
ft. hogwarts


A la remarque cinglante que j’offrais narquoisement à Sevastian, j’esquivais un morceau de pain que ce dernier m’assaillait. Un sourire aussi amusé que satisfait étirait me lippes, tandis que mon meilleur ami tentait vainement de se justifier : « Je trempe jamais deux fois dans les mêmes pots. » Un rire fila entre mes lèvres, alors que je commentais, transpirant les sous-entendus : « C’est donc ça. » Je mordais dans mon pain grillé, sans quitter du regard le Dolohov. Ce dernier balayait la table des Serpentard du regard, sans nul doute à la recherche de l’assistante infirmière. J’allais le provoquer une nouvelle fois sur ce comportement, mais le septième année me devança, articulant : « Toi par contre, on raconte que Marlène t’influence. Parait que tu fais plus rien depuis tu cherches à la dépuceler. Tu es malade ? » Je ris de nouveau, mon regard attiré vers de nouvelles arrivantes. Lux, accompagnée de sa meilleure amie toujours trop excentrique à mes yeux, venaient de s’installer à notre table. En parlant d’influence, voilà une que je n’avais jamais réellement regardée d’un bon œil. Kalysta avait le tour pour entraîner Lux dans ses mauvais coups comme ses extravagances, l’éloigner toujours plus du bon chemin que se devait suivre les progénitures Yaxley, voie que Lux avait d’emblée du mal à emprunter d’elle-même. Avec la présence de Damon à Poudlard, j’avais promptement redouté le pire concernant ma jumelle et ses fréquentations toujours actives avec l’autre Serpentard. Néanmoins, il s’avérait que Lux avait su prendre les bonnes décisions et calmer le jeu. Pour l’instant. « Crois-moi, j’en ai éduqué de plus prudes. Non, Marlène est – » Je me stoppais, sursautant légèrement alors que le concierge entrait en trombe, claquant les lourdes portes derrière lui, entourant sa chatte de ses bras squelettiques. A quelques mètres de ma personne, il beuglait : « IL Y A DES GAZ DANS LE CHATEAU ! ILS ONT DROGUE MISS TEIGNE ! » Je détournais le regard vers Sevastian, qui paraissait tout aussi incrédule que moi.  « AHAH ! Vous l’entendez ! ELLE RACONTE DES BLAGUES ! CETTE FUMEE ! J’ENTENDS MISS TEIGNE PENSER ! » Un sourire moqueur se dessina sur mon visage, qui s’évanouit rapidement lorsque Lestrange sommait d’une voix puissante : « FAITES EVACUER LA SALLE PAR DERRIERE. MENEZ-LES AU PARC ! » Je me retournais, constatant la propagation d’une fumée dans la Grande Salle. Je me redressais, imité par tous les autres élèves. Bien vite, un brouhaha tonitruant empli la salle, orné de cris, pleurs, hurlements, noms interpellés, bousculades. Quelques élèves tombèrent par terre, d’autres restèrent inertes, paralysés par la nouvelle attaque dont souffrait le collège de sorcellerie, qui faisait sombrement écho aux finalités ensanglantées du bal de Noël.

Je me levais, passant mes jambes de l’autre côté du banc, pestant alors qu’un groupe de cinquième année jouaient des coudes pour quitter plus rapidement la salle et me condamnaient à rester immobile, sous peine de finir violemment piétiné. Je me retrouvais étouffé par cette marée humaine électrique, reconnaissais la voix de Diggory couvrir plus ou moins le vacarme avec des directives, qui, pour une fois, dénotaient d’intelligence. « Nox ! » Je tournais la tête, cherchant des yeux Lux, ou Sevastian, mais aucun de mes deux proches n’apparaissait dans mon champ de vision. Un certain soulagement me saisit, déduisant qu’ayant été de l’autre côté de la table, celui contre le mur, ils avaient dû éviter les élèves des autres maisons en folie. Je parvins finalement à me libérer de l’espace dans lequel la marée humaine m’avait confiné, et je remarquais Marlène, s’attardant sur une fillette sans doute de première année, sanglotant. Je m’orientais vers elles, adressant la Poufsouffle d’une voix forte : « Tu ne peux pas rester ici ! » Elle me regarde, l’air soudainement soulagé. Je décrypte quelques mots, mais me contente de secouer la tête en signe de dénégation. « Non. Il faut partir d’ici. Tu n’arriveras à rien comme ça. » Je pousse la gamine vers l’avant, l’incitant à suivre une horde de Serdaigle visiblement suivant les directives de Diggory. Je me retourne, mais McKinnon a disparu. Je grommelle, et finis par l’apercevoir au sol, évitant de justesse les cartables et précipitations des autres élèves. J’hésite à sortir ma baguette magique pour faire un tri dans le tas, mais me ravise au dernier moment, me contentant de venir en aide à la Poufsouffle à mains nues. Je l’aide à se remettre sur pied non sans difficultés, mais remarquant qu’elle n’arrive que très peu à marcher et la fumée nous léchant déjà, je finis par la faire grimper sur mon dos et fonce vers la sortie. Ce n’est que rendu au parc que je lâche son emprise, la faisant asseoir sur l’herbe fraîche, la rejoignant rapidement par la suite, un sentiment d’ivresse comme de légèreté m’envahissant.



made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
- undisclosed desires -
I want to reconcile the violence in your heart, I want to recognize your beauty is not just a mask, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Admin

avatar


Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Sam 4 Avr - 20:24



   

Je suis un PNJ


Nom & Prénom
Amos Diggory

   
Who ?
Membre du Conseil

   
Légèrement excessif et plus droit que droit dans ses chaussures

 

Le claquement de la porte de la grande salle attire mon regard. Un Rusard angoissé débarque tonitruant dans la pièce, portant sa chatte comme un enfant et hurlant en positionnant partout, les yeux exorbités. « IL Y A DES GAZ DANS LE CHATEAU ! ILS ONT DROGUE MISS TEIGNE ! » Un de mes sourcils s’arqua légèrement alors qu’un léger sourire se dessinait sur mes lèvres, ce vieux fou ne manquait jamais une occasion de se montrer important, mais ses interventions ne parvenaient qu’à le rendre plus ridicule et pathétique. Un rire hystérique retentit dans le demi-silence qui avait précédé son entrée fracassante. Un rire dément qui figea mon sourire et laissa place à une consternation non exagérée. A croire que quelque chose n’allait vraiment pas chez lui. Même si je devinais les raisons de son hilarité soudaine, sa prestation avait quelque chose de tragique. « AHAH ! Vous l’entendez ! ELLE RACONTE DES BLAGUES ! CETTE FUMEE ! J’ENTENDS MISS TEIGNE PENSER ! » A peine quelques rirent eurent le temps de fuser que le concierge sombra dans l’inconscience, s’affaissant au sol comme un vieux sac de linge sale. Aussitôt toute la tablée se leva d’un bond et je m’empressais de les imiter, doutant cependant de la réelle gravité de l’état de l’homme. « FAITES EVACUER LA SALLE PAR DERRIERE. MENEZ LES AU PARC ! » Bien sûr il fallait que Rabastan prenne la parole avant l’un d’entre nous. Il fallait qu’il prenne cette voix autoritaire pour nous commander comme ses vulgaires pantins. Mes iris sombres glissèrent vers sa silhouette qui s’empressait de prendre la direction de la sortie à la tête de la foule d’élèves qui se ruait vers la porte. Mes doigts tracèrent un sillon dans mes cheveux alors que je jetais un regard à Marilyn, fatigué par son comportement de dictateur. Sans dire un mot je laissais Becka s’occuper de notre concierge et je me saisissais de ma baguette magique cherchant une solution pour rendre le chemin vers la sortie plus aisé. Mais à moins d’agrandir le trou dans lequel s’engouffraient les élèves en panique, il n’y avait pas grand-chose à faire. Je décidais finalement de me rendre à mon tour dans le parc pour réceptionner les élèves et préparer la suite des évènements.

Une fois dehors, la fraîcheur matinale m’arracha un léger frisson et je rejoignais Rabastan qui donnait déjà quelques ordres aux membres du corps enseignants présents. D’un coup d’œil j’aperçu notre infirmière qui arrivait en courant, trainant derrière elle chaudron ainsi qu’une énorme caisse en bois. « Mme Pomfresh, qu’est-ce que tout cela ? » Lui lançait-je en me lançant à sa rencontre « J’ai pris tout ce que je pouvais avant que l’infirmerie ne soit elle aussi envahit par la fumée. Des ingrédients, des fioles, quelques livres, de quoi prévoir quelques remèdes s’il y a besoin » sa voix était hachée alors qu’elle essayait de retrouver son souffle. Intérieurement je saluais l’initiative de la jeune femme dont la perspicacité m’étonnait souvent. « Bien, vous devriez vous installer un peu à l’écart, là, près de cet arbre par exemple. Nous allons essayer de savoir l’ampleur des dégâts. J’espère sincèrement que tout cela n’est rien de trop grave » ma voix était sombre, comme les plis de mon front et les ombres dans mes yeux. Sans un mot de plus nous nous séparâmes et je retournais vers Rabastan qui continuait à donner des conseils comme un patriarche sûr de lui. Mais avant que je ne puisse arriver à sa hauteur une flopée d’aurors et de médicomages arrivaient au pas de course depuis les grilles. Visiblement il avait fait venir tout le monde magique en renfort, sans doute pour montrer qu’il contrôlait la situation. Cherchait-il à prouver qu’il maîtriser mieux les cas de crise que nous ? Mes lèvres se pincèrent légèrement et j’arrivais finalement à côté de lui en même temps qu’un homme que je ne connais pas mais qui se présenta sous le nom de Matteo O’Donnel.
   
Spoiler:
 
Admin

avatar


Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison Dim 5 Avr - 0:41



 

Je suis un PNJ


Nom & Prénom
Rabastan Lestrange

 
Who ?
Membre du Conseil

 
Tyrannique, Imbu de sa personne, Directif, Violent… C’est un méchant méchant !

Ton regard se porte sur la foule des élèves qui s’agglutine sur la pelouse du parc avec dédain. Certains pleurent, d’autres rient de manière hystérique et tout cela te dégoûtes. Ils font un de ces vacarmes si bien que tu t’éloignes le plus d’eux avec une démarche droite et fière, laissant le soin de regrouper le troupeau à tes professeurs qui, eux, ont l’habitude de gérer ce genre de phénomènes. Ton regard se porte sur l’imposant château désormais vide de toute âme vivante, ou presque. Le coupable d’un tel remue-ménage est peut-être encore dans ces murs et il est de ton devoir de le démasquer, pour prouver une fois de plus, ta supériorité sur les autres. Soudain derrière toi les premiers pas précipités se font entendre et tu distingues les silhouettes des premières personnes appelées à la rescousse. Des aurors, mais aussi des médicomages. Mais la première à arriver en trombe est une des journalistes de la Gazette. Tu la reconnais car c’est elle qui a lancé une pétition contre toi et ta nomination à Poudlard. Tes iris sombres la transpercent de part en part et tu détournes le regard avant qu’elle-même ne pose les yeux sur toi. Tu n’écoutes pas ce qu’elle hurle à Carl Londubat, les deux semblent plutôt proches et cela ne fait que confirmer ton aversion pour leurs personnes insignifiantes. Autour de toi les membres du conseil se rapprochent, mais tu es happé par l’interpellation d’un jeune homme à l’air empressé mais non moins sérieux. « Monsieur Lestrange, je suis Matteo O'Donnel, langue de plomb. » Ton regard se pose durement sur lui alors que le nom t’évoque quelque chose. Un père peut-être, un oncle, ou bien un quelconque autre membre de sa famille tu en connais un en effet. Vaguement, comme tous les sang-pur se connaissent. « Quelqu'un pourrait me faire un topo sur les raisons de ma présence ici ? Je peux bosser mais pour ça je dois être opérationnel donc informé. » Son ton un brin arrogant et énervé t’exaspère aussitôt. A croire qu’il se prend pour l’homme qui va régler la situation. Tes iris s’assombrissent et un de tes sourcils s’arque avec sarcasme avant que tu daignes enfin lui répondre d’une voix autoritaire et particulièrement froide « M. O’Donnel, ici c’est moi qui donne les ordres et vous serez informés de ce qui se passe en même temps que tous les autres. Le temps nous est compté et je ne veux pas le gaspiller à me répéter plusieurs fois. Vous serez donc aimable d’attendre l’arrivée des dernières personnes qui nous aideront aujourd’hui. » Sans attendre sa réponse tu de détournes de lui, apercevant alors l’exécrable MacFusty en pleine discussion avec Mme Pomfresh, le corps de Rusard flottant dans les airs, toujours inconscient. Il doit donc ne pas être mort pour avoir besoin des soins de l’infirmière.
Rapidement tu es rejoint par Amos et Becka et tu remarques que cette dernière n’est pas dans son état normal, bien qu’elle ait cette désagréable habitude de rire bien trop souvent, elle semble désormais pouffer d’un rire d’enfant à chacun de ses pas. Le rire de Carl parvient à tes oreilles au même instant et tu sers les mâchoires, désespéré de voir un tel laissé aller de la part de tes collègues. Marilyn ne tarde pas à vous rejoindre et tu fais signes à tous les aurors, médicomages et autres membres du ministère de s’approcher. Tu n’as plus une minute à perdre et tu te dois d’organiser la suite de l’action. « Ecoutez-moi tous. Un gaz pour l’instant inconnu mais aux propriétés visiblement…euphoriques  dis-tu en jetant un regard suspect à Carl qui n’en finit plus de rire, a infesté le château. Nous ne savons pas d’où il provient ni quels sont ses effets à long termes. Nous devons aller l’identifier et le neutraliser au plus vite ainsi qu’en trouver les responsables. Nous prendrons avec nous un médicomage au cas où nous aurions besoin de soin immédiat. Il ne sert à rien d’y aller en troupeau, O’Donnel vous venez avec nous. Les autres assurez la sécurité des élèves et vérifiez que personne ne s’échappe. MacFusty vous venez avec nous également.» D’un geste bref tu congédies les autres et mènes ton équipe vers l’intérieur du château, déterminé à perce ce mystère au jour.



Contenu sponsorisé

Lumos
Identité
Clan



MessageSujet: Re: Intrigue : Event inter-saison

Intrigue : Event inter-saison
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant